Le Billet de Veritis : de l’art moderne dans le monde arabe….

Publié le 27 Décembre 2010

A contre-courant des idées reçues, il y a parfois des manifestations qui nous laissent espérer une évolution intelligente de l’humanité. C’est la raison pour laquelle je voudrais relayer ici la lecture d’un article du journal Le Monde des 19 et 20 décembre 2010 que l’on doit à Harry Bellet.

 

Le 15 décembre dernier, le Mathaf, Musée arabe d’art moderne, dessiné par le Français Jean-François Bodin, a été inauguré à Doha, la capitale du Qatar. Le mot Mathaf signifie d’ailleurs musée en arabe.

 

Ce musée est le résultat de l’ambition d’un homme, Cheikh Hassan bin Mohammed bin Ali Al-Thani, lui-même artiste et vice-président du Qatar Museum Authority, qui collectionne depuis vingt ans les œuvres des créateurs du monde arabe.

 

Tradition, modernité et ouverture internationale : tel semble être le triptyque qui donne le ton à ce musée.

 

On note ainsi dans cette exposition un tableau du syrien Louay Kayyali (1934-1978), peint en 1961, où une jeune femme allaite son enfant. Le sein est vu de profil, assez stylisé, pas de quoi outrager même une ligue de vertu occidentale, mais surprenant dans le contexte pudibond des émirats. Pudibond mais pas intolérant….

 

Il leur arrive même de se moquer de leurs petits travers, comme  dans ce tableau de Faisal Laibi (né en 1947), qui représente une épouse agenouillée aux pieds de son mari, lequel fume tranquillement le narguilé tandis qu’elle lui ôte ses chaussures : l’œuvre est intitulée Relationship !

 

Interrogée par CNN, la jeune directrice du lieu, Wassan Al-Khudairi, âgée de 30 ans, admet que le Mathaf doit contribuer à faire reculer les frontières de ce qui semble acceptable dans la région.  On en trouvera un exemple frappant avec une vidéo d’Adel Abidin (né en 1973), qui montre une blonde volcanique, pulpeuse et fort peu habillée, chantant sur la scène d’un cabaret et dans l’intimité de sa loge.

 

Pourquoi tout cela est-il réjouissant ?

 

1.      Nous avions déjà en France, des esprits brillants et érudits, tel Malek Chebel qui prône un « islam des lumières », c’est-à-dire un islam qui renonce à sa part obscure pour mieux exhaler sa face lumineuse.  L’islam dont il parle est celui du partage : « Celui qui amène au monde l’algèbre, l’arithmétique, la parfumerie, une gastronomie brillante, une musique, une maison de la sagesse et qui s’occupe de cosmologie. Fondé sur la raison, l’échange et le travail, l’échange et le respect d’autrui. »

 

2.      Malek Chebel dans une autre partie de son œuvre (Encyclopédie de l’amour en Islam, Payot, 1995 ; Psychanalyse des « Mille et Une nuits », Payot, 1996 ; Dictionnaire amoureux de l’Islam, Plon, 2004 ; le Kama-sutra arabe, Pauvert, 2006 ; Dictionnaire amoureux des Mille et une nuits, Plon, 2010) lève le voile sur la culture propre à l’islam, sous l’aspect de la vie érotique, des rapports entre les sexes, des arts et autres raffinements de la culture orientale qui ont fasciné l’Occident depuis la découverte de l’Orient.

 

 

3.      Nous savons, notamment depuis W. Reich que tout ce que l’on refoule le plus est cela même qui rejaillit avec une force sauvage. Ainsi la haine de la chair a pour corollaire celle de l’esprit, marque de tous les fondamentalismes guerriers qui reposent sur une conception dualiste de l’humanité : d’un côté « les bons », de l’autre « les méchants » ; d’un côté « les purs », de l’autre «  les impurs ».

 

4.      L’art et la culture apparaissent une fois de plus comme des antidotes saisissants face à la violence, l’obscurantisme et le fanatisme. C’est la raison pour laquelle on ne peut que se réjouir d’une telle initiative.  Un Occident imbécile a pu mettre en valeur, pour des raisons mercantiles, une pornographie, heureusement en déclin aujourd’hui. Réjouissons-nous alors qu’un érotisme véritable et artistique puisse fleurir, dans le droit fil de traditions millénaires, en de nombreux points de la planète.

 

 

Veritis.

 

Rédigé par Veritis

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Veritis 29/12/2010 19:36


@ Romuald,

Il existe des ouvrages qui, je crois, expliquent assez bien l'évolution du monde arabo-musulman et comment, du moins jusque vers la fin des années 1970 il a raté une certaine forme de modernité.
J'essaierai de les retrouver afin d'en faire un billet de synthèse.

Les choses ont, toutefois, bien changé, aujourd'hui pour les pays du Golfe en raison de l'exploitation de la manne pétrolière et des investissements préparant l'après-pétrole réalisés aujourd'hui.
Cela n'est d'ailleurs pas sans poser des problèmes : bulle et krach immobiliers, capitalisme façon "Dubaï", etc...

Sur le plan politique, il s'agit pour la plupart de ces pays de régimes autoritaires ou de monarchies. Cependant on note ici ou là quelques inflexions allant dans le sens de la modernité, comme au
Qatar. Tout cela est encore très timide, mais va peu à peu dans le bon sens.

Le problème essentiel vient, me semble-t-il d'une longue tradition qui vise à mélanger dans la sphère publique, l'espace religieux et l'espace politique. Cela sert bien sûr les pouvoirs dominants
mais est aussi assez profondément ancrée, à l'heure actuelle, dans la population. Il n'existe donc pas de tradition démocratique comme chez nous (mais cela est aussi vrai de la Russie ou de la
Chine par exemple).

En Occident, il existe aussi toute une école de penseurs tels M. Chebel (mais ce n'est pas le seul) qui essayent de repenser l'islam dans un cadre laïque et républicain. Aujourd'hui ce courant est
assez minoritaire, mais il devrait pouvoir se développer, grâce notamment à la poussée des jeunes générations éduquées et formées à l'Université. C'est la raison pour laquelle, je crois qu'il faut
l'encourager.

Comme souvent dans ce domaine, il y a :

- quelques ultra-minoritaires engagés, au nom d'un fondamentalisme religieux, dans un Djiad fanatisé et qui cherchent à tester la République voire à la déstabiliser. Ces mouvements, encore une fois
ultra-minoritaires, doivent être combattus vigoureusement y compris par nos amis musulmans, ce qu'ils ne font pas assez à mon avis.

- des organes représentatifs conservateurs et assez traditionalistes, comme souvent.

- des fidèles qui expriment une culture dérivée d'une tradition, comme il en existe chez les catholiques par exemple.

- des personnes qui, ayant baigné dans une tradition musulmane, s'inscrivent, cependant, dans une perspective plus laïque.

Par ailleurs, comme l'a bien montré E. Todd, il existe une assez forte corrélation entre le niveau d'éducation, le nombre d'enfants et l'emprise de la tradition. Hormis de rares minorités, en
effet, plus le niveau d'éducation augmente, plus le nombre d'enfants diminue et plus le poids de la tradition recule.

Je pense donc qu'il y a quelques raisons pour être optimistes. A condition, toutefois :

- de ne pas être naïfs devant les violences et provocations auxquelles se livrent quelques fanatiques impénitents.

- de favoriser ce que M. Chebel appelle "un Islam des Lumières".

- de permettre l'exercice du culte par le biais d'un "Islam de France" et non d'"un Islam en France".

Quoi qu'il en soit, si les règles d'évolution sociologique se vérifient, il y a tout lieu de penser que l'Islam connaîtra, en Occident, une évolution semblable à celle de l'Eglise catholique, se
traduisant par une diminution sensible du nombre des pratiquants effectifs.

Un des problèmes préoccupants reste cependant le sort des Chrétiens en pays musulmans, comme j'ai déjà eu l'occasion de le signaler dans un de mes billets précédents. Car, il est bien évident que
la loi de la réciprocité doit pouvoir s'appliquer en matière de liberté de culte, à moins de considérer qu'il y ait des pays "barbares" d'un côté et des pays "civilisées"
de l'autre.

Et nous aimerions, de ce point de vue, que les organisations représentatives du culte musulman, s'expriment avec plus de force et de vigueur, pour condamner de telles pratiques.


Romuald 28/12/2010 21:18


Justement, comme la civilisation islamique a-t-elle pu passer d'une ère prospère que ce soit d'un point de vue culturel, mais aussi scientifique voire sociétal, à une idéologie mortifère, frustre -
et frustrée - et revancharde ?...

Ce qui est assez troublant, c'est qu'il semble que le déclin de l'Islam se soit amorcé peu après le repli désordonné des Croisés face aux armées de Saladin.
Les musulmans ont subi échecs sur échecs; qu'il s'agisse des Arabo-berbères chassés d'Espagne, ou encore des Ottomans mis en échec à leur tour sur mer et sur terre.

La position d'un Malek Chebel semble bien minoritaire; quelle portée a-t-il au juste dans le monde musulman ?...


Car le souci, c'est que les musulmans de France fréquentent des mosquées gérées par leur pays d'origine respectif et qu'ils sont déjà divisés entre eux (suffit d'observer ce qu'il se passe au CFCM,
ou pour la future grande mosquée de Marseille par ex)... Or on ne peut pas dire que l'islam pratiqué dans ces pays d'origine soit très éclairé.


Veritis 28/12/2010 20:34


@ Romuald,

Merci de ces précisions.

Ce que j'ai essayé de mettre en évidence c'est à la fois le riche passé de la civilisation musulmane, notamment lorsque la prestigieuse université de Cordoue abritait un foisonnement de rencontres
entre musulmans, juifs et chrétiens et aussi le travail d'intellectuels musulmans tels que Malek Chebel avec lequel j'ai eu le plaisir de discuter et qui pratique ce que j'appelle l'intelligence
contextuelle des textes et combat l'obscurantisme rétrograde.

Bien à vous.


Romuald 28/12/2010 13:48


Lors des débats parlementaires sur le voile intégral, Pascal Hilout, un Français d'origine marocaine et élevé dans la culture musulmane, avait répondu à une question relative au rapport du corps,
dans la civilisation musulmane.
Voir ici avec le curseur calé à 19'15 http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/voile-integral/voile-integral-20091202-3.asp

Ce qui m'a quand même étonné, c'est que la France du XIXème siècle a été fortement attirée par l'Orient, avec le fantasme des Contes des Mille évoqué par Chebel et une nuits, de la volupté, de
l'érotisme....

Aujourd'hui, la civilisation musulmane semble au contraire refouler totalement cet érotisme.
Dans un blog dédié à l'Egypte et alimenté par une journaliste française de Libé expatriée là-bas, j'avais été frappé par une série de photos montrant l'évolution de l'Egypte des années '50 vers
l'actuelle.
http://egypte.blogs.liberation.fr/guibal/2010/02/voile.html

Mais après des décennies de bienveillance aveugle et coupable, on a les mêmes en France.. http://www.tribunedelyon.fr/index.php?actus/societe/24142-rhone-:-le-voile-menace-a-vaulx-en-velin

Triste...


Mais ne perdons pas espoir..
Je lis régulièrement la presse arabe (anglophone) comme Al Jazeera ou Al Arabiya.
Et j'avais ainsi appris qu'un imam saoudien, mélomane (la musique et les chants profanes sont prohibés là-bas car considérés comme sataniques, pardon, sheitanesques) avait soulevé une polémique en
défendant la musique et le chant.
http://www.alarabiya.net/articles/2010/07/01/112770.html

Je me rappelle également qu'une Saoudienne avait remporté un concours de poésie, alors qu'elle s'en prenait à la chariah. http://www.alarabiya.net/articles/2010/03/27/104209.html

Enfin durant ce ramadan, une série TV satirique a fait rire dans les chaumières du Golfe, mais pas les autorités religieuses.. http://www.alarabiya.net/articles/2010/08/26/117678.html