Le Billet de Veritis : Ces fameux électeurs du FN !...

Publié le 23 Mars 2011

Tout le monde ne bruisse que de cela. La peste brune serait à nos portes. Bientôt des miliciens armés vont contrôler les portes de la ville pour combattre un fléau qui se serait emparé des esprits aulnaysiens ou autres !....

 

Aujourd’hui, vous allez au bistro. Six personnes accoudées au comptoir et l’une d’elles a voté FN ! Vous faîtes une réunion d’entreprise : six personnes autour de la table et hop !  l’une d’entre elles a peut-être voté  FN. La même chose pour un meeting électoral, une réunion Tupperware, le rassemblement des amoureux des voitures anciennes, les copains d’avant de la 3° B du collège Gérard Philippe, que sais-je encore !

 

Rien de nouveau, sous le soleil, pourtant. L’ancien de l’OAS, celui qui brillait par ses saillies verbales faisait aussi bien, auparavant.  Mais voilà, il a transmis les clefs du royaume de la mauvaise foi à une fausse blonde qui se veut moderne et qui a surtout – question de génération – l’art de capter l’air du temps et de surfer sur cette fameuse « vague bleu marine » ! De vieilles soupes bien recuites passées au mixer de la « modernité » avec une vague tendance marketing qui surfe sur les peurs et la souffrance sociale.

 

Jadis, L. Fabius, alors qu’il était encore le plus jeune Premier ministre de France que Tonton avait donné à notre bon pays déclarait bien volontiers que le FN n’était que « des mauvaises réponses à de bonnes questions ». C’est à croire qu’aujourd’hui, les questions demeurent, mais que les réponses, hélas !….

 

Plus récemment, P. Devedjian, Président du Conseil général des Hauts de Seine, pour une fois inspiré, déclarait : « Le FN n’est que le baromètre de nos insuffisances ». Je suppose qu’il voulait dire : les insuffisances de droite comme de gauche ! On a alors envie de lui dire : « Tu parles d’or, camarade ! En as-tu parlé à ton maître ? » Mais probablement pas, parce qu’il paraît qu’ils sont fâchés et que de plus, il se trouve sur un siège éjectable. Ah, politicaillerie, quand tu nous tiens !...

 

Ce n’est pas notre ami C. Bartolone, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis qui aurait pu prononcer une phrase pareille ! Des insuffisances, il n’en a point, et surtout pas budgétaires !...

 

Bref, cette fausse blonde, à l’aide de sondages savamment distillés et de quelques communicants en mal de sensation et d’effroi à transmettre au bon peuple ont réussi à faire d’un non événement, un événement à la une de tous les journaux. Et « front républicain », par ci, « ni ni » par là (tiens ça me rappelle quelqu’un !),etc.  La polémique enfle, pour le bonheur des gazettes et des démagogues patentés.

 

Et, pourtant, tout cela est d’une simplicité absolue.

 

Il ne s’agit pas ici d’approuver ou de désapprouver, mais d’abord de comprendre, car ce n’est pas en fermant les yeux que l’on trouvera des solutions…

 

1.      Si tous les électeurs du FN étaient d’extrême droite, ça se saurait ! Donc, la peste                  brune n’est pas encore à nos portes...Le vote FN traduit une désespérance sociale et un trouble profond face aux phénomènes de mondialisation et d’immigration.

2.      Le vote FN est le symbole d’un repli sur soi face à la montée de l’insécurité et de l’incivisme.

3.      Il est un signe d’exaspération face à une « classe politique » lointaine ou impuissante.

4.      Il est, bien souvent, le mode d’expression des « petites gens » qui ne croient plus en rien et sont désabusés de tout.

5.      Il est, aussi, le cri d’alarme des petits artisans, petits commerçants ou autres qui n’ont pour sécurité que leur dur travail et à qui, à ce titre, payent impôts et taxes de touts sortes, sans bénéficier des allocations qui vont à d’autres.

6.      Il est un vote protestataire sorte de pied de nez aux institutions et à ceux qui les dirigent.

7.      Il est donc une sorte de baromètre de nos « maladies » sociales.

 

Le phénomène est d’autant plus préoccupant qu’il semble qu’une sorte de « vague »  allant dans le même sens soit, plus ou moins, à l’œuvre en Europe.

 

Mais ce n’est ni la première, ni la dernière fois que de telles choses se produisent. Alors, même s’il convient d’être vigilants, il faut savoir raison garder.

 

Et puis, rappelons-nous cette belle formule taoïste : « Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt »

 

Attaquons-nous alors aux causes réelles et non aux symptômes et les cris d’orfraie cesseront d’eux-mêmes ainsi que ces votes sans issue.

 

Car, là où il a, pour peu de temps, exercé le pouvoir, le FN s’est révélé pire que tout ce que l’on pouvait imaginer : esprit de clan, intolérance, passe-droits, non respect de la démocratie locale, menaces, licenciements, censure… Tiens, tiens….J’en passe et des meilleures !

 

Et de plus, au plan local ou national, le FN n’a pas l’ombre du début d’une esquisse d’une solution aux maux qu’ils dénoncent, parfois avec raison ! Car jamais le refus de l’autre, le repli sur soi ou la « fermeture » des frontières ne peuvent tenir lieu de viatique. Nous y perdrions alors nos libertés, la santé de notre économie et nos valeurs les plus hautes.

 

Nul n’est propriétaire des voix des électeurs. On l’oublie trop souvent. Mais c’est à ce prix que nous pouvons assurer la sauvegarde de nos libertés. Il ne sert donc à rien de fustiger tel ou tel. Pour autant, nombre d’électeurs se laissent trop souvent abuser par des démagogues qui délivrent de fausses solutions simplistes ou mensongères.

 

Mais il n’est jamais trop tard pour un sursaut civique et républicain. Loin des vaines polémiques et des fausses querelles. Pour le bien de tous, y compris de ceux qui ont pu être aveuglés.

 

Encore convenait-il de le dire. Voilà c’est dit !

Rédigé par Veritis

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 23/03/2011 10:23


A propos du repli sur soi, le problème en France, c'est que l'idéologie antiraciste est diffusée par la gauche, qui se trouve donc être juge et partie.

Comment expliquer sinon qu'un Hortefeux a été poursuivi, et condamné (!) pour avoir lancé une vanne à celui qui était alors encore militant UMP - et ce n'est même pas ce militant qui a déposé
plainte - alors que des insultes lancées par des cadres du PS envers la sénatrice PS Bariza Khiari pour éviter qu'elle ne se présente à des élections (cf son propre témoignage
http://www.dailymotion.com/video/xc194f_musulmans-de-france-extrait-4-ep3_news#from=embed ) ou encore des vannes douteuses, là encore adressées par des socialistes, à l'endroit d'Ali Soumaré
l'Obama français qu'a propulsé ce même PS; alors donc que ces insultes n'ont été suivies d'aucune plainte de la part des associations censées lutter contre le racisme ?

Quid des municipalités de gauche qui, cet été, ont fait expulser à tour de bras des Roms sans que ne hurlent les « antiracistes ?
Le Courrier des Balkans avait publié en septembre une carte de France intitulée « carte de la honte »; étaient recensées 27 municipalités ayant formulé des demandes d'expulsion auprès des
préfectures.
Sur 27 préfectures, 2 étaient UMP (Aix-en-Pce, et une petite commune de 12.000 habitants des Yvelines), deux MoDem/Nouveau Centre.
On se rappellera qu'une certaine maire de Lille, présidente de Lille Métropole, martelait « Oui M. Sarkozy, les Roms sont des êtres humains ! ». Sauf que, quelques jours plus tard, le Figaro a
publié une missive qu'elle avait envoyé, en tant que présidente de Lille Métropole, au préfet, lui demandant d'expulser dans l'urgence des Roms squattant un terrain de sa circonscription.
De même, Nantes a été condamnée par la justice à verser 300€ à chaque Rom expulsé illégalement de cette ville; le maire de Nantes n'est autre que le président du groupe PS à l'Assemblée...

Quid de la maire écolo de Montreuil qui, dernièrement, visitait en se bouchant le nez le camp de Rom situé sur sa commune et a lancé à des Roms, en « plaisantant », qu'ils devraient penser à
utiliser des moyens de contraception ?
Ces propos, s'ils avaient été tenus par un Hortefeux ou un Zemmour, auraient été suivis d'une bronca généralisée de la part de la clique « antiraciste ».

Enfin, la mairie de Sarcelles (dont un certain directeur de FMI était le maire; ville ayant conservé la même couleur politique càd PS) a formulé une demande d'expulsion auprès du tribunal de
Pontoise, pour que soient expulsés les Roms suite à un arrêté municipal pris en février 2010, ordonnant aux Roms de quitter la commune.
A-t-on entendu les bonnes âmes de gauche appeler à voter en faveur d'un « front républicain » contre les candidats PS que soutient, pour ce 2nd tour des Cantonales, le maire PS de Sarcelles ?


Comment expliquer les poursuites judiciaires ayant frappé Vanneste pour ses propos anti-homos (mais je crois qu'il a été relaxé), alors que des groupes de rap, de reggae peuvent librement appeler à
« brûler des homos », et qu'un club de foot musulman puisse refuser de jouer contre un club de foot homo; sans là encore qu'il n'y ait de poursuite formulée par ces associations « antiracistes
».

Comment justifier l'absence de plainte pour racisme de la part de ces assco' lorsqu'un blanc ou un asiatique sont précisément agressés en raison de leur couleur de peau/origine, alors que lorsqu'un
noir, un maghrébin ou un juif est agressé, on voit parfois même des élus se déplacer.

Bref il existe un deux poids deux mesures érigé en idéologie, et qui sévit depuis trop longtemps.
Comme le disait Desproges : « J’adhérerai à SOS-racisme quand ils mettront un S à racisme. Il y a des racistes noirs, arabes, juifs, chinois et même des ocre-crème et des anthracite-argenté. Mais à
SOS-Machin, ils ne fustigent que le Berrichon de base ou le Parisien-baguette. C’est sectaire. (…) Mais attention, il ne faut pas me prendre pour un suppôt de Le Pen sous prétexte que je suis
contre tous les racismes. »


Par ailleurs, s'il est certain que le FN est plus que probablement incompétent en matière de gestion économique (sur le site du FN, rubrique Programme, le volet économie/budget point envers un
laconique message indiquant une mise à jour, et invitant le lecteur à revenir ultérieurement), il est absurde de la part de la droite, et encore plus de la gauche, de hurler à la menace
fasciste.
Jospin lui-même en convenait, la menace fasciste est du vent et a été fabriquée de toutes pièces.

Alors que l'antisarkozysme n'a jamais été aussi puissant, curieusement, cela ne profite pas du tout à la gauche. Celle-ci devrait se poser les bonnes questions, au lieu de venir se poser en
gardienne de la démocratie (comment se porte la démocratie, au PS marseillais ?).
Lorsqu'aucune réponse n'est apportée au peuple par les partis classiques, celui-ci se tourne vers les extrêmes.