La démocratie, dans quel état ? (1/3)

Publié le 2 Avril 2011

Il semblerait que nos démocraties modernes souffrent de quelques maux et se posent des questions existentielles. Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j'erre ? Et plus fondamentalement : suis-je vraiment ?

Cette question est en effet au coeur de nombreux ouvrages actuels dans le domaine des sciences sociales. Les analyses critiques portent sur les rouages décisionnels de nos sociétés dites démocratiques. Leurs auteurs mettent en exergue les (trop grandes) connivences entre les élites économiques, financières et politiques, lesquelles prendraient alors des décisions sans tenir compte de l'avis des populations. L'intérêt particulier (de ces élites) prévaudrait systématiquement sur l'intérêt général, les acteurs économiques et financiers les plus puissants réussissant à influencer les politiques afin que ces derniers prennent des décisions en leur faveur.

democratie.png

Il y aurait donc quelque chose de pourri au royaume de la démocratie ?

Mais revenons à la base. Démocratie : demos cratos, le pouvoir du peuple. Née à Athènes au Vème siècle avant J.C., cette conception du pouvoir politique entend donner au peuple une entière souveraineté dans la gestion des affaires de la cité. Dans un tel régime, le peuple doit décider souverainement et collectivement de son avenir, de sa destinée. Par peuple, il faut ici entendre les "hommes libres". La démocratie athénienne distinguait en effet l'homme libre, véritable citoyen prenant effectivement part aux affaires de la cité, et l'esclave qui, par définition, n'était pas libre et n'avait donc pas son mot à dire.

L'autonomie individuelle et collective est donc à la fois le principe et la finalité de la démocratie. Puisque le pouvoir n'appartient à personne en particulier mais au peuple en général, le régime démocratique s'oppose de fait aux autres formes de régimes tels que la théocratie, la monarchie, l'autocratie, la ploutocratie et... l'oligarchie.

Nous y voilà. C'est ici que le bât blesse. En fait de bas, il s'agirait plutôt de haut... du panier. L'oligarchie est un régime dans lequel le pouvoir est aux mains d'un petit groupe d'individus. En démocratie, le choix politique est fondé sur un principe égalitaire ( 1 citoyen = 1 voix) qui, couplé à un système de représentativité, permet aux voix majoritaires de mettre au pouvoir leur représentant, censé défendre l'intérêt général, c'est-à-dire celui du plus grand nombre. Le primat de l'intérêt général est donc normalement assuré par le vote des citoyens, qui conservent ainsi leur souveraineté.

C'est le système politique adopté par de nombreuses sociétés, dont la nôtre. Nos institutions sont effectivement démocratiques : le droit de vote est garanti, chacun peut s'exprimer, fonder un parti, etc. Dès lors, nous ne pouvons affirmer être dans un système oligarchique, institué et assumé en tant que tel. Et pourtant... (A suivre...)

Pour une discussion sur le thème de La démocratie, dans quel état ? Rendez-vous avec les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon ce samedi à 16h à la libraire  Folies d'encre du 41 boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois.

Source : Aurélien Picot Gazette de Folies d'encre. Avril 2011.

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

L' horloger éclairé 02/04/2011 11:01


Salut Stéphane,

Super ton introduction au débat !

Mais en fait, la discussion aura lieu à partir de 17 h au lieu de 16 h.

Cela étant passer une heure dans cette sympathique librairie à feuilleter et/ou acheter la bonne vingtaine de bouquins exposés qui traitent de ce sujet, ne peut pas faire de mal.

S'il y a beaucoup de monde, ce que je crois, il faudra juste repousser un petit peu les murs de la démocratie aulnaysienne...