L’insolente attractivité des bureaux de Plaine Commune

Publié le 7 Février 2014

plaine-commune.jpgEn 2013, l’agglomération a continué à construire et remplir des bureaux, désormais occupés à plus de 90%. C’est mieux que la Défense.

Le chiffre est symbolique. Pour l'année 2013, le taux de vacance (le nombre de bureaux disponibles par rapport à la surface totale de bureaux) est passé sous la barre des 10 % à Plaine Commune*. Avec 9,8 % de bureaux vides, l'agglomération est désormais proportionnellement plus remplie que La Défense, pour la première fois. Les bureaux du célèbre quartier d'affaires de l'Ouest parisien affichent en effet un taux de vacance de 12,2 % en 2013, selon le baromètre professionnel Immostat. L'an dernier, les chiffres étaient pratiquement inversés.

De là à dire que Plaine Commune récupère les salariés d'entreprises qui quittent la Défense, il y a un pas que Patrick Braouezec, 
président (Front de gauche) de l'agglomération, hésite à franchir. « Nous ne sommes pas en concurrence, plutôt en complémentarité. Nous avons fait le choix, il y a vingt ans, d'un urbanisme de rues plutôt que de dalles, nous privilégions les campus et l'étalement horizontal plutôt que les tours », précise-t-il.

Il est vrai que les volumes restent encore bien différents entre Plaine Commune (215 200 m 2 de bureaux disponibles) et La Défense (401 000 m 2). Mais l'arrivée de 
SFR l'an dernier à Saint-Denis, ainsi que les réflexions d'autres grands groupes de La Défense sur de possibles mouvements à Saint-Denis contribuent à alimenter les fantasmes.

La réalité est un peu différente. Si les implantations conclues en 2013 sont nombreuses, aucune n'est consécutive à un déménagement d'une entreprise de La Défense. La principale installation signée l'an dernier concerne la Haute Autorité de 
santé (HAS), déjà présente à Saint-Denis. L'organisme va déménager de quelques mètres pour occuper 12 400 m 2 dans un immeuble de 20 000 m 2, dont la construction vient de commencer avenue du Stade-de-France.

Autre installation importante, celle du Crédit agricole. La direction régionale nord de la banque verte va quitter Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) pour rejoindre le quartier du Landy à Saint-Denis, sur 5 400 m 2. Le siège social d'Euromedia, leader européen dans la prestation de services audio et vidéo, va quant à lui quitter Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) pour 6 000 m 2 sur l'avenue de la Métallurgie, à la Plaine-Saint-Denis. Un quartier déjà fortement tourné vers l'audiovisuel et qui enregistre, notamment, l'extension de la société de Jean-Luc Azoulay, JLA Holding, sur 2 000 m 2.

« Ces arrivées sont un signe que le territoire s'agrandit. D'autant que les entreprises qui viennent font le choix d'y rester et de se développer », estime Patrick Braouezec. La SNCF va ainsi prendre possession ce mois-ci d'un nouveau bâtiment à Saint-Denis. Et Vente-privee.com, une des pépites du territoire avec 4 bâtiments et 1 300 salariés, qui a eu l'honneur hier d'une visite improvisée du président de la République François Hollande, va aussi s'étendre dans un nouvel immeuble de 8 800 m 2 en face du Stade de France.

Aubervilliers n'est pas en reste. La deuxième ville de l'agglomération accueillera le siège social de Veolia en 2015. Les travaux vont commencer d'ici l'été. Et le patron des patrons lui-même montre l'exemple. Radiall, société audiovisuelle dirigée par le président du Medef Pierre Gattaz, vient d'acquérir 2 500 m 2 à Aubervilliers.

* Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, L'Ile-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains, Villetaneuse.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 07/02/2014 11:52

Les communes dans lesquelles sont implantées ces entreprises et sièges d'entreprise sont gagnantes d'un point de vue fiscalité.
En revanche en terme d'emplois, ces sociétés délocalisent juste leurs propres employés vers ces communes, ce qui ne profite donc pas spécialement aux chômeurs de Seine-Saint-Denis.

On peut également se demander si la profusion de sociétés plutôt haut de gamme ne va pas entraîner une hausse du foncier, préjudiciable aux habitants de Seine-Saint-Denis les plus précaires...