L’Hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois s’équipe d'une piscine thérapeutique et d’un plateau de rééducation

Publié le 31 Janvier 2014

ballanger-reeducation-aulnay.jpgC’est un long bâtiment rouge aux façades lisses qui tranchent avec celles, un rien défraîchies, du bâtiment chirurgie d’en face, construit dans les années 1970. Le nouvel établissement de soins de suite et rééducation (SSR) de l’hôpital intercommunal Robert-Ballanger (Aulnay-Villepinte) sera inauguré aujourd’hui… avec des chambres encore vides et des salles de rééducation désertes. Il faudra encore quelques semaines, jusqu’au 4 mars, pour déménager le matériel et les patients, aujourd’hui installés dans un petit bâtiment vieillot et voué à la démolition.

« C’est une modernisation et une extension », souligne le directeur de l’hôpital Jean Pinson, qui rappelle que le bâtiment neuf disposera dès son ouverture de 42 lits (contre 20 actuellement) et de 20 places en hôpital de jour (contre 5 jusqu’alors). Ici, on accueillera les patients souffrant d’atteintes neurologiques, se remettant d’un accident vasculaire cérébral ou d’une grosse opération cardiaque, ayant perdu tout ou partie de l’usage de leurs membres… Les kinésithérapeutes et ergothérapeutes les aideront à récupérer une partie de leur mobilité, mais aussi à vivre avec leur handicap.

Jusqu’à présent, les équipes soignantes devaient se contenter de locaux exigus. Elles disposeront désormais d’un plateau technique de rééducation de 1690 m2 et notamment d’une piscine thérapeutique, mais aussi de plusieurs ateliers (cuisine, bricolage, informatique) équipés de mobilier réglable, à hauteur variable pour être accessible à tous les patients. Deux grands gymnases équipés de boxes individuels permettront aux kinésithérapeutes de travailler en toute quiétude avec leurs malades. « Jusqu’à présent, pour s’isoler des regards, on était obligés de s’abriter derrière des paravents », raconte Ruth Mamane-Duro, cadre de 
santé en charge de la rééducation.

Du matériel de pointe

L’établissement sera enfin doté d’un matériel de pointe, l’Armeo, sorte d’armature robotisée et reliée à un écran. Elle permet aux patients lourdement atteints de travailler sur l’usage de leurs membres supérieurs, en accomplissant des gestes virtuels. Coût de ce chantier : 22 M€. L’équipe a également été renforcée, passant de 5 à 7 kinés et de 4 à 6 ergothérapeutes. Un professeur d’activité physique adaptée et une neuropsychologue ont été recrutés.

L’objectif est de passer à une capacité de 56 lits en juin, et de 85 lits à terme. La demande est importante, dans un département qui dispose aujourd’hui de 2262 lits de soins de suite et rééducation (dont seulement 556 dans le public) et de 237 places en hôpital de jour (65 en hôpital public). « Pour l’instant nous avons un 
financement pour 42 lits », glisse Geneviève Pontoise, directrice adjointe en charge des Affaires générales. L’ARS (Agence régionale de santé) confirme que la demande d’une somme supplémentaire est à l’étude.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Salah 13/02/2019 12:19

Bonjour bravo bravo monsieur le directeur de l'hôpital Robert balanger sevran /aulnay S /bois pour ce projet de la piscine on a toujours besoin les séances et la rééducation merci beaucoup bonne continuation. Mr salah fathi je cherche un studio pour retourner avec vous.