Jeter son sapin en forêt peut coûter 150 euros d’amende !

Publié le 26 Décembre 2013

sapin.jpgL’Office national des forêts (ONF) avertit qu’il est interdit de se débarrasser des résineux dans les sous-bois et alentours. Ils sont nocifs pour l’écosystème.

Le beau sapin n’est pas toujours le roi des forêts. En ce lendemain de Noël, dépouillés de leurs boules scintillantes et de leurs guirlandes lumineuses, les pauvres conifères, frappés de chutes massives d’épines, deviennent bien inutiles et encombrants. L’Office national des forêts (ONF) lance une alerte pour éviter de voir ces résineux désœuvrés venir décorer les sous-bois. « C’est une fausse bonne idée qui a des conséquences importantes sur l’écosystème », explique un agent de l’ONF, Guillaume Larrière. De nombreuses solutions plus adéquates existent aujourd’hui, comme les déchetteries, les magasins assurant le service après-vente ou encore les collectes communales qui, de plus, valorisent ces conifères en les transformant en compost ou en copeaux.

Ces arbres ne poussent pas naturellement dans la région

En France, chaque année, près de 5 millions de sapins sont vendus pour les fêtes de Noël. Les trois-quarts, dénués de racine, sont coupés. « Le public a tendance à croire que, comme ce sont des végétaux, ce n’est pas grave de les abandonner en forêt. C’est faux, comme pour les tailles de haies ou les tontes de pelouse. Ce sont des déchets », explique l’agent de l’Office.

Les déposer dans les bois est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 150 €. Les grandes épaisseurs d’aiguilles mettent en effet beaucoup de temps à se décomposer, asphyxient et acidifient localement le sol. « Le vrai problème, c’est la quantité et l’accumulation de sapins. En particulier dans une forêt fortement entourée de villes », précise Guillaume Larrière. L’autre souci rencontré par l’ONF, c’est, plus rarement, la replante des sapins achetés en pots. Car ce résineux ne pousse pas naturellement dans les forêts oisiennes et franciliennes. Seuls des pins s’épanouissent dans la région. Importer des végétaux qui n’ont rien à faire là peut avoir des répercussions majeures sur l’environnement, comme pour la renouée du Japon, une plante invasive dont l’ONF peine à se débarrasser.

« Si tout le monde met son sapin en terre en forêt, nous assisterons à un enrésinement des bois », met en garde Guillaume Larrière. Encore faut-il que les conifères replantés aient des chances de pousser : « L’année dernière, nos agents ont découvert trois sapins plantés. Ils n’avaient pas de racines! Pour le coup, c’était mignon », sourit Guillaume Larrière. 

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 26/12/2013 13:18

Si François Hollande jetait son Sapin (Michel), devrait-il aussi s'acquitter de cette amende? En tous cas, ce sont nous, contribuables, qu'avons les boules....