Il n’y a plus de voiture à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 26 Octobre 2013

C3-Aulnay-Fin.jpgLa dernière Citroën C3 « made in Aulnay » repose désormais au conservatoire Citroën. C’est un fait : il n’y a plus de voiture à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, qui fermera l’an prochain. Mais il y reste encore des salariés, un millier environ. Hier matin, une centaine d’entre eux sont venus prendre la pose à côté du véhicule à la carrosserie gris clair, exposé dans l’atelier de montage. Moment « symbolique » et « touchant », selon la direction, « un moyen de rappeler notre savoir-faire », selon Tanja Sussest, déléguée du SIA (Syndicat indépendant de l’automobile). Le véhicule a ensuite rejoint les 500 pièces du conservatoire, voisin des ateliers de production.

Aux portes de l’usine, ce sont des slogans pleins de colère qui ont résonné en milieu de matinée. Quelques dizaines de salariés s’étaient rassemblées, derrière une banderole déjà déployée à maintes reprises lors des manifs : « Non à la fermeture d’Aulnay ». « Six cents à Pôle emploi, mille non reclassés », lisait-on sur une pancarte. La CGT a contesté les chiffres rassurants avancés par la direction du groupe PSA, ainsi que les nouveaux projets de réindustrialisation .

Jeudi soir, la direction annonçait que 2700 salariés de l’usine étaient « reclassés ou en cours de reclassement », et que moins de 300 personnes « ne se sont pas encore manifestées ». « Moi, personne n’est venu me proposer quoi que ce soit », assure Hafida, 48 ans. L’opératrice indique avoir suivi une formation d’agent administratif, avant la mise en œuvre du plan social. « Les offres d’emploi qu’on nous propose sont pour des ingénieurs, des mécaniciens, pas pour nous », peste-t-elle. Louisa, 45 ans, cherche désespérément un emploi « dans la vente ». « La semaine prochaine, on a deux jours de chômage technique, j’en profiterai pour aller déposer des CV au centre commercial Aéroville (NDLR : qui vient d’ouvrir à Tremblay). »

En attendant, les salariés restants continueront à « pointer » à l’usine, censée produire quelques pièces détachées jusqu’à la mi-décembre, et abritant surtout des forums emploi ou des formations. Dans le cadre du plan social, la phase de volontariat court jusqu’à la fin de l’année. Puis s’ouvrira une phase dite « contrainte », avec d’ultimes offres de reclassement, avant l’envoi de lettres de licenciement.

« L’heure est à trouver des solutions pour les salariés », a estimé hier la députée (PC) du Blanc-Mesnil, Marie-George Buffet. « Pas de fermeture définitive du site avant que chaque salarié ne dispose d’une solution d’avenir », souhaite quant à lui le maire socialiste d’Aulnay, Gérard Ségura.

Source : Le Parisien

 

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article