Hello World !

Publié le 11 Juin 2010

southafricaflag.png

C'est magique. Je suis au boulot, mais avec la technologie actuelle, une simple clé USB tuner et hop je me retrouve au cœur de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de football. Ce sport m'a fait chavirer un soir de France-Allemagne en 1982. Un match au scénario hitchcockien, des espoirs, des rêves brisés, des rires, de la rage, des larmes, tout y était. Depuis le temps a passé. Les footballeurs sont devenus des people, la multiplication des matches, l'argent, les drames humains survenus autour de ce qui au départ était un simple jeu m'ont éloigné peu à peu des stades et de ma télé.

Mais aujourd'hui c'est différent. Quand je vois toutes ces couleurs, cette joie communicative, ce mélange, le bonheur de partager un moment festif, je ne sais pas pourquoi mais j'ai presque encore envie d'espérer... Et puis soudain je repense à ce samedi 5 juin à la mairie d'Aulnay-sous-Bois... Tous ces cris, cette incapacité au dialogue dans une simple ville de 80 000 habitants. Et après on organise des voyages en Israël et en Palestine pour leur expliquer comment faire la paix ! Quelle ironie !

Tant pis. Qu'il en soit ainsi. Si certains ne comprennent que le rapport de force et bien ils seront servis et largement... A moins bien sûr d'arriver à faire un pas les uns vers les autres. Est-ce si difficile ?

Voilà, la cérémonie est terminée... Place à la compétition avec deux matches prometteurs : Afrique du Sud - Mexique, suivi de France - Uruguay diffusé sur grand écran au Vélodrome...

Stéphane Fleury.           

 

     

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Soyons sport.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

François Siebecke 14/06/2010 15:40


Bonjour Stéphane,

Comme toi et de nombreux français et allemands, j'étais devant mon téléviseur le soir de l'historique demi-finale de la coupe du monde de ce sport qui pasionne un grand nombre de terriens et de
plus en plus de terriennes. Est-ce parce qu'il s'articule autour d'un objet tout simplement rond et plein comme notre planète ?
L'intensité de cette rencontre n'est pas seulement due à la qualité des deux équipes d'alors.
Après près de deux siècles de rivalités et de guerres, ces deux nations cousines se sont affrontés pacifiquement au plus haut niveau, grâce au sport.
Ton évocation d'Israël et de la Palestine est donc à-propos. Pourtant, je dois préciser qu'il n'a jamais été question à la délégation d'élus municipaux dont je faisais partie s'étant rendue dans
cette région, d'"expliquer comment faire la paix", mais plutôt d'inclure notre ville dans un réseau de villes européennes souhaitant favoriser le processus de paix, et ce, dans un cadre légal
autorisé.
Personnellement, je pense que notre ville ne doit pas se désintéresser de ce qui se passe dans le monde sous prétexte que cela dépasse nos frontières cadastrales.
La citoyenneté de demain est une citoyenneté mondiale. Ce qui passe à l'autre bout du monde nous concerne.
Alors, j'espère qu'un jour, la Palestine affrontera Israël en demi-finale de la coupe du monde à Pékin.

Bien cordialement,

François Siebecke