Fuite de gaz à la gare de triage du Blanc-Mesnil Drancy Le Bourget

Publié le 29 Août 2014

fuite_gaz_-_reims.jpgNouvelle alerte à la gare de triage du Blanc-Mesnil-Drancy-Le Bourget. Dans la nuit de mercredi à jeudi, peu avant 3 heures, la sirène d'alarme a retenti à la suite d'une fuite de gaz carbonique survenue sur un des wagons à l'arrêt transportant 60 000 l de CO2 liquéfié.

C'est un agent de la 
SNCF qui a constaté ce dégagement de vapeur de CO2.Il a immédiatement alerté sa direction qui, conformément à la procédure prévue, a déclenché la sirène et le plan d'urgence interne marchandises dangereuses. La circulation a tout de suite été interrompue sur l'ensemble des voies du site, y compris sur le RER B. Elle n'a été rétablie qu'à 5 heures. Un périmètre de sécurité a été mis en place, dès 3 heures, dans un rayon de 100 m puis, quand le danger était moindre, à 5 heures, dans un rayon de 20 m. Les pompiers de Paris sont restés présents sur le site jusqu'à 6 heures.

Le débat sur la présence de matières dangereuses relancé

Selon la SNCF, citée par la préfecture, c'est « un changement de température à l'intérieur du wagon qui a entraîné la transformation du CO2 liquide en gaz, ce qui a déclenché la soupape de sécurité ». Pour la préfecture, « cet incident a été classé en événement de type 2 et n'aurait donc pas dû conduire au déclenchement du plan d'urgence ». En clair, il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Un point de vue que ne partagent pas les élus et encore moins le collectif des riverains de la gare de triage (Corigat). « Cet incident souligne une nouvelle fois la présence sur ce site de wagons transportant des matières dangereuses et toxiques », dénonce le collectif pour qui « il y a urgence à développer une politique d'information précise en direction de la population ».

Comme le Corigat, Jean-Christophe Lagarde, le député-maire UDI de Drancy, réclame de nouveau « l'arrêt du transit et du stationnement des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques sur le site de la gare de triage ». « Il n'y avait peut-être pas de danger, note l'élu UDI. Mais si, au lieu de CO2, cela avait été un gaz mortel ? Vous imaginez, en pleine nuit... Cet incident montre simplement la permanence du danger sur ce site. »

Source article : Le Parisien / Image d'illustration

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 29/08/2014 13:35

Et c'est pas fini, comme il est dit dans la pub ....
L'autoroute ferroviaire arrive mais "n'ayez pas peur, on contrôle"
On déraille, oui