En 2012 chaque Francilien a produit 472 kg de déchets !

Publié le 11 Mars 2014

3661825_2.JPGL’Observatoire régional des déchets (Ordif) annonce que la quantité d’ordures ménagères diminue. Leur traitement reste néanmoins problématique.

C'est une bonne nouvelle pour l'environnement en Ile-de-France. En 2012, le nombre de déchets ménagers et assimilés (DMA) produits par les Franciliens a reculé de 70 000 t sur un an pour s'établir à 5,62 millions de tonnes. Enlevons quelques zéros pour rendre ce chiffre plus concret : en 2012, chacun des 11,9 millions de Franciliens a produit en moyenne 472 kg de déchets. Ce sont aussi huit kilos de moins qu'en 2011, précise l'Observatoire régional des déchets (Ordif), qui présente ce matin ses dernières données en la matière.

Prévention et fibre écolo ont permis leur réduction

L'une des raisons de ce recul, c'est la 
crise. En période de vaches maigres, on consomme moins et donc logiquement, on produit moins de déchets. « Mais c'est difficilement mesurable et ce ne peut pas être le seul facteur d'explication », prévient Geneviève Wortham (PS), présidente de l'Ordif.

Elle préfère y voir les premiers résultats de la mise en place, pour les plus anciens en 2009, de plans locaux de prévention des déchets (PLP), « qui concernent aujourd'hui 76 % de la population francilienne ». Si l'Ordif estime qu'il est « encore trop tôt pour évaluer l'impact de ces programmes », il constate que « 80 % des collectivités engagées dans un PLP depuis 2009 ont enregistré une baisse de leur ratio de collecte d'ordures ménagères, contre 70 % en moyenne dans l'ensemble de la région ».

Pour sa part, la vice-présidente chargée de l'environnement à la région, Corinne Rufet (EELV) veut y voir « une prise de conscience du problème de la part des Franciliens, qui contrairement à d'autres causes écologiques, est très concret. Les déchets, on y est confronté à chaque fois qu'on pose le pied sur la pédale de sa poubelle ».

Au niveau des départements, les situations peuvent être très variables. Ainsi, c'est en Seine-et-Marne que la quantité de DMA par habitant, comprenant les quantités déposées en déchetteries, a le plus reculé : la poubelle moyenne y pèse 23 kg de moins qu'en 2011. A l'inverse, la Seine-Saint-Denis et les Yvelines sont les deux seuls départements où la DMA a augmenté avec respectivement + 2 kg et +1 kg.

Cependant, la Seine-et-Marne reste le département où on remplit le plus son vide-ordures : avec 540 kg de déchets par habitant, on est très loin des 394 kg produits par les habitants des Hauts-de-Seine, les plus vertueux en la matière. Le Val-d'Oise et ses 505 kg de déchets par habitant se trouve en 3e position. Les Yvelines avec 476 kg se situent dans la moyenne.

« En Grand-Couronne, les modes de vie sont différents. Les gens y produisent davantage de déchets verts (feuilles, branches, gazon...) qu'en Petite Couronne », explique Geneviève Wortham. Seul bémol, si le nombre de déchets diminue, la façon de les traiter ne change pas et reste essentiellement nuisible à l'environnement.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 11/03/2014 13:46

Plus on consomme, plus on produit de déchets.
Pour relancer la croissance, on nous dit qu'il faut consommer.

Comment faire pour relancer la croissance par la consommation, si, dans le même temps, on doit produire moins de déchets ? :/