Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 07:34

college-gerard-philipe-aulnay-sous-bois.jpgUne soupe d'idées mal digérées. C'est l'image que renvoient les conversations de couloir des enfants entendues hier au collège Gérard-Philipe d'Aulnay-sous-Bois. Cet établissement de Seine-Saint-Denis, bordé d'immeubles HLM et de pavillons noyés dans la grisaille, compte un peu plus de 800 élèves.

La plupart d'entre eux ont vu, mercredi à la télévision ou sur Internet, des images de l'attentat. Ils ont vu les kalachnikovs impressionnants. Ils ont entendu les mots « On a tué Charlie ». La mention faite au Prophète en a choqué un grand nombre. « C'est pas des musulmans, c'est des gens qui viennent du diable », coupe Grâce, une élève de 4 e, à la fin d'un contrôle de maths sur Pythagore. « Le prophète, il aurait pas aimé ce qu'ils ont fait », commente aussi Amar, dans la même classe. Kenza, soucieuse, a peur de la suite. « Les gens mettent tous les musulmans dans le même sac. Ils voient ça, mais ils ne voient pas les musulmans qui donnent pour les pauvres en hiver. »

Dans la classe, la plupart des enfants ont discuté avec leurs parents de l'attentat. Ils se sont aussi renseignés sur les réseaux sociaux et quelques-uns cherchaient hier la vidéo de la fusillade mise en ligne, puis retirée de YouTube mercredi. « Mais pourquoi elle a été enlevée ? Comment vous êtes sûr que tout ça est vrai ? » bombarde un jeune en retour aux questions qu'on lui pose. La théorie du complot n'est pas loin. Un ado d'une autre section, un peu plus tôt le matin, a été conduit chez le principal pour « une mise au point » à laquelle devait succéder dans l'après-midi « une explication personnalisée ». Il avait mis en doute en classe la réalité des faits, explique le chef d'établissement, Stéphane Larrieu.

A midi, en préambule à la minute de silence en hommage aux victimes assassinées, le principal a lu un bref discours sur « les valeurs de la liberté, l'égalité, la fraternité et aussi la laïcité ». Ces mots, balancés dans toutes les salles par des haut-parleurs fatigués, n'ont atteint ni l'esprit ni le cœur de ces trois garçons de 3 e qui discutent devant la grille. « Il ne fallait pas faire de minute de silence » parce qu'« ils l'ont bien cherché », lancent-ils avant de partir. C'est pour éviter que naissent ces remarques glaçantes qu'une partie des enseignants n'a pas parlé de la fusillade, hier en classe. « Chacun fait selon sa sensibilité, résume Stéphane Larrieu. Les professeurs d'histoire-géo aborderont de toute façon le sujet, la liberté d'expression est au programme et le temps de l'échange va se prolonger au-delà d'aujourd'hui. »

En salle des profs, il y a la crainte des amalgames. La crainte des digressions qui dérivent vers la religion, un thème visiblement très sensible pour les élèves, quelle que soit leur confession. Hier, le nom de Dieudonné a ressurgi dans les conversations des jeunes : « Pourquoi lui a été condamné pour ce qu'il a dit sur les juifs, et pas Charlie Hebdo avec ses caricatures sur Mahomet ? » L'enseignante interrogée a répondu « qu'il faut faire la différence entre le fait de critiquer des idées et le fait d'attaquer des gens, un peuple ». Un autre enfant réfléchissait tout haut, perplexe : « Ceux qui ont tiré n'ont pas fait de mal au monsieur à qui ils ont volé la voiture, ils ne sont donc pas complètement méchants ? » Une autre pense que les terroristes « se sont sentis provoqués ».

« Des élèves pensent que les musulmans sont mal traités en France, c'est cela qu'ils essaient de dire mais ils le disent mal et ils arrivent aux mauvaises conclusions », analyse Maxime, un conseiller d'éducation qui a consacré « une heure dans le hall, entouré d'une trentaine de gamins » dans un débat improvisé sur les événements de la veille, carambolés par d'autres considérations, sur l'avenir de la Palestine ou l'islamophobie en France. Il a dû rappeler que les caricaturistes de « Charlie Hebdo » « ne sont pas racistes, c'est même exactement l'inverse ».

Sarah, professeur d'histoire-géo, a de son côté passé la matinée à répéter aux élèves « qu'ils avaient le droit d'être contre les caricatures de Mahomet, mais sans accepter ce qui s'est passé. Ils ont du mal à faire la différence entre la critique de la religion et le racisme, ajoute-t-elle. Des gamins ont l'impression qu'il y a les pro et les antimusulmans, et qu'on leur demande de choisir entre deux camps ». Des élèves ont aussi manifesté de l'inquiétude, évoquant l'hypothèse d'une guerre civile, ou d'une attaque terroriste dans le collège. « Certains ont très peur », constate une enseignante. Hier, les parents ont été un peu plus nombreux que d'habitude à accompagner leurs enfants et à venir les chercher à la grille du collège.

Source : Le Parisien

Partager cet article

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Education
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique