Des salariés de PSA d’Aulnay-sous-Bois manifestent à l’usine de Poissy

Publié le 16 Novembre 2012

PSAAULNAYPOISSY.jpg

Le changement d’équipe entre les ouvriers du matin et ceux de l’après-midi a été agité hier midi à l’usine Peugeot de Poissy, dans les Yvelines. Alors que se déroulait une nouvelle réunion de négociations sur le plan social entre la direction et les syndicats, près de 150 salariés du site d’Aulnay, voué à la fermeture, sont venus manifester pour s’élever contre les suppressions des postes et réclamer une répartition équitable des volumes de production afin de sauvegarder l’ensemble des usines du groupe.

« Poissy-Aulnay, même combat » ou « Du travail pour tous », ont scandé les protestataires.

La direction du groupe automobile prévoit de reclasser la moitié des 3000 salariés d’Aulnay à Poissy à l’horizon 2014. « Ce sera encore plus dur pour vous », a prévenu Julien Philippe, délégué CGT d’Aulnay en s’adressant aux ouvriers de Poissy. Les manifestants ont également distribué des tracts et fait signer une pétition réclamant des mesures de départ à la retraite pour les employés âgés de 55 ans. Selon les syndicats, la direction a en effet proposé hier un dispositif de prise en charge pour les salariés d’Aulnay et de Rennes , qui sont à 18 mois de la retraite à taux plein. Des dispositions jugées «inacceptables» par la CG:. «Nous demandons un dispositif de préretraite pour les 55 ans, dont pourrait bénéficier des 50-54 ans qui n’aurait pas trouvé un CDI», a réagit Jean-Pierre Mercier, délégué CGT.

 

Source : Le Parisien / AFP

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Boris 16/11/2012 10:07

Voir tout le personnel de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois se mobiliser sans cesse alors que le site va fermer me laisse un drôle de goût amer. Comment se fait-il que personne au niveau politique
n’ait anticipé cette fermeture alors que la rumeur l’annonçait depuis des années ? Pourquoi ne pas avoir travaillé sur des scénarii alternatifs (technologies d’avenir) pour faire vivre ce site
industriel ? J’imagine la détresse des salariés.