Conservatoire de musique et de danse d’Aulnay-sous-Bois : se garer est devenu un vrai casse-tête chinois !

Publié le 23 Novembre 2012

C’est une évidence pour beaucoup d’entre nous, se garer sur le parking du Conservatoire de musique et de danse de la ville d’Aulnay-sous-Bois est devenu un vrai casse-tête chinois ! Les jours de marché c’est même carrément l’enfer ! Tout le monde stationne n’importe comment, le sens normal de circulation est vite oublié et parfois des voitures ne peuvent même pas sortir ! Les petits malins qui connaissent bien le quartier se rabattent alors sur le parking du Foyer Club André Romand empêchant du même coup celles et ceux qui souhaitent s’y rendre de stationner à proximité ! Bref, vous l’aurez compris, nous sommes clairement en présence d’un équipement qui n’est plus en capacité d’absorber la demande d’où ce capharnaüm capté sur place par notre caméra samedi dernier au matin.

Au-delà du questionnement légitime à pouvoir concilier société de l’après-voiture et prospérité du secteur automobile en France, ce petit film montre à sa manière que les enjeux de l’urbanisation ne tournent pas uniquement autour de la construction de logements. Il est en effet assez fréquent d’entendre dans la bouche des élus actuels de la majorité municipale qu’une ville dont la population n’augmenterait pas serait une ville qui meurt à petit feu. Cette théorie, qu’elle s’avère juste ou non au final, justifierait ainsi à leurs yeux la multiplication galopante des chantiers d’immeubles qui germent un peu partout dans la commune.

Si nul ne songerait à nier la crise du logement, faut-il pour autant qu’une ville surestime ses capacités d’accueil en terme démographique si elle n’est même pas capable de faire évoluer en harmonie l’ensemble de ses infrastructures ? Voies de circulation, parkings, équipements sportifs, éducatifs et culturels, commerces de proximité, tissu attractif d’entreprises etc…, notre commune peut-elle ainsi accroître son offre à l’infini dans ces domaines pour franchir par exemple le seuil symbolique des 100 000 habitants, de surcroît en période de contrainte budgétaire ?  Cette question ne se doit d’ailleurs pas seulement s’envisager au sens quantitatif. La qualité de vie, les espaces de respiration, l’impression de bien-être sont aussi des paramètres intangibles à ne pas négliger.

Or, depuis mars 2008, la municipalité en place a été incapable de porter sereinement le débat sur la place publique. Au contraire, elle a dans la majorité des cas étouffé toute tentative de dialogue constructif avec les habitants préférant imposer ses vues en opérant des simulacres de concertation. Une large frange de la population s’est rebellée face à ces méthodes en manifestant un certain samedi 5 juin 2010 mais le souffle est retombé au fil du temps pour tout un tas de mauvaises raisons. Même l’adjoint à l’urbanisme Alain Amédro (EELV) avait fini par s’opposer, sans grand résultat malheureusement, aux projets immobiliers du maire Gérard Ségura. Un comble quand on y songe !

Finalement, avec le recul des années, force est de constater que le maire et son équipe ont lamentablement échoué cette mandature sur au moins deux points précis : la lisibilité de son projet de ville et l’organisation d’une concertation réelle et véritable avec la population à travers les conseils de quartier. La mésaventure arrivée à la Cité Arc en Ciel reste à cet égard l’exemple le plus cruel et le plus flagrant à ce jour.  L’autre erreur enfin, et sans doute la plus grave politiquement parlant, est que l’actuel exécutif municipal, par son attitude cynique et arrogante, aura réussi l’exploit de se mettre à dos des personnes qui sont fondamentalement de Gauche mais qui, le jour du scrutin municipal de 2014, préféreront se couper une main plutôt que de glisser un bulletin Gérard Ségura dans l’urne…

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 26/11/2012 17:51

Le problème de circulation et de stationnement des véhicules en tissu urbain est l'aspect le plus problématique en matière d'aménagement.
Ainsi, je ne vois pas quels effets aurait la carence de places de stationnement en sous-sol d'un immeuble sur la saturation des parkings à proximité des équipements publics, car à ma connaissance,
aucun projet immobilier n'a été réalisé à proximité du conservatoire.
Vous pouvez doubler voire tripler le nombre de stationnement, ce parking sera saturé à moyen terme, car le problème consiste plus en la gestion des parcs publics. une solution pourrait ainsi la
mise en place d'une zone bleue avec bien-sûr un contrôle stricte, ce qui éliminerait le stationnement de véhicules- ventouse. De plus, une étude des déplacements serait opportune, dans le cadre du
Plan de déplacements urbains, pour apprécier la distance moyenne parcourue des usagers de cet équipement afin de proposer un autre mode de déplacements. La navette proposée uniquement en période
estivale pourrait également être généralisée toute l'année avec la desserte des principales structures d'accueil sur notre ville; et bien d'autres pistes à éclairer,...

mariella 24/11/2012 14:31

La circulation automobile devient un véritable problème à Aulnay sous bois. Le Stationnement également. Comment la municipalité envisage-t-elle de régler ce problème qui nous concerne tous ?
Notamment celui de la pollution qui devient insupportable aux heures de pointe. A cela, il faut ajouter les particules de poussières diverses issues de la démolition et de la construction des trop
nombreux programmes de construction sur Aulnay, urbanisme envahissant qui laissent la place libre aux promoteurs, imposant ainsi une brutale transformation d'Aulnay non concertée. Une municipalité
doit agir pour ses administrés et non pas contre. En effet, Stéphane plutôt se brûler la main ....

robert 24/11/2012 09:36

en effet il manque des places de parking a Aulnay et pourtant la Mairie veux supprimer des parkings et que deviens l'argent payé par les promoteurs ou autres pour construire des immeubles ou
pavillons sans le nombre de places de stationnements exigé par la loi?? j'ai entendue dire que pour un immeuble il était prévu a Aulnay 1 place de parking et 2 pour un pavillon peut on me donner
exactement les chiffres merci d"avance je souhaite qu'Aulnay ne devienne pas comme Paris pour la circulation et la voiture, pour moi le vélo même si c'est agréable ne remplacera jamais la voiture