Bruno Beschizza : « le banditisme sévit en Seine-Saint-Denis comme à Marseille »

Publié le 8 Août 2013

Bruno-Beschizza-bis-640x320INTERVIEW - Ancien syndicaliste policier devenu conseiller régional UMP de Seine-Saint-Denis, Bruno Beschizza décrypte la situation dans son département.

LE FIGARO. - Les assassinats sur fond de trafic de drogue cesseront-ils un jour dans le 93?

Bruno BESCHIZZA.- Tant que les dealers pourront imposer leur loi jusque dans les cages d'escalier, il n'y a rien à espérer. La réponse ne peut pas être seulement policière. Instituer, comme à Sevran et Aulnay-sous-Bois, une zone de sécurité prioritaire ne sert à rien si la justice n'accompagne pas à sa juste mesure l'effort déployé par les forces de l'ordre. Le banditisme sévit en Seine-Saint-Denis comme à Marseille. Il teste en permanence les résistances de l'État. Et il prospérera aussi longtemps que les voyous n'auront pas la certitude que la sanction tombera vite et fort. Pour l'heure, les policiers courent toujours derrière les mêmes délinquants.

Est-ce une question de motivation politique?

C'est surtout une question de cohérence. Voyez ce qui se passe à Dreux, avec l'affaire des trois voyous remis en liberté le 1er août dernier. On a l'impression que la police et la justice ne tirent pas dans le même sens. Cela renforce le sentiment d'impunité. Sur la drogue, le gouvernement socialiste porte une lourde part de responsabilité. Comment expliquer, en effet, aux enfants que les dealers sont des marchands de mort si, comme le fait une partie de la gauche, on milite pour la dépénalisation, voire la légalisation du cannabis ? C'est un discours dangereux et intenable.

Mais François Hollande n'a pas repris à son compte ces propositions…

Le chef de l'État vit dans l'ambiguïté. Et avec les salles de shoot, c'est quand même le gouvernement qui veut instaurer un système où l'État achèterait et fournirait carrément leurs doses aux drogués! Il pérennise en quelque sorte ce fléau. L'ambiguïté, c'est aussi d'envoyer Manuel Valls froncer les sourcils à Sevran et de laisser, dans le même temps la garde des Sceaux expliquer au parquet, dans une circulaire délirante, qu'il vaut mieux éviter les incarcérations. La politique Taubira est une imposture. À Aulnay-sous-Bois, songez que des mères de famille sont obligées d'occuper elles-mêmes à tour de rôle les halls d'immeuble pour protéger leurs enfants des dealers. Voilà la réalité du 93!

Source : http://www.lefigaro.fr

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rémi 13/08/2013 22:38

Je donne pas ma voix au plus souriant, et les prises de position nationale de ce candidat ne me rassurent pas sur sa capacité à diriger une commune dans laquelle il n'a aucune attache, je sais
qu'avant l'été il se cherchait une résidence
La dernière interview publiée par le figaro me ferait réfléchir avant de voter pour une personne qui ne respecte pas les plus hautes instances de justice de la république
On vient de connaître des années difficiles dans notre ville ou l'équipe actuelle s'évertue à diviser la population. Les déclarations nationales et les premiers déclarations sur notre ville du
candidat UMP ne vont pas dans le sens de l'apaisement

Jean Louis Karkides 13/08/2013 21:39

Lisa, si vous me connaissiez vous sauriez que je suis loin de la caricature facile que vous faites.
La naïveté que vous prêtez à ce parti est un leurre électoral.
Entre répression aveugle d'une certaine droite et laxisme, voire "gentillesse" d'une certaine gauche il existe un juste milieu.
Je suis de ceux qui défende à la fois les individus et leur société.
Cela est possible même à Aulnay.

Lisa 13/08/2013 16:28

Sans vouloir vous chagriner Rémi, Jacques Chaussat est un homme du passé et ce ne sont pas ses tentatives de relooking qui changeront quoi que ce soit à cette situation qui saute immédiatement aux
yeux. Bruno Beschizza incarne au contraire une forme de modernité naturelle. Le mélange de sa jeunesse, son dynamisme, son charisme et son parcours politique en font un homme d’expérience ayant la
stature de tirer notre ville vers le haut tout en permettant de tourner la page Gérard Ségura. Il est en outre très abordable, souriant et agréable ce qui le rend sympathique au-delà de ses
compétences sur les sujets. C’est lui et son équipe qui incarnent la véritable alternance. Quant à Jean-Louis qu’il me pardonne, mais comme les écologistes en général il prêche dans une prairie
verdoyante peuplée de bons sentiments et de soupe aux choux bios. Je suis désolée mais les Aulnaysiens attendent un discours de vérité sur la sécurité et pas des cafés citoyens où les politiques se
regardent le nombril en s’écoutant parler. Nous n’en pouvons plus du sentiment d’impunité. Il est temps de rassurer les victimes et de les protéger.

Jean Louis Karkides 08/08/2013 23:12

Exacerber le sentiment d'insécurité en jouant le " je suis le seul à savoir vous protéger" sera donc entre la droite et l'extrême droite un des moyens de rechercher des voix.
Sachons raison garder et aborder ce problème avec tous les intervenants et à tous les niveaux.
Et évitons les phrases faciles, les raccourcis trompeurs.

Romuald Weymann 08/08/2013 20:45

Je crains que la couleur politique du futur maire ne change grand chose au niveau de la délinquance voire de la criminalité observées sur Aulnay... :/

On n'efface pas des décennies de clientélisme, de laxisme, de culture de l'excuse avec un changement de municipalité.

En outre la droite (RPR puis UMP) a pu diriger le pays durant 2 quinquennats d'affilée (je ne compte pas la cohabitation 1997-2002).
Beaucoup de comm' et d'effets d'annonce, pour de bien piètres résultats.

Rémi 08/08/2013 14:36

La reprise de l'interview est incomplète.
Dans la première partie ce candidat parachute remet en cause une décision de justice décision qui est la conséquence de décrets pris sous l'ancienne majorité
Difficilement acceptable pour une personne qui désire être le premier magistrat de notre ville
Je pense vraiment que ce candidat n'a vraiment pas le profil pour gagner la mairie, il serait temps d.en prendre conscience...........
Comme beaucoup d.habitants de notre commune, j'ai envi de tourner la page "Segura" mais pas pour ce monsieur, dont les propos vont écho au front national, je pense que son positionnement est plus
proche de Marine Le Pen que de l'Ump ou du centre
J'espère que JAcques Chaussat arrivera en tête de la droite républicaine avant de permettre une alternance et surtout un apaisement du climat de cette ville.