Bientôt un plan contre la violence à l’hôpital en Seine-Saint-Denis

Publié le 24 Février 2014

3618799_11-0-4127690625_545x341-copie-1.jpgA partir d’aujourd’hui, les hôpitaux parisiens de l’AP-HP bénéficient d’un partenariat avec la police et la justice. Un dispositif qui sera étendu au 93.

Vendredi matin, quelques jours après avoir déjà été mis en fuite alors qu'il « visitait » un service de l'hôpital Lariboisière à Paris, un homme a été interpellé, surpris en train de fureter dans un bureau de l'unité d'ophtalmologie. Intrus, voleur ou même agresseur potentiel, cette fois les agents de sécurité de l'hôpital l'ont intercepté et remis à la police, mais pour combien d'autres intrusions subies ? C'est justement pour les prévenir, prévenir les agressions quotidiennes dans ses établissements parisiens et leur donner des suites judiciaires systématiques que l'Assistance Publique-Hôpitaux (AP-HP) signe aujourd'hui, avec la préfecture de police et le parquet de Paris, un « protocole d'accord visant à renforcer la coopération en matière de prévention de la violence et de traitement de la délinquance ». 

En Seine-Saint-Denis, un protocole identique est en cours d'élaboration. Des contacts ont été pris avec la préfecture ainsi que le parquet de Bobigny. Ici, l'AP-HP compte trois établissements : les hôpitaux Avicenne à Bobigny, Jean-Verdier à Bondy ainsi que René-Muret à Sevran, spécialisé dans la prise en charge des personnes âgées. Pour l'heure, aucune date n'a encore été avancée par l'AP-HP pour le 93.

Cette épaisse feuille de route de plusieurs de dizaines de pages apportera « un nouveau moyen de lutte », selon le conseiller pour la sécurité générale à l'AP-HP, Jean-Michel Olivieri. « Depuis les années 2000, l'hôpital est de plus en plus touché par la violence et ce n'est pas acceptable, insiste-t-il. Nous avons décidé de prendre les choses en main, l'homogénéisation des procédures est aussi un moyen de lutte ».

A 
Paris, le volet police du protocole implique un « diagnostic de sécurité partagé », lancé dans tous les hôpitaux AP-HP d'ici à la fin de l'année. Les points faibles donneront lieu à des préconisations, que l'AP-HP pourra budgéter dans le cadre du plan structurel 2015-2019 et du schéma directeur de la sécurité à l'hôpital. Dans son volet judiciaire, « le parquet de Paris s'engage à fournir mensuellement la réponse pénale réservée aux plaintes déposées par l'AP-HP, précise Jean-Michel Olivieri. C'est la preuve que déposer plainte n'est pas inutile. »

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article