Bain de foule pour Bruno Beschizza lors du conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 7 Avril 2014

BBSCOHY.jpgOvation et embrassades. Les joues rosies, Bruno Beschizza a savouré le moment, samedi matin. Le gymnase Scohy a accueilli des centaines de spectateurs -- « un millier » selon le nouveau maire -- venus assister au retour de la droite, évincée en 2008 d'une commune qu'elle dirigeait depuis 25 ans. Sous l'oeil de l'ancien député Gérard Gaudron, et du sénateur-maire (UMP) des Pavillons, Philippe Dallier, aux premiers rangs, Bruno Beschizza a conservé le ton adopté au soir du second tour : « Nous ne serons pas les élus d'un clan, mais de tous les Aulnaysiens, quel que soit leur quartier ». Critique implicite adressée à son prédécesseur socialiste, accusé maintes fois d'avoir « divisé la ville ».

La police municipale renforcée

Avant même de distribuer les écharpes d'adjoints, le nouveau maire distille ses premières annonces. La remise en discussion de projets de construction « qui n'ont pas fait le consensus », une promesse « faite par écrit » aux habitants des quartiers concernés : Croix-Blanche, 
Hôtel de ville, Mitry-Princet. Il annonce également la révision du Plan local d'urbanisme, et l'envoi « dès lundi » d'une lettre au nouveau ministre de l'Education, Benoît Hamon, sur les rythmes scolaires : « Je ne vois pas actuellement comment nous pourrions appliquer le décret dans des conditions satisfaisantes ». Mais c'est en annonçant le renforcement de la police municipale, « avec des brigades 24 heures sur 24 », que Bruno Beschizza suscite les applaudissements les plus nourris.

Vient ensuite la distribution des écharpes -- parfois enfilées à l'envers -- à ses 20 maires adjoints, dont trois de l'UDI : Jacques Chaussat (6 e place), Amélie Pinhero (15e), Sébastien Morin (20e). La place de première adjointe revient à l'UMP Séverine Maroun, qui a largement piloté la campagne, suivie par Franck Cannarozzo, lui aussi pilier de la droite locale. Parmi les nouveaux venus, le blogueur aulnaysien Stéphane Fleury devient 10e adjoint. Un peu plus tôt, Bruno Beschizza s'est adressé à l'opposition, lui promettant qu'elle serait « respectée » et « écoutée ». L'édile indique d'ailleurs qu'il va confier la présidence de la commission des finances à un élu du camp adverse. Sur l'étroit banc occupé par les opposants (dix sièges dévolus au PS, PRG, PC), Gérard Ségura a pu prendre la parole. S'il reconnaît sa défaite, l'élu se lance dans l'exercice risqué du bilan, énumérant ses réalisations sous les huées d'un public agacé. « Je dis sans rougir qu'il aura davantage été fait durant ce mandat que durant les 25 années précédentes », affirme-t-il. « Menteur, menteur », entend-on même, alors que Gérard Ségura revendique d'avoir « tenu tête à PSA », dans les négociations autour de la fermeture de l'usine aulnaysienne.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anne 10/04/2014 19:30

Stéphane,
Félicitations pour ta nouvelle nomination et le travail accompli depuis la création d'Aulnaylibre. Merci pour tous ces articles instructifs. Je pense que tu as mis ton talent, ton engagement et ton
enthousiasme au service de la bonne cause, et maintenant au travail. PS : l'écharpe te va bien

Un témoin parmi d'autres 08/04/2014 19:52

(Suite au commentaire précédent)

Le maire sorti a aussi évoqué des "vents contraires" ( sous-entendu nationaux ) qu'il a pu rencontrer mais il ne paraît toujours pas avoir compris à ce jour que si "le style fait l'homme" c'est
bien précisément son "style" qui a été massivement rejeté. Car, malgré la déroute nationale, ce ne sont quand même pas tous les " socialistes " qui ont mordu la poussière.

Certains sont passés de peu ou ont perdu de peu avec les honneurs. Rien de tel à Aulnay! Il ne faut donc pas être grand clerc pour voir ici la trace de la sanction infligée à un idéologue
impénitent et revanchard.

Au cours de la cérémonie "fraternelle" des remises des écharpes deux mentions spéciales :

La première revient à Sèverine Maroun qui, manifestement rayonnait de joie et qui n'oublia pas de remercier G.Gaudron; la deuxième pour notre ami S.Fleury, infatigable blogueur qui dût supporter la
vindicte injuste du fameux "blogus anonymus " d'Aulnay, alias Aulnay le Blog devenu subitement bien silencieux depuis la déroute de leur mentor ou patron.

A tel point que des " mauvaises langues " ( dont je ne fais pas partie ) seraient en droit de se demander s'il dispose bien d'une autonomie logistique et intellectuelle réelle sans le support de ce
que nous pourrions appeler un dispositif "para-municipal"...

Enfin, il fut question de la nécessité impérieuse de procéder à des audits budgétaires, financiers et immobiliers de l'époque Ségura...Autant dire l'heure de vérité !

Pour l'avenir, trois chantiers majeurs à mettre en oeuvre me paraissent d'une importance capitale:

-Le premier concerne le réaménagement de l'espace PSA,véritable futur poumon d'activités et levier des finances futures de la ville.

- Le deuxième concerne le réaménagement du centre-ville afin de lui donner un esprit "Village" et convivial et une signature originale en matière d'aménagement urbain et d'architecture afin de
rehausser le standing de la ville et lui donner une identité qui en fasse une ville accueillante et agréable à vivre.

- Plus globalement, le troisième consiste, à l'instar de ce qui se fait dans certaines villes dans le mariage entre un urbanisme de qualité et une conception de la ville à visage humain.

Un témoin parmi d'autres 08/04/2014 14:36

Atmosphère bon enfant pour ce premier conseil de nominations.

J'ai beaucoup apprécié la façon courtoise mais ferme avec laquelle le nouveau maire a remis à sa place le maire sorti qui, une fois de plus, n'a pas résisté à répandre l'esprit de polémique et de
provocation qui lui était coutumier lors de son mandat.

Quant à son bilan, ce monsieur, dont l'honnêteté intellectuelle n'a jamais été son fort, a vraiment une mémoire bien sélective, du genre " je me pousse du col " ou " faut bien que je dise du bien
de moi, sinon qui le fera? "

Deux exemples :

- En ce qui concerne le programme de rénovation urbaine, il oublie, bien entendu, de dire qu'il a été lancé par Jean-Louis Borloo et finançé pour l'essentiel sous un gouvernement de cette " droite
" si honnie à ses yeux!

- A propos du métro du Grand Paris, il omet, une fois de plus, de dire qu'il a été initié et mis en oeuvre par la "droite". Et inélégance suprême ( mais monsieur est coutumier du fait! ) il passe
sous silence le rôle moteur joué par G.Gaudron, alors député, sur la nécessité d'implanter une gare à Aulnay.

JEAN LOUIS KARKIDES 08/04/2014 00:06

Je ne suis pas un fervent défenseur de notre nouveau maire car je n'oublie pas certains tracts particulièrement mensongers et l'appartenance politique de celui ci
Mais le ton employé par l'ancien maire faisant fi de tout ce qui a fait sa chute,particulièrement cassant ne m'a pas apparu comme la meilleure méthode à employer pour reconstruire une vision de
gauche pour notre ville.
Il me semble plus logique de juger "sur pièces" et de laisser la nouvelle majorité mettre en place sa politique.
Se gausser de ses "pseudos réussites",jouer les coqs de basse cour sont des armes éculées qui ne trompent personne.