Aulnay-sous-Bois - Villepinte : les travaux de l'Hôpital Ballanger seront-ils financés ?

Publié le 26 Décembre 2011

hopitalballanger.jpgLa modernisation de l'hôpital Robert Ballanger ira-t-elle à son terme ? La question a été posée avec inquiétude il y a quelques jours, lors du dernier conseil municipal de Tremblay-En-France. Les élus y ont adopté un vœu demandant à l'Etat d'accorder la subvention de 18 millions d'euros nécessaire à la deuxième phase de travaux engagée par le centre hospitalier intercommunal (Aulnay-Villepinte).

Depuis 2008, l'établissement a en effet engagé un programme de modernisation d'un coût total de 150 millions d'euros, pour lequel il a déjà obtenu une aide de 33 millions d'euros, notamment destinée à la construction d'un pôle femme-enfant. Dans un contexte d'économies budgétaires, le financement de la seconde phase semble remis en cause.

Début décembre, le directeur de l'agence régionale de la santé, Claude Evin, écrivait à François Asensi, député-maire (Front de Gauche) de Tremblay et président du conseil d'administration de l'hôpital. Claude Evin confirmait ne pouvoir donner "aucune garantie", n'ayant connaissance ni du calendrier ni des critères d'attribution des crédits pour cette deuxième tranche du plan national Hôpital 2012.

Source information et photo : G.B. Le Parisien du lundi 26 décembre 2012

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 01/01/2012 13:53

En 2009 ou 2010 dans le cadre du boulot, j'ai eu à escorter avec un collègue un homme souffrant d'une défaillance cardiaque que nous avions intercepté à Roissy.
Les urgences de Roissy nous avait dirigés vers l'hôpital d'Aulnay précisément, où se trouvait le seul service de cardiologie disponible alors pour traiter cet homme.

Nous sommes arrivés sur place vers les 16h00, il a été admis aux Urgences dans la foulée; mais ce n'est que vers 22h00 qu'un interne est venu nous trouver pour nous prévenir que l'homme pouvait
enfin être emmené en cardiologie.
On s'est présente devant le seul ascenseur possible - les autres étaient en travaux - sauf qu'il s'est avéré... en panne !

L'homme a donc été ramené aux Urgences, on a attendu 1h de plus...
Par la suite, on a été relevés par des collègues peu après minuit et le gars a été pris en charge par un médecin le lendemain matin.

Ce qui m'a en tout cas frappé en arrivant, ce sont les Urgences (je ne suis pas un habitué des hôpitaux) : des lits alignés dans des couloirs, sur lesquels gisaient des patients donc, certains
étaient carrément attachés car semble-t-il assez agités.
Pas d'intimité donc, sauf, relative, pour les patients dont le diagnostic venait d'être effectué, et qui attendaient que le service dédié vienne les prendre en charge...

Bref... :/