Aulnay-sous-Bois. Urbanisme : le PCF, le PS et le Parti Radical de Gauche appellent à contremanifester. (Partie 2/2)

Publié le 2 Juin 2010

Il fallait donc en arriver là ? Manifester devant la mairie d'Aulnay-sous-Bois pour enfin débattre d'urbanisme ! Samedi 5 juin l'Hôtel de Ville deviendra donc place des citoyens. Rien de plus normal en somme. Sur le papier ce rassemblement aurait tout l'air d'une preuve de belle vitalité démocratique. Sauf que, alors que les conditions d'une discussion ouverte, sereine et apaisée n'ont jamais été réunies, alors même que le débat de fond sur des questions aussi essentielles que le logement, les équipements (école, gymnase...), les transports ( circulation, stationnement...), les espaces de respiration nécessaires en ville à la qualité de vie et au bien vivre ensemble, sans oublier les nécessités environnementales, la population aulnaysienne se présente déjà divisée.

D'un certain point de vue, le 5 juin sonne le glas définitif de la démocratie participative à Aulnay-sous-Bois. Cette instance n'aura finalement servi qu'à instrumentaliser la communication de l'exécutif municipal. Chacune des propositions émises par les délégués de quartier n'allant pas dans le sens de la majorité en place a été systématiquement ignorée ou brisée . Plutôt que de laisser une chance au dialogue, à la véritable concertation, de faire du citoyen une force de proposition, plutôt que de tenter cette expérience humaine qui aurait consisté à rapprocher élus et administrés dans un projet commun, la démocratie locale aulnaysienne s'est fourvoyée dans l'ennui, la manipulation et l'imposture. 

citoyens.jpg

Aujourd'hui, le tract estampillé Parti Communiste Français, Parti Socialiste et Parti Radical de Gauche franchit indiscutablement une étape en attisant un processus de partition de la ville. On a du mal à croire que ce sont les mêmes personnes qui écrivaient il y a deux ans en page 1 du programme des élections municipales "Aulnay renaît avec Gérard Ségura" : ce projet est habité du souci de ne pas opposer les générations, les quartiers, les origines, mais de tout faire pour réunir la diversité des composantes de notre ville. Les forces de la gauche aulnaysienne auraient-elles perdu leurs valeurs en route en même temps que leur sang-froid ?

Le tract en question repose sur des affirmations erronées. Il explique que le collectif associatif PLU est contre la construction de logements neufs et le développement économique de notre ville. Pour le logement, ce discours s'appuie évidemment sur quelques exemples récents où des habitants se sont effectivement opposés à des projets de constructions, mais seulement parce qu'ils étaient littéralement imposés par la force sans prendre en compte la dimension humaine des quartiers. En aucun cas, il ne s'est agi d'une position fermée et systématique contre le logement. L'urgence du PRU (Plan de Rénovation Urbaine), le Plan de Cohésion Sociale et le droit au logement sont des éléments que le collectif a parfaitement intégré dans sa réflexion. 

demo.jpg

Quant à l'opposition supposée du collectif au développement économique d'Aulnay-sous-Bois c'est un non-sens total pour ne pas dire une idiotie. Tout le monde rêve d'une ville dynamique et créatrice d'emplois et pas sûr du reste que la variable construction de logements soit la plus fondamentale dans l'équation économique. Mais peut-être peut-on en discuter ? Car au delà de la gestion erratique des problématiques urbanistiques par l'actuelle majorité depuis le début de sa mandature, ce qui est le plus choquant c'est cette logique du bulldozer,  du rouleau compresseur, qui écrase tout sur son passage, y-compris les élus Verts et leur adjoint à l'urbanisme qui ont préféré démissionner plutôt que de continuer à cautionner  des méthodes jugées inacceptables.  

Si le rassemblement du 5 juin se limitait à une confrontation qui n'envisagerait le débat que sous l'angle du rapport de force alors nous aurions tous perdu. Et dans ce cas, le PCF, le PS et le Parti Radical de Gauche, qui ont pris le risque de politiser le débat public en attisant volontairement la division entre les quartiers et leurs habitants , en porteraient l'entière responsabilité. En revanche, si les citoyens arrivent à voir au-delà  du discours volontairement tronqué de certains politiciens qui ne présentent les choses que sous l'angle qui les arrangent, alors le 5 juin sera l'occasion d'une réelle chance à saisir pour échanger et se comprendre. A cet égard, le collectif PLU a reçu un accueil très chaleureux lors de sa distribution sur les trois marchés aulnaysiens.

 

80864698aulnay-sous-bois-93-jpg.jpg

Parce que nous habitons tous la même ville, il est grand temps de voir au delà des supposés préjugés ou clivages pour enfin imaginer et construire ensemble la ville de demain. Pas les uns contre les autres. Mais les uns avec les autres.

Et vous, quelle ville voulez-vous ?

Stéphane Fleury  

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

David Burlot 02/06/2010 15:54


Moi je veux une ville ou les mieux-lotis accepteraient de partager un peu de leur espace avec les moins-lotis.
Et pas avec ceux du Nord, comme je l'entends trop souvent.
Il faut le dire aussi, avec cette crise du logement c'est aussi une certaine mixité sociale qui est en crise.

Alors on pourra discuter longtemps. Mais certains esprits ne pourront jamais accepter une certaine différence.

Au moins une chose me rassure, je ne lis pas sur ce blog que la différence de point de vue peut dégénérer en dérapage physique le jour de ce rassemblement. D'ailleurs quel serait l'intérêt ?