Aulnay-sous-Bois : trois policiers blessés dans un accident de voiture à la cité de la Rose des Vents

Publié le 19 Août 2013

police-girophare-roujas-640x280_640x280.jpgLa collision a eu lieu à 18 heures ce lundi, dans la cité de la Rose-des-Vents (dite des 3000) à Aulnay-sous-Bois. Trois policiers ont été blessés dans un accident de la circulation. Leur voiture a été percutée par le véhicule d’un particulier. Selon un témoin sur place, l’accident a eu lieu au croisement de la nationale 2 et de la rue Auguste-Renoir, à la hauteur de la Maison de l’emploi (Meife). Deux des fonctionnaires présentent des blessures légères. Le conducteur a dû être désincarcéré par les pompiers et souffre d’un traumatisme crânien, mais ses jours ne seraient pas en danger.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean Louis KARKIDES 23/08/2013 20:53

Yann,chercher à prévenir n'est pas avoir de la compassion pour les délinquants.
Si nous étions capable de ne pas caricaturer ceux qui ont une autre vision,je crois que chacun de nous y gagnerais.
Compassion=souffrir avec,non merci.Je n'ai aucune compassion.
Mais chercher à aider,oui.
Que le délit soit petit ou grand il doit être réparé et puni.
N'opposons pas prévention et répression,sanction et aide.
Aider la victime,bien sur mais quand cela est possible aider le délinquant à ne plus récidiver,c'est aussi nécessaire,cela existe et fait ses preuves.
Quant aux multirécidivistes,à ceux qui sont quelque part suicidaires,protéger la société par la prison ou l'hôpital psychiatrique est une réponse à votre question.

yann 23/08/2013 11:17

oui effectivement, ils finissent par sortir...

j'ai oublié une troisième chose que les états-unis ont du mettre en place : au bout de trois récidive, on considère l'individu perdu et c'est la prison à vie, ou presque...

C'est dur, mais il faut aussi prendre en compte le droit des victimes à la justice... et le fait que si un individu est visiblement déjà lourdement engagé dans la criminalité, une quatrième
victime, qui subira peut être traumatisme ou violence, me parait superflus.

je suis d'accord pour faire toutes la prévention que vous voulez... mais pour ceux qui sont déjà des criminels avéré et qui refuse d'entendre raison, que voulez vous faire ?

Il y a un moment ou la compassion pour les délinquants ne doit pas être supérieur a celles que l'on a pour les victimes de leurs actes.

mais sinon on est quand même d'accord sur le fond : enfermer des gens n'est pas un but en soit, et si on peut l’éviter tant mieux !

mais je suis d'avis que si l'on ne peut pas l’éviter... tant pis !

Jean Louis KARKIDES 23/08/2013 10:35

Et quand ces jeunes sortent de prison,ils sont encore pires qu'avant pour la plupart.
Car ils sortent tôt ou tard....
Bien sur,dire ceci n'est pas dire que la sanction d'enfermement est à proscrire.
Mais si un seul moyen permettait d'éradiquer la délinquance et la criminalité (suite malheureuse de la délinquance) celà se saurait.
Le laxisme est en effet un accélérateur de ces problèmes.
Il est en effet nécessaire d'agir et de ne pas se voiler la face.
Mais c'est aussi bien avant qu'il faut agir.
Je connais assez le monde de l'éducation pour affirmer que dés les premières années de scolarité,un travail est à faire tant avec les parents qu'avec les jeunes.
Plus tard,c'est dans les collèges et lycées qu'un travail avec tous les acteurs locaux doit être mis en place.
Réintroduire un lien social où il manque dans les cités,aider les associations qui permettent de vivre ensemble,interpeller les décideurs....
Bref,tirer TOUTES les ficelles et ne pas croire ou pire faire croire que seul l'incarcération est le remède.

yann 23/08/2013 09:04

La répression n'est pas forcement carcérale Mr Karkides...
C’est l’acte de punir, mais cette punition peut avoir des formes divers.

Cependant, c’est bien de celle-là que je parlais, car si j’ai moi-même eu des aprioris sur l’utilité de la prison étant plus jeune, séduit par le discours humaniste de la gauche, j’ai dû revoir mon
jugement devant le résultat et surtout avec l’exemple des États-Unis :
Ils ont réussi une baisse importante de leurs taux de criminalité ces deux dernières décennie en employant des méthodes simples depuis 1991: plus de policiers et plus de prisons.
Ça parait simpliste et pas socialo compatible, mais les chiffres parlent d'eux même : la criminalité à New-York par exemple a été divisé par plus de deux depuis le début des années 90 et
aujourd'hui les taux de criminalité sont plus élevé en Europe qu'aux USA malgré l’image de violence qu’on en a ici.
Et quoi qu’on puisse penser de la prison, cela participe à la prévention : car si les délinquants sont enfermés, ils ne sont pas dehors à encourager d'autres jeunes à les suivre, c'est plutôt
logique.
Et grâce à cette réussite, les taux d’incarcération ont fini par baisser eux aussi aux États-Unis, puisqu'il y a de moins en moins de criminels pour donner l’exemple !
Bref, effectivement la prison ne change pas les criminels... mais elle évite la contamination et permet de sauver d'autres jeunes : ceux qui ne sont pas encore tombé dedans, à défaut de pouvoir
sauver ceux qui sont déjà passé à l'acte, n'est-ce pas une bonne chose au final ?
J’aimerais donc souligner que le laxisme actuel, qui dure depuis trop longtemps, a non seulement pourri la vie des citoyens honnête, qui sont du coup obligé de supporter les criminels qui ne sont
pas en prison, mais a aussi permis à des jeunes, qui n’aurait peut-être pas sauté le pas s’ils n’avaient pas côtoyé ces gens ou s’il avaient eu peur de la prison, de rentrer dans ce milieu… c’est
donc bien un échec à tous les niveaux qu’il est urgent de remettre en question.
Le rôle de la prison n’est pas de ramener les criminels dans le droit chemin, ce travail peut et doit être fait avant, son rôle est de protéger la population de leurs actes et d’empêcher d’autres
citoyens de suivre ce chemin.

Romuald Weymann 21/08/2013 14:47

Les délinquants doivent savoir que leurs actes seront réprimés de façon la plus ferme et la plus immédiate possible.

Chercher sans cesse des justifications économico-sociales à la délinquance, c'est finalement présenter ces délinquants comme des victimes d'un système qui les oppresserait.
Mais c'est oublier que les vraies victimes, ce sont ceux qui subissent les méfaits souvent violents de ces délinquants.

En outre, justifier la délinquance, c'est effacer la responsabilité pénale ces délinquants.
Mais il est vrai que la gauche avait caricaturé le rapport Varinard sur la justice des mineurs; Fillon ayant cédé aux sirènes adeptes de la culture de l'excuse...

Dernièrement, des individus ont tabassé dans les quartiers nord de Marseille une famille qui s'opposait à un trafic de drogue implanté localement.
Age des plus jeunes de ces malfrats ? 13 ans...
http://www.leparisien.fr/faits-divers/marseille-battus-parce-qu-ils-s-opposaient-a-des-dealeurs-20-08-2013-3066847.php

Allez, un petit avertissement solennel, une tape sur la joue (ah non, cela peut être assimilé à un acte de torture), et on n'en parle plus hein !


On notera que la réponse actuelle du gouvernement normal à la série de faits divers secouant les quartiers nord de Marseille (principalement), ce sont :
- des déplacements réguliers de ministres, chef du gouvernement compris
- des annonces non moins régulières de renforts policiers, alors que les QN de Marseille sont déjà placés en zone de sécurité prioritaire

L'élue PS Samia Ghalil (quartiers nord de Marseille) réclamait l'armée; Rebsamen (maire PS de Dijon, ancien responsable des questions de sécurité dans l'équipe de campagne de Hollande n'écartait
pas l'idée d'un déploiement de forces armées pour reconquérir les zones de non-droit, tandis que le maire EELV de Sevran militait lui aussi en faveur de sortes de Casques bleus dans les cités.

Jean Louis Karkides 21/08/2013 13:24

Le problème de la délinquance ne peut avoir comme solution que la répression .
Il est a traiter à touts les niveaux.
Petite, elle doit avoir un retour immédiat , réparation , concertation avec les familles quand on a affaire à des mineurs, avec les intervenants divers de l'éducation.
Plus grave, la justice doit en effet avoir les moyens de ses décisions.
Ce cancer de nos villes ne doit pas permettre à des candidats des réponses toutes faites,trop faciles,trompeuses mais de prendre la mesure de l'enjeu.
Les promesses électorales sont des ballons qui se dégonflent très vite.
Ne parler que de répressions en est un.

yann 21/08/2013 09:47

Je vous invite a regarder le budget de la justice en France en proportion du PIB ainsi que le nombre de fonctionnaire de justice par habitant.

on est très loin des autres pays : 35 ème européen, derrière l'Azerbaïdjan et l'Arménie...
c'est juste pathétique et pitoyable, je ne vois pas d'autres mots.

a partir de la, comment voulez vous que la justice puisse faire sont travail ?

Les théorie socialiste veulent que si on investit moins dans la justice et plus dans les écoles et la cultures (le budget de la culture est similaire a celui de la justice en France), il y aura
moins de criminalité : je pense qu'après trente ans de prévention pas chère sans répression derrière, il est temps de faire le point sur cette théorie, défendu encore aujourd'hui par madame
Taubira.

Jean Louis Karkides 20/08/2013 14:32

Un parent d'élève me disait;
"Comment voulez vous que nous les parents ayons de l'autorité, ce sont nos enfants par leur trafic qui nous nourrissent."
Cet état de fait doit-il , peut-il être acceptable?

bessaguet 20/08/2013 13:33

Il faudrait surtout sortir d'un domaine où l'hypocrisie est reine : tous le monde sait sans oser l'avouer qu'acheter la paix sociale dans les quartiers dits sensibles est le premier des objectifs à
atteindre d'une équipe municipale quelle qu'elle soit, et ce depuis novembre 2005 avec l'appui du Préfet en place.
De plus, ne pas lutter avec zèle contre les marchés parallèles, a pour intérêt d'assurer un pouvoir d'achat à une population dont une partie est complice également en tant qu'usager de ces
manoeuvres.
Un coup de filet de temps en temps permet de faire un encart dans le journal local permettant de faire croire à l'opinion que la lutte contre ce fléau est de rigueur.

Jean Louis Karkides 20/08/2013 11:47

Si le lien entre les représentants de la ville ( police municipale, associations, citoyens acteurs....) semblent s'effilocher, il ne faudrait pas que la prochaine municipalite pense que seule la
répression soit la réponse.
Prévention, réparation , sanction doivent être ensemble au niveau local comme régional et national intimement liés.

Romuald Weymann 20/08/2013 10:51

Prompt rétablissement aux policiers blessés, et courage à eux.

J'étais tombé par hasard sur une opération de police aux abords de la cité Emmaüs, c'est dur de les voir se faire narguer par des jeunes, et même tirer dessus au « mortier » sans qu'ils puissent
vraiment riposter au risque de créer une émeute, ce que ne veulent surtout pas les autorités...