Aulnay-sous-Bois : retour sur l'amiante... (2).

Publié le 24 Janvier 2011

Les maladies provoquées par l'amiante .

Elles sont essentiellement de deux types : des fibroses et des cancers.

Les fibroses.

Les fibres d'amiante inhalées provoquent une réaction de défense de l'organisme avec apparition d'un tissu fibreux qui entraîne une rigidification au niveau des bronches, des plèvres, des alvéoles pulmonaires et du tissu pulmonaire dans les interstices entre les alvéoles. Ce tissu fibreux ralentit les échanges gazeux, d'où un déficit en oxygène, voire des conséquences au plan cardiaque. Les zones fibreuses ont tendance à fixer le calcium. Cette calcification les rend encore plus rigides et plus imperméables aux échanges gazeux.

Les fibroses pleurales

Les deux plèvres forment une double enveloppe autour du poumon : la plèvre viscérale (au contact de l'organe) et la plèvre pariétale (côté paroi extérieure). Les plèvres sont élastiques et coulissent l'une sur l'autre quand on expire et inspire. Lorsqu'une fibrose atteint l'une de ces plèvres, elle perd de l'élasticité et devient localement plus épaisse et plus rigide.

La fibrose pulmonaire

Quand la fibrose due à l'amiante atteint le parenchyme, c'est-à-dire le poumon, on parle d'asbestose. L'asbestose entraîne une insuffisance respiratoire, plus ou moins sévère, avec essoufflement rapide à l'effort et même au repos chez les personnes les plus gravement atteintes. Quand la fibrose rigidifie les petites bronches, elle les rend plus fragiles aux polluants et aux infections. Cette atteinte se traduit souvent par une toux plus ou moins chronique.

L'évolution des fibroses

Les atteintes par fibrose sont irréversibles et irréductibles aux soins. On peut soigner les complications et atténuer les conséquences ; on ne peut se débarrasser de la fibrose. Selon la quantité d'amiante accumulée dans les poumons, la maladie est évolutive ou tend à se stabiliser. Pour les expositions très fortes, une évolution pouvant être fatale peut survenir en quelques années. Pour les expositions faibles à moyennes, ce qui est le cas le plus fréquent aujourd'hui, les fibroses sont décelées de 10 à 40 ans après la première expositions, en fonction de la dose accumulée dans les poumons.

Les pleurésies

Elles s'accompagnent d'un épanchement de liquide entre les deux feuillets des plèvres. Elles peuvent récidiver ou non. Elles sont parfois le signe d'un mésothéliome et sont donc à suivre de près.

Les cancers

Le cancer broncho-pulmonaire

C'est le plus fréquent des cancers dus à l'amiante. Il est identique à celui du fumeur. Il peut apparaître de 10 à 40 ans après la première exposition. Les signes annonciateurs sont souvent la toux associée à un amaigrissement important et des douleurs thoraciques.

Le mésothéliome

A la différence du cancer broncho-pulmonaire, le mésothéliome est une maladie spécifique de l'amiante. Il peut survenir après des expositions faibles et de courte durée. Il apparaît en moyenne 35 à 40 ans après l'exposition. Ce cancer touche le plus souvent les plèvres (enveloppes du poumon), et plus rarement le péritoine (enveloppe des intestins), ou le péricarde (enveloppe du coeur).

C'est un cancer très grave, difficile à soigner. Le tabac ne joue aucun rôle causal dans le mésothéliome.

Autres cancers

Le cancer du larynx, déjà reconnu en Allemagne comme pouvant être causé par une exposition à l'amiante. Le cancer colorectal, qui apparait avec une fréquence anormalement élevée chez les ouvriers de l'industrie de l'amiante.

Prochaine question abordée : de la communication autour du chantier de l'amiante d'Aulnay-sous-Bois

Source : Amiante Guide pratique, maladies professionnelles dans l'Oise. ARDEVAP, CODERPA 60, ADVASUM

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eve 25/01/2011 13:32


Bonne Année