Aulnay-sous-Bois : PSA prépare ses salariés à « une mobilité réussie »

Publié le 22 Février 2013

PSARECUPDes touches de vert sur les murs et la moquette du couloir qui étouffe le bruit des pas… Pour qui a connu l’ambiance électrique de ces dernières semaines au sein de l’usine PSA d’Aulnay (promise à fermeture en 2014), le contraste est frappant. Ici, dans les locaux du pôle de mobilité professionnelle (PMP), délocalisé à Saint-Denis, l’ambiance est feutrée, studieuse même. Le lieu, dont la direction de PSA a ouvert les portes à quelques journalistes hier, fonctionne depuis lundi.

Les ressources humaines de PSA et le cabinet Sodie ont investi deux bâtiments qui reçoivent les salariés volontaires. Dans une salle, une vingtaine d’encadrants sont formés à ce qui sera demain leur tâche : informer leurs équipes sur les choix qui s’offriront à eux dans le cadre du plan social. « C’est intéressant, estime un jeune manageur. On s’inquiète pour nos collaborateurs, qui nous posent beaucoup de questions. » « Nous voulons leur montrer qu’on est là pour les aider à réussir leur projet », poursuit le directeur de l’usine, Laurent Vergely. Pas question ici de postes supprimés, de grève, de négociations, mais des mesures du plan social tel qu’il a été négocié depuis octobre avec les syndicats… même si rien n’a encore été validé et si la grève se poursuit à Aulnay.

Un jeu type Trivial Pursuit

« La situation du site n’empêche pas de préparer l’avenir », assure Laurent Vergely, qui rappelle que l’ouverture du PMP a été réclamée en janvier par plusieurs syndicats du groupe. Dans la « mobilité box », les salariés peuvent découvrir une enfilade de petites salles où on réfléchit à ses compétences et ses souhaits et où on découvre les étapes d’une « mobilité réussie » sur un plateau de jeu semblable à un Trivial Pursuit. Les entretiens individuels avec des conseillers RH ont également débuté dans les petits bureaux d’un autre bâtiment. « Il y en avait 8 le premier jour, puis une douzaine, et hier 18. Ça augmente peu à peu. A 90%, il s’agit d’opérateurs », note Vincent Ségui, responsable du pôle.

Mohamed, 52 ans dont dix à Aulnay, est venu glaner des informations. Ce responsable d’unité au montage avait songé à partir en province après la fermeture. Il veut aujourd’hui une mutation à Poissy (Yvelines). Retrouvera-t-il un poste équivalent? « Je m’en fous, ce que je veux, c’est un job. » Mohamed devra patienter pour obtenir ses réponses. Avant la signature du plan, le PMP a pour seule mission d’informer sur les mesures générales, de recueillir les souhaits. Impossible même pour l’instant d’aider un salarié à rédiger son CV.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article