Aulnay-sous-Bois, municipales 2014 : la course aux listes

Publié le 3 Octobre 2012

2014.jpgNormalement, le mardi, les consommateurs avertis filent en direction du Carrefour d’O’Parinor pour bénéficier de l’opération hebdomadaire des 3 euros de bons d’achat offerts par tranche de 60 euros dépensés avec la carte PASS dans le magasin. Qu’est-ce-qu’ on peut en mettre des choses sur la liste de courses ce jour-là !

En parlant de courses justement, la ville d’Aulnay-sous-Bois est en proie en ce moment à un phénomène pour le moins intriguant : la course aux listes. Dans la perspective des élections municipales de 2014 bien entendu. La tâche est pourtant rude puisqu’il faut tout de même trouver, en plus du futur maire,  52 personnes un tant soit peu capables de porter un programme susceptible de fédérer les voix des électeurs.

Alors les téléphones crépitent, les appels du pied se font plus pressants, chacun fait son marché en quête des potentiel(le)s candidat(e)s pouvant correspondre aux critères du casting de la liste idéale. Chemin faisant, les ambitions s’aiguisent, les égos s’enflamment et tout le monde ou presque se voit déjà en 2014 à la place de Gérard Ségura et de son actuelle majorité. Il faut dire qu’une rumeur insistante circule actuellement dans plusieurs quartiers de la ville et prétend que l’actuel maire d’Aulnay-sous-Bois serait désormais un homme seul attendant d’un air résigné la vague du tsunami censée l’emporter loin du pouvoir qu’il détient aujourd’hui. Monsieur Ségura pourrait en quelque sorte être victime du syndrome Sarkozy, le rejet de sa personne étant supposé tel que n’importe qui se présentant contre lui devrait se trouver en position de l’emporter.

lievre.jpgEn suivant cette théorie, aussi hypothétique soit-elle,  même moi j’ai le droit d’y penser à la liste finalement ! C’est vrai quoi j’étais le meilleur de ma classe en Histoire pendant des années, alors je pourrais bien viser la très convoitée délégation de Grégoire Mukendi aux archives, non ? En plus j’ai déjà une balayette à la maison pour chasser la poussière des vieux dossiers ou de son bureau au cas où.

Plaisanterie mise à part et vu avec un minimum de hauteur, toute cette agitation naissante et les espoirs anticipés de victoire facile peuvent paraitre bien prématurés pour ne pas écrire risibles tant en coulisses les batailles d’égos et les petits calculs politiques sont déjà à l’œuvre !  Ces grandes manœuvres  purement politiciennes pourraient considérablement affaiblir le camp de celles et ceux qui prétendent représenter une alternative crédible.

Dans cette optique il n’est pas interdit de se rappeler qu’il est plus aisé d’atteindre un même objectif lorsque toutes les forces qui tendent vers lui convergent  au maximum en un point précis le moment venu. Le dernier suffrage en 2008 ne s’est joué qu’à 204 voix après tout.  Alors, oublier ce principe de base et de bon sens efficace pourrait sérieusement diminuer les chances de succès de celles et ceux qui se voient déjà en haut de l’affiche. Ainsi au soir du second tour des municipales de 2014, le regard hagard et la gueule de bois en prime ces futurs perdants en prendront pour six ans de plus et tomberont invariablement sur le sourire tranquille de Gérard Ségura en cliquant ici

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 05/10/2012 11:59

Grâce aux votes des étrangers?
Non grâce à une certaine complaisance avec les moins laïcs de la religion la plus suivie à Aulnay.
C'est plus grave à mes yeux.
Mais tous les musulmans ne se reconnaissent pas dans l'extremisme.
Nous ne sommes pas encore en 2014,je ne suis pas aussi pessimiste que vous Romuald....
Tant de choses peuvent encore se passer........

Romuald Weymann 05/10/2012 11:14

A peine 204 voix ont départagé le maire UMP sortant, et le candidat « challenger » PS, et ce, après 20 ans de droite.

C'est dire si le PS a massivement été plébiscité ! Heureusement, une histoire d'allocs touchés indûment est venue à point nommé pour décider quelques électeurs qui se tâtaient encore. :D

Ségura a donc été élu plus par rejet, relatif, de Gaudron, que par engouement des électeurs aulnaysiens pour son programme.
Pas de quoi se glorifier donc d'avoir remporter les Municipales 2008, car quelle « victoire » (sic) éclatante en effet !


Finalement, c'est un peu le même drame que pour Normal 1er, puisque malgré une gouvernance pitoyable et décriée, Sarkozy n'a été battu que d'une courte tête par le candidat normal.

Allez, souriez David, grâce à l'appui des étrangers qui pourront voter si le gouvernement normal se bouge et l'ose, le PS conservera la mairie d'Aulnay...

David Burlot 05/10/2012 10:12

"croire qu'il suffit de se présenter ou de présenter quelqu'un contre un homme élu déjà deux fois dans son canton et maire pour gagner, avouez que cela aurait LA surprise"

Et la gauche a gagné de 204 voix la dernière municipale. Cette victoire s'est faîte après plus de vingt années de gestion à droite. Comme quoi on en apprend toujours dans les livres d'histoire.

frank cannarozzo 04/10/2012 21:01

Cher Thierry, il est fort facile de critiquer l'opposition qui se bat avec de biens maigres moyens et voir tout cela par le petit bout de la lorgnette.

Mais qui combat le maire au quotidien ? qui s'aventure à démonter ses points de vue ? qui se bat meme au tribunal contre lui et ses petits amis ? qui dénonce ?

Je connais énormément de gens qui se plaignent mais quand on appelle au combat, il y a déjà beaucoup moins de monde...

Enfin comme quoi votre analyse est légère, si vous aviez étudié les résultats de la cantonale nord à laquelle j'ai participé, que si Segura avait confirmé son emprise sur les quartiers nord de la
ville, je l'avais battu à plates coutures sur tous les quartiers pavillonnaires de la ville par 59% contre 41%, ce qui n'était plus arrivé depuis longtemps. alors pour une première présentation
seul, c'est au contraire encourageant. en effet ce score additionné à notre score habituel sur le canton sud (63%), amènerait l'écart sur la ville à seulement 20 voix.

croire qu'il suffit de se présenter ou de présenter quelqu'un contre un homme élu déjà deux fois dans son canton et maire pour gagner, avouez que cela aurait LA surprise.

il existe une recette pour gagner : que ceux qui en ont marre de Segura, des méthodes et des résultats minables arretent de se balancer le genre d'arguments que vous venez d'écrire et s'unissent.
le reste ne compte pas .

Laurent Comparot 04/10/2012 15:06

J'ai lu sur un autre blog local, celui qui n'est pas forcément sympathique avec Aulnay Libre, que les jeux étaient déjà faits pour 2014 avec un grand come back...

Thierry 04/10/2012 14:16

Une analyse lucide comme bien souvent sur ce blog. Gérard Ségura n’a pas grand-chose à craindre d’une quelconque opposition à Aulnay-sous-Bois pour le moment. Les Verts ? C’est pas monsieur 3%
Hervé Suaudeau et Alain Amédro bien au chaud à la région et autres Siebecke qui vont l’enquiquiner. Le centre ? Il est en totale décomposition et Jacques Chaussat est plus proche de la maison de
retraite que du fauteuil de maire. Quant à l’Ump elle est totalement transparente. Gérard Gaudron n’en parlons même pas et la relève incarnée par Franck Cannarozzo n’a pas d’envergure comme en
témoigne son maigre score aux cantonales nord. C’est dommage car quelques associations comme QCBE pour Croix-Blanche font un vrai travail de résistance mais ils sont soit manipulés par la majorité
ou pire récupérés par l’opposition. Ils n’ont vraiment pas de chance. A moins d’une trahison improbable dans son propre camp politique le maire actuel peut dormir tranquille sur ses deux oreilles.
En résumé l’opposition ce n’est rien que le vide sidéral et le plus navrant et triste dans tout ça c’est que ce sont nous pauvres habitants d’Aulnay qui doivent subir tout ça.

JEAN LOUIS KARKIDES 04/10/2012 09:59

Voilà un articles tel que ja les aime dans ce blog!
Mais y a t'il tant de prétendants?
Ou Stéphane est dans le secret des dieux, ou c'est une mise en garde.
En tous cas ,il serait dommage de jouer les mouettes du film "Nemo" qui crient toutes "moi,moi,moi"!
Que chacun se rende compte qu'être maire n'est pas forcément une tache facile et que la division ne peut amener que la défaite.
Et ce n'est surement pas un inconnu ou peu connu qui condensera sur lui les voix.
Alors patience et laissons le temps au temps.