Aulnay-sous-Bois : les conseils de quartier font leur rentrée !

Publié le 8 Octobre 2012

affichedemocratielocale-250x187Et oui c’est la rentrée ! Les conseils de quartier reprennent peu à peu leur activité. Enfin activité est un bien grand mot. On se réunit, on discute le bout de gras et puis chacun rentre chez soi avec son problème et celui des autres en prime sous le bras. Il faudrait presque un ministre du redressement productif des conseils de quartier pour relancer la démocratie participative dans notre chère ville d’Aulnay-sous-Bois tant elle est moribonde. A ce titre peut-être que notre député Daniel Goldberg pourrait se pencher sur la question en ouvrant une commission spéciale à l’Assemblée nationale une fois qu’il aura terminé de plancher sur les coûts de production.

Enfin peu importe ce soir nous allons quand même nous retrouver à 20h à la Ferme du Vieux-Pays,  salle du bas comme un symbole, avec un ordre du jour gargantuesque. Jugez plutôt. Un point sur la propreté du secteur Vieux-Pays-Roseraie-Bourg, sujet très sensible en ce moment sur la commune qui deviendrait de plus en plus sale depuis 2008 selon certains. D’autres, qui ont les municipales de 2014 dans le viseur,  laissent même entendre que le maire Gérard Ségura serait personnellement responsable de la chute des feuilles qui jonchent les trottoirs en automne ! Faut-il alors préconiser la présence d’un agent municipal sous chaque arbre de la ville ? Le débat s’annonce prometteur !

pipeau.jpgAutre sujet à l’ordre du jour la feuille de route du conseil de quartier pour 2012/2013. Alors là c’est nouveau et pour une surprise c’est une surprise. Mais que va-t-il se passer de si extraordinaire cette année ? Les demandes des habitants vont-elles enfin être prises en compte même lorsqu’elles  n’entrent pas dans le cadre fixé par l’exécutif municipal ? Pour le coup ce serait vraiment une révolution ! Nous terminerons par l’interminable liste des questions diverses. Alors n’oubliez pas la petite bouteille d’eau pour éviter la gorge sèche.

Pour conclure, rappelons enfin que cette séance de conseil de quartier est ouverte à toutes et à tous ce qui constitue un progrès notable. Au début, en effet, pour s’aventurer dans un quartier autre que le sien il fallait demander une sorte d’autorisation officielle des élus. Enfin surtout quand on n’était pas encarté au parti ! Des anecdotes comme celles-ci on pourrait en écrire des centaines. Elles expliqueraient sans doute pourquoi tant de gens aux forces vives ont quitté cette instance si peu représentative de leurs préoccupations quotidiennes.

Pourtant lorsque les conseils de quartier ont commencé en 2008, Philippe Gente, alors adjoint à la démocratie participative, claironnait dans les pages d’Oxygène que le temps où les mairies décidaient seules était révolu. Quatre ans plus tard force est de constater que ce prodige n’a pas eu lieu. En quelque sorte monsieur Gente  s’est juste trompé d’instrument. En effet ce n’est pas d’un clairon dont il avait besoin mais plutôt d’un pipeau…

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Benjamin Giami 08/10/2012 14:43

Cher Stéphane,

Afin d'étayer un peu plus tes prochains articles sur le fonctionnement "démocratique" à Aulnay-sous-Bois, je t'invite à participer à nos futures réunions du comité de pilotage relatif au projet
Croix-Blanche.

Des choses y sont dites, d'autres non, et des courriers font état d'éléments qui n'ont jamais été abordés.

Certains ont alors osé dire qu'une assemblée municipale démocratiquement élue ne saurait accepter le "diktat d'une association", sous-entendu qu'elle n'acceptait pas que nous manifestions notre
mécontentement face aux méthodes de la Mairie.

Certains ont sans doute oublié leurs promesses de 2008 d'organiser des référendums lorsque des pétitions rassemblant plus de 1000 signatures étaient présentées...

Après avoir recueilli plus de 1 300 signatures, après avoir ratissé en long et en large toutes les rues du quartier, après avoir organisé de multiples réunions d'informations où les habitants
manifestaient leur mécontentement, que faut-il de plus à cette municipalité pour qu'elle entende les riverains ?

Enfin, comment peut-on accepter les déclarations de certains adjoints ou membres du cabinet du Maire qui sous-entendent que nous "menaçons" ou exerçons "des pressions psychologiques" sur les
services municipaux ?

Ce genre de déclarations ne fait que renforcer la détermination de l'association Croix-Blanche pour que les voix des riverains et, plus globalement des Aulnaysiens, soient respectées.

Bien à toi,

Benjamin GIAMI
Président de l'association QCBE Croix-Blanche