Aulnay-sous-Bois : le documentaire « La Gamelle » tourné à la cité de l’Europe donne la parole aux jeunes sortants de prison

Publié le 11 Janvier 2013

prison.jpgLa prison. En sortir, craindre d’y retourner ou s’y résigner… Il n’était pas forcément simple de recueillir, en toute confiance, la parole de jeunes sortants de détention. Alors, Xavier Menut a pris le temps. Durant trois ans, le réalisateur a fait équipe avec deux éducateurs intervenant dans la cité de l’Europe à Aulnay, Roch Mafouta Bantsimba et Joe Gommis-Ferreira. Dans le documentaire « la Gamelle », projeté mardi dernier pour la première fois au cinémaJacques-Prévert, devant un public de professionnels, pas de visages floutés, pas de caméras cachées. Les jeunes se confient face caméra, au pied d’un immeuble, dans les locaux de l’association de prévention Grajar 93, au café…

Il y a ce témoignage brut et émouvant, d’un homme de 29 ans racontant le quotidien de la détention, les amis qui s’éloignent, l’attente des mandats et des courriers… Incarcéré à 16 ans, il n’a recouvré la liberté que quatre ans plus tard : « J’ai perdu ma jeunesse », souffle-t-il.La caméra fait une incursion à la prison de Villepinte, le temps d’un atelier slam, et nous entraîne, sans transition, d’un lieu à l’autre. On s’y perd un peu : « C’était l’idée, de ne pas toujours savoir si on est en prison ou pas. C’est d’ailleurs ce que vivent ces jeunes », explique Xavier Menut, frappé de voir autant de familles touchées de près ou de loin : « Beaucoup passent leur temps à faire l’aller-retour, pour rendre visite à un proche… ». Et la sortie n’est pas toujours synonyme de liberté : « La cité aussi, c’est la prison, constate amèrement l’un des témoins. Tu es enfermé dehors, sauf que la promenade est plus grande… ».

 Joe, l’un des éducateurs, espère que le film aura un effet choc : « On a l’impression que la société regarde davantage les problèmes que ces jeunes posent plutôt que ceux dont ils souffrent. Avec le documentaire, on voulait prouver qu’en poussant ces jeunes à puiser des ressources en eux, on peut leur permettre d’avancer. A condition tout de même que le terrain soit favorable. » Et pour l’heure, il l’est peu. Le chômage des 16-25 ans dépasse les 40% dans les quartiers nord d’Aulnay. « C’est dimanche tous les jours », soupire un jeune. « Les boîtes d’intérim ne me rappelaient pas. Alors, c’est obligé, tu repars dans les conneries », glisse un autre. Les mots de la fin sont ceux de Roch, éducateur, qui espère simplement que ce film et ces mots serviront « pour les petits qui arrivent derrière nous ». La première séance grand public de ce documentaire coproduit par l’association Upfull et les Films du scribe, aura lieu le 23 février à Aulnay-sous-Bois.

Source : Le Parisien

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

thille micheline 12/01/2013 19:56

Commentaire avec justesse, respect à ceux qui ont osé témoigner, ce n'est pas facile de s'exposer ainsi.
Un grand bravo à Joe qui comme toujours a l'art et la manière de présenter des sujets pas faciles et pas toujours compris par tous
A quand la diffusion du reportage qu'il serait intéressant de faire dans les locaux de la cité de l'Europe, comme évoqué lors de notre conseil de quartier
Merci d'avance pour la réponse
Je suis habitante et co-présidente du conseil de quartier de la cité de l'Europe