Aulnay-sous-Bois : l’expertise qui contredit les rapports sur PSA

Publié le 17 Novembre 2012

PSARECUPVisite discrète, sans banderoles ni slogans. Une poignée de syndicalistes CGT de l’équipementier Faurecia est venue hier aux portes de l’usine PSA Peugeot-Citroën d’Aulnay. Deux d’entre eux ont pu y pénétrer, en compagnie d’un huissier. A l’intérieur, ils ont constaté l’existence… d’un établissement Faurecia, employant « une cinquantaine de salariés ».« Il fallait qu’on vienne vérifier, puisque la direction de Faurecia ne nous fournit pas les informations », explique Thérèse Lecocq, déléguée centrale CGT. La présence de Faurecia à Aulnay n’a rien de surprenant : l’équipementier, qui produit notamment des pare-chocs avant, des pots d’échappement et des panneaux de portes intérieurs, est une filiale du groupe automobile. Mais pour les syndicalistes, c’est une preuve de plus que le plan social engagé par la direction de PSA aura d’inévitables conséquences sur leur propre entreprise.

Une anticipation des pertes possibles pointée dans les comptes

Cette inquiétude a d’ailleurs conduit la CGT à se tourner vers la justice, pour demander la suspension du plan. Demande rejetée en première instance, et qui sera examinée en appel le 26 novembre par le tribunal de grande instance de Paris. Entre-temps, l’équipementier a annoncé 1500 suppressions de postes en Europe. Les syndicalistes s’appuient aussi sur le travail du cabinet d’expertise Alter, mandaté par les élus du personnel du site Faurecia d’Auchel (Pas-de-Calais). Ce dernier a examiné les comptes du groupe PSA.

Une note de synthèse tire en effet des conclusions à contre-courant des rapports Sartorius et Secafi, en mettant en question la mauvaise santé financière du constructeur. La note pointe notamment les quelque 680 M€ de pertes affichées par PSA dans son activité automobile, en indiquant qu’il s’agit d’« anticipations de pertes (potentielles) futures », parmi lesquelles l’anticipation de « la dépréciation de l’usine d’Aulnay pour 127 M€ ». Pour Thérèse Lecocq, cette note prouve que « le groupe PSA se porte bien, et qu’on peut sauver nos usines et nos emplois ». Un porte-parole de PSA indiquait hier ne pas avoir connaissance du document.

 

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article