Aulnay-sous-Bois : l’étrange instrumentalisation des agents de la mairie annexe sud en ambassadrices du projet Croix-Blanche

Publié le 17 Septembre 2013

oxy185couv-copie-1.pngElles s’appellent Leïa, Carole, Roselyne et Stéphanie. Elles sont agents de la mairie annexe sud d’Aulnay-sous-Bois. Elles sont charmantes et pourraient figurer sans problème au casting d’un prochain épisode des Charlie’s Angels. Mais, en attendant de rejoindre le plateau d’une future production Hollywoodienne, elles font la couverture du nouveau numéro d’Oxygène. Jusque-là pourquoi pas ? Sauf que, à bien y regarder, cette mise en lumière intervient dans un contexte plutôt singulier : les voilà promues ambassadrices du projet Croix-Blanche !

A travers cette une dans le magazine municipal, quel message souhaitent faire passer les élus de la majorité ? Que les agents de la mairie annexe sud sont en faveur du projet Croix-Blanche ? Si oui, dans ce cas lequel ? Leïa préfère-t-elle l’option 1 qui comporte 34 logements, Carole l’option 2 avec 52 logements et Roselyne l’option 3 et ses   45 logements ? Se pourrait-il par hasard que Stéphanie n’eût préféré un scénario privilégiant le tout pavillonnaire ?  Peut-être n’ont-elles pas encore d’idée arrêtée sur cette question ? Quand bien même, leur opinion aurait-elle plus de poids que celle des autres riverains du secteur ? Curieusement, l’article d’Anne Raffenel ne répond pas à ces questions.

Dans tous les cas de figures, la mise en avant de quatre agents de la mairie, aussi gracieuses soient-elles, en tant qu’ambassadrices d’un projet d’urbanisme qui fait polémique est particulièrement maladroite. Elle s’apparente presque à de l’instrumentalisation. Pourquoi en plus de sa mission de service public le personnel municipal devrait-il subitement assurer le service après-vente de décisions prises par les élus en place ? Une certaine forme de réserve serait plus appropriée en la matière. Cette manière de procéder est donc étrange, malsaine et dérangeante.

Ceci est d’autant plus vrai que Guy Challier, l’adjoint à l’urbanisme et en principe expert attitré sur cette question, est paradoxalement absent  de l’article. C’est pourtant lui qui devrait être en première ligne pour porter fièrement ce projet, non ? Alors pourquoi est-il aux abonnés absents ? A moins bien entendu que cette mise en scène ne soit l’œuvre d’autres personnages qui dans l’ombre tirent les ficelles. On pense par exemple pourquoi pas aux éminents membres du cabinet du maire.

Mary Fleury

 

[NDLR. Habitante de longue date du quartier Vieux-Pays d’Aulnay-sous-Bois et lectrice assidue de la blogosphère locale, Mary signe aujourd’hui son premier article et rejoint la rédaction d’Aulnaylibre ! Nous lui souhaitons la bienvenue !]

Rédigé par Mary Fleury

Publié dans #Oxygène

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Amy 20/09/2013 13:03

Merci Hervé pour cette précision.
Du coup, je pense que ma réflexion précédente reste donc valable...

Hervé Suaudeau 18/09/2013 15:23

Bonjour Amy.
Le déficit ville est le solde restant à charge après revente des appartements. Si la ville vend cher, il est faible et vice versa.
Bonne journée!

Amy 18/09/2013 13:38

[Edit de mon commentaire précédent]
C'est vrai quand même que l'article sur oxygène est "vachement" enjolivé. (j'ai relu l'article entre temps :-) ).

Mais comme le disait un commentaire sur monAulnay, ces personnes sont vraiment très gentilles et accomplissent leur rôle à l'annexe à merveille ! :-)

Amy 18/09/2013 13:31

C'est vrai que ça peut paraître un peu gros. Cependant, je me dis qu'on leur a peut être exposé les scénarios d'architecture exposés et que, ainsi, elles seront à même de répondre aux intéressés
qui se présenteraient à l'annexe pour voir les études.
C'est sûr que Oxygène tire la couverture (sans jeu de mots pourris :-)) vers un monde tout beau, tout bisounours, mais ce qui me semble important c'est de voir le contenu des propositions.

D'ailleurs, en lisant cet article, j'ai eu un doute. Est-ce que ce qui est nommé "déficit ville" correspond bien à ce que je pense être le coût estimé du projet (de la construction à la vente des
logements)?
Si oui, j'ai dû mal à comprendre que le scénario 1 prévoyant 34 logements soit 3 fois plus cher que celui de 52 logements, d'autant plus que, pour le deuxième, il est prévu des places de parking en
sous-sol.
Je peux comprendre que cela soit plus cher pour moins de logement, dans le sens où si on vend au même prix chacun des logements dans chacun des scénarios, on a moins de "rentrée" d'argent dans le
cas où le nombre de logement est moindre, mais un facteur 3, je trouve ça beaucoup. (vous suiviez? :-) )
Mais j'imagine qu'il y a une explication censée et raisonnée derrière cela.

Ce qui m'amuse aussi un peu, c'est que le scénario où il y a peu de logement est un bâtiment monobloc, qui à mon sens ne s'intègre pas forcément idéalement... ce qui fait que outre le "déficit
ville", cette solution, me semble-t-il, sera vite écartée.

Sinon, je trouve cela bien que cela soit exposé à l'annexe de la mairie. Peut-être qu'une semaine est cependant un peu court...