Aulnay-sous-Bois : en direct de mon conseil de quartier Vieux-Pays Roseraie Bourg

Publié le 26 Janvier 2011

C'était avant-hier soir et, pour la première fois, l'annonce de notre réunion mensuelle se trouvait carrément dans Oxygène, le vrai journal d'Aulnay-sous-Bois ! En page 16 du dernier numéro, le 115, on peut lire en effet : lundi 24 janvier à 20h00 Vieux Pays - Roseraie - Bourg. M. Mukendi (c'est notre adjoint de territoire). Salle du Bourg, 39 rue de Sevran. Ordre du jour : pot de nouvelle année offert par les délégués.

Si j'en crois la photo ci-dessous nous ne nous sommes visiblement pas trompés d'ordre du jour !

pot.JPG

Malgré le renfort de publicité du magazine contrôlé par l'exécutif municipal et la festive perspective d'un pot de l'amitié citoyen, nous n'étions seulement que 14. Dont 3 élus et 2 personnes faisant partie de la famille des élus. Il n'y a pas si longtemps nous étions 25 à 30 personnes minimum à  chaque fois et il y avait moins d'élus. Amer constat d'une constante érosion.

Il faut avouer que tout a été fait pour nous mettre au pas, notre conseil de quartier se montrant particulièrement actif et productif. Son seul tort est d'avoir été force de proposition sur de nombreux projets dont la mairie n'a malheureusement jamais voulu entendre parler ! Alors certains habitants ont fini par partir...

Mais d'autres ont fait le choix de s'accrocher !

En exclusivité , voici donc l'ordre du jour de notre prochaine réunion programmée le lundi 28 février :

1) Un point sur la rue des Saules

2) Un point sur la fracture numérique. Le nord de la ville est clairement défavorisé en terme de débit internet alors qu'il existe pourtant un relais au niveau du Parc Robert Ballanger. Problème il n'est pas équipé en ADSL ! Alors nous sommes reliés sur un émetteur éloigné situé au sud de la ville, ce qui nous pénalise en débit... Pas de bol !

3) Election d'un nouveau co-président. Notre co-président actuel a présenté sa démission en décembre dernier évoquant une certaine lassitude devant l'absence de réponses  à nos questions et le peu de résultats obtenus  par notre conseil de quartier.

4) Un point sur la circulation et le stationnement sauvage. Par exemple la zone 30 de la rue Maximilien Robespierre n'est pas respectée, générant des incivilités. La densification annoncée dans le secteur, notamment avec l'ensemble immobilier les jardins d'Aulnay, ne devrait pas arranger la situation. La zone de Bricoman, rue de Savigny, est signalée comme étant à risque car non éclairée. Une habitante signale s'être fait exploser la vitre à deux reprises au petit matin pour des tentatives de vol au niveau du feu rouge à la jonction avec la RN2... Nous apprenons aussi qu'une dame aurait été écrasée un mercredi midi à proximité de la rue Joseph Berger.

5) Un point sur le règlement d'urbanisme relatif à la hauteur autorisée des murs en zone pavillonnaire. Il semble que certains habitants du quartier aient fait le choix de se murer littéralement dans leur pavillon, brisant par la même le côté charme et convivial  de ce type d'habitat censé offrir des espaces ouverts et arborés... Une déléguée a vanté les jolies clôtures qui donnent l'impression d'un vrai espace de vie et de respiration... et espère à sa manière lutter contre les hauts murs de béton... Je n'ai pu m'empêcher de rappeler l'exemple de la cité Arc en ciel, étendue d'une soixantaine de pavillons avec des jardins et des clôtures de grillages verts qui offrent un espace ouvert... Et notre chère municipalité n'a rien trouvé de mieux que de construire au milieu un ensemble d'habitat collectif d'une hauteur de 4 étages... J'ai dit ça en fait des murs là ! Allez comprendre pourquoi, ça a jeté un froid...

C'est tout pour le moment...  

Stéphane Fleury, délégué de quartier itinérant...

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

chris 27/01/2011 00:01


Une petite remarque sur les réunions de quartier pour lesquelles j'étais très motivé dès leur mise en place mais que j'ai aussi déserté depuis un an devant leur inutilité(et pourtant il faut savoir
qu'un adjoint paraît-il est préposé exclusivement à ce job avec indemnité me semble-t-il, et on ne l'entend jamais, jamais de réponse, jamais de prise de position? RIEN, RIEN, le néant? Est-il
encore adjoint, avec tous ces changements, on ne sait pas, on ne sait plus, en démocratie?)Vous parlez de réunion mensuelle, ah bon. Une réunion prévue le 16/17 Novembre 2010 a été reportée
au...devinez, 19 janvier 2011 pour...devinez, salle prise. Démonstration qu'il faut les faire certes car obligatoires de par la loi(heureusement qu'il y a une loi sinon ces réunions disparaitraient
à Aulnay, M.Le Maire n'a besoin de personne pour diriger et imposer sa politique personnelle, très personnelle) mais que si on pouvait en faire le moins possible...la preuve, deux mois d'intervalle
entre les réunions et personne ne dit rien. Mais aussi, personne ne dit rien au sujet des conseils de séniors, une plaisanterie, bon ce serait trop long et trop désagréable mais bon sang,
indignons-nous qu'il a dit le camarade!


Xavier 26/01/2011 20:24


Il faut bien entendu lire : "renvoient" et non "renvoie" même s'ils se résument en un seul. De là sûrement cette faute d'inattention que vous aurez rectifiée de vous-mêmes.


Hervé SUAUDEAU 26/01/2011 16:02


Bravo pour cette transparence jusque dans la composition du pot!
C'est vrai que nos réunions sont sympa mais complètement désabusées. Quel travail de secrétaire! ;-)


Xavier 26/01/2011 15:57


@ Stéphane,

Il me semble, en réalité, qu'il y a différentes sortes de murs qui, au fond, renvoie toujours au même mur : le mur mental.

Celui qui te fait dire après un début de discussion avec quelqu'un : il fait semblant de m'écouter, mais en réalité il ne m'écoute pas. Alors tu te dis à quoi ça sert de continuer, j'ai affaire à
un mur !...

Tu vois, dans une discussion, un échange, un dialogue, lorsque tu as un interlocuteur respectueux et qui écoute, il peut y avoir une rencontre, un échange de points de vue qui peut déboucher sur un
accord, une action et en tous cas sur une bonne intelligence des problèmes à résoudre.

Mais quand cela n'existe pas, que l'autre arrive avec ses préjugés, sa pensée pré-formatée, et parfois même sa mauvaise foi et éventuellement ses menaces, alors là plus rien n'est possible...Cela
est encore pire quand il s'agit d'un sujet dont il ignore à peu près tout, mais sur lequel il va te débiter des platitudes ou des contre-vérités manifestes.

Tu perds espoir. Tu te dis à quoi bon, puisque j'ai affaire à un mur...

C'est probablement pour cela que peu à peu beaucoup de gens désertent les instances dites de "concertation".

C'est probablement pour ça aussi qu'un immense mur d'incompréhension grandit entre des aulnaysiens bénévoles et de bonne volonté (ces mots ont la même racine) et un exécutif municipal qui sur des
sujets importants (l'industrie, le commerce par ex.) est empêtré par des raisonnements "idéologiques" préjudiciables à une vue sereine des choses et surtout à une action efficace dès lors que l'on
devient un élu responsable et non un simple militant.


zelle 26/01/2011 13:39


Certain murs parmi les plus haut et puissant sont tombés, cela devrait servir d'exemple! ferons nous encore et toujours les mêmes erreurs?
Qui a intérêt à nous séparer, à nous parquer de la sorte?
Résistons. et cela commence ici, restez aussi libre que vous pourrez.


eve 26/01/2011 10:54


Certain murs parmi les plus haut et puissant sont tombés, cela devrait servir d'exemple! ferons nous encore et toujours les mêmes erreurs?
Qui a intérêt à nous séparer, à nous parquer de la sorte?
Résistons. et cela commence ici, restez aussi libre que vous pourrez.