Aulnay-sous-Bois du Nord au Sud, le jeu. Réponses (5).

Publié le 9 Février 2011

Photo 9

S1I9

S'agit-il d'un cerf ou d'un renne je ne suis pas expert en la matière. Ce que je sais en revanche c'est qu'il se situe au niveau du pont de la Croix-Blanche, point de passage maintes fois emprunté vers Chanteloup, le pont de l'Union ou le centre gare.

haltepontcroixblanche-copie-1.jpgCet endroit rappelle une page d'histoire, celle d'une époque où le train passait à Aulnay mais ne s'y arrêtait pas. C'est Dominique-Armand De Gourgue (avec un s sur la plaque du boulevard du même nom), dernier marquis d'Aulnay et maire de notre commune entre 1866 et 1893, qui obtint qu'une halte avec passage à niveau soit installée en 1874 : la halte de la Croix-Blanche, depuis remplacée par le pont du même nom.

Photo 10

S1I10

C'est lors d'une réunion publique de conseil de quartier Chanteloup/pont de l'Union, le 4 décembre 2009 exactement, que j'ai entendu plus particulièrement parler des antennes-relais sur la ville d'Aulnay-sous-Bois. Un habitant et délégué de quartier de Chanteloup était plutôt remonté expliquant qu'elles envahissaient ostensiblement le secteur sans que cela semble susciter le moindre intérêt de quiconque. Il avait mentionné la présence de 19 de ces antennes à 50 mètres de chez lui.

A l'époque et dans le cadre du Grenelle des ondes, Robin des Toits, association nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, avait proposé que des villes tests expérimentent le seuil d'exposition de 0,6V/m pour la population, supposé être le maximum avant que des effets néfastes sur la santé puissent survenir.

Aulnay-sous-Bois ne faisait pas partie de cette liste à ce moment là, ce qui avait fortement chagriné le délégué de quartier en question. J'avoue ne pas avoir suivi ce dossier depuis (on ne peut pas être partout) mais si un délégué de quartier du coin veut bien nous faire un point sur la situation (clin d'œil appuyé en direction de Marc) il en sera fortement remercié.

Ce cliché presque futuriste a éveillé en moi des vieux souvenirs d'objectif lune, on a marché sur la lune et autres Space Oddity, Ziggy Stardust & The Spiders From Mars de David Bowie...

Stéphane Fleury

Photo Halte de la Croix Blanche Oxygène n°68 13/01/2010

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eve 10/02/2011 16:15


Un panel de scientifiques lance une alerte santé concernant les
risques des champs électromagnétiques artificiels : le consensus,
les justifications et les recommandations.

Les 10 points clés de l’ALERTE mondiale :
1. La population mondiale est en péril : .
La preuve scientifique démontre que la population mondiale n’est pas suffisamment protégée contre les Champs
ÉlectroMagnétiques (CEM) artificiels des communications et technologies émergentes des transmissions de données qui
sont nouvellement déployées à travers le monde et qui affectent la santé de milliards de personnes; .
2. Les populations sensibles sont actuellement vulnérables. .
Les populations sensibles (par exemple, les personnes âgées, les malades, les génétiquement et / ou immunologiquement
déficients), les enfants et les fœtus peuvent en outre être vulnérables aux risques pour la santé; leurs expositions sont en
grandes parties involontaires et ils sont moins protégés par les normes de sécurité publique. Le nombre peut s'élever à 40-
50% de la population; .
3. Les actions des gouvernements sont maintenant fondées, elles peuvent s’appuyer sur le constat de
sérieuses perturbations dans les systèmes biologiques. .
A Seletun le groupe de scientifiques exhorte les gouvernements à adopter une déclaration explicite stipulant que «les
normes pour juger et agir sur les preuves scientifiques sont fondées sur les principes publics de planification prudents de
santé plutôt que sur la certitude scientifique de l'effet (la preuve de causalité) ». Cette action est justifiée sur la base, des
preuves scientifiques même limitées ou sur une suffisance de la preuve - plutôt que d'une preuve scientifique concluante
(lien de causalité ou de certitude scientifique) où la conséquence de l'inaction à court terme peut provoquer l’irréparable sur
la santé publique et un préjudice presque certain sur les populations potentiellement à risques et où il existe des alternatives
similaires sans risque, ou lorsque les expositions sont en grandes parties involontaires; .
4. Le fardeau de la preuve pour la sécurité des sources émettrices de l’irradiation par les opérateurs et
autres intervenants par rapport aux consommateurs. .
Le groupe scientifique exhorte les gouvernements à rendre explicite que le fardeau de la preuve de la sécurité repose sur
les opérateurs et autres intervenants de la technologie de production de CEM artificiels et non pas aux utilisateurs
consommateurs. .
5. L’exposition aux champs électromagnétiques devrait être réduite préventivement tant que de la
compréhension complète des mécanismes d'interaction sur le métabolisme humain n’est pas acquise. .
L’exposition aux champs électromagnétiques artificiels devrait être réduite dès maintenant plutôt que d'attendre des preuves
ou la compréhension des mécanismes de dommage avant d'agir. Cette recommandation est conforme aux principes
traditionnels de la santé publique, et se justifie dès à présent sur la base des abondantes données des preuves que les
effets biologiques et les effets néfastes sur la santé se produisent à des niveaux d'exposition de plusieurs ordres de
grandeurs inférieures aux normes actuelles de sécurité publique dans le monde; .6. Mesurer et accepter que le DAS (Débit d’Absorption Spécifique) censé protéger des risques est
inadéquat et égare le consommateur sur la sécurité des risques. .
Le DAS n'est pas une approche adéquate pour prédire les nombreux effets biologiques importants mis en évidence dans les
études de risques accrus de cancers, maladies, neuro-dégénératives, les déficiences de la fécondité, de la fonction
immunitaire et la fonction neurologique (cognition, comportement, performances, l'état d'humeur, perturbations du sommeil,
un risque accru pour la sécurité routière, etc…); .
7. Une base de données internationales s'impose pour suivre les tendances temporelles des maladies
afin de corréler les pathologies issues des expositions aux irradiations. .
Le groupe scientifique recommande la création d’un registre international pour suivre les tendances temporelles de
l'incidence et de la mortalité pour les cancers et les maladies neurologiques et immunitaires. Ainsi qu’un suivi des effets des
champs électromagnétiques sur les enfants et les populations vulnérables comme Les EHS ceci est une grande priorité. Il
devrait y avoir un libre accès à cette information; .
8. Obligation d’études préventives d’impacts sur la santé et la sécurité humaine avant le déploiement de
toutes technologies émettant des irradiations. .
(Ndlr France exemple : la faute inexcusable d’ERDF concernant l’installation de masse des Compteurs Mouchards Linky).
Il est absolument nécessaire avant la pré-commercialisation de réaliser toutes les évaluations des risques issues des
nouvelles émissions d’irradiations afin d’avoir des preuves convaincantes que les produits ne causent pas de dommages
pour la santé avant la commercialisation ou l’installation de masse; .
9. Parité nécessaire pour les normes d'expositions professionnelles. .
Le Groupe décourage l'utilisation de la clémente des normes de sécurité publique pour les travailleurs, par rapport à la
population en général. Les limites de sécurité distinctes ne sont pas éthiquement acceptables. Les travailleurs incluent les
femmes en âge de procréer et les hommes qui souhaitent préserver leur fertilité; .
10. Reconnaissance des déficiences fonctionnelles des personnes connues sous la désignation
d’Électro Hyper Sensibilité (EHS). .
Le Comité recommande fortement que les personnes présentant des symptômes Électro Hyper Sensibilité (EHS) puissent
être classées en déficiences fonctionnelles, plutôt qu’en pathologie dite «idiopathique» environnementale ou en une autre
catégorie distincte. .
L’acceptation de cette terminologie prouvant la responsabilité de la cause environnementale liée à l’EHS. .
Les gouvernements sont encouragés à prendre des directives afin d’améliorer le cadre de vie des EHS et apporter une
réponse sociale aux besoins de cette nouvelle population hautement sensible de la société.
Pour avoir des informations d'experts independants allez sur se site :
http://www.next-up.org/

http://www.next-up.org/pdf/NCBI_Pub_Med_Un_panel_de_scientifiques_lance_une_alerte_sante_concernant_les_risques_des_champs_electromagnetiques_artificiels_le_consensus_les_justifications_les_recommandations_02_2011.pdf


marc masnikosa 09/02/2011 23:20


monsieur stephane le clin d'oeil est recu et c'est devant un cafe que je suis pret a vous narrez toute la continuité des antenne de chanteloup(surtout que free mobile vas y rajouté les siennes)a
bientot je suis dispo la 2 semaine des vacances


Romuald 09/02/2011 21:08


Le problème avec les antennes-relais, c'est que si des riverains exigent, et obtiennent ici et là leur disparition, les opérateurs seront contraints d'ériger des antennes encore plus puissantes...
donc potentiellement plus nocives.

Un petit HS à propos de ces antennes-relais.
Dans un ancien reportage diffusé dans un JT de France 3, étaient évoquées les plaintes de riverains envers une antenne-relais précise (c'était je crois dans une ville francilienne ?).
L'équipe de France 3 était alors montée sur le toit pour filmer le dispositif et, ô surprise, elle n'a trouvé que l'antenne métallique, reliée à aucun appareil électrique... L'opérateur n'était pas
encore venu effectuer les connexions.

Une étude britannique avait de son côté mené une étude relative à ce genre de troubles ressentis à cause d'ondes électromagnétiques, malgré l'absence de branchements électriques. Il s'agirait d'un
effet placebo inversé (ça porte un nom, mais je l'ai oublié :D ).

Ce qui est certain, c'est que la pénétration de la téléphonie mobile étant telle, que la disparition des antennes-relais n'est pas pour demain....

PS : pour l'animal, je penche pour l'hypothèse du renne; un cerf est beaucoup plus grand et massif. Ou alors, c'est un jeune cerf. :D
A ce propos, photo d'une petite saisie que j'avais faite en novembre 2008; il s'agit d'un scalp de renne qu'une dame, revenant de Laponie, comptait offrir pour son petit-fils... Mais,
sanitairement, ça ne passait pas. (attention aux âmes sensibles ! http://img511.imageshack.us/i/spa0239v.jpg/ )