Aulnay-sous-Bois du Nord au Sud, le jeu. Réponses (4).

Publié le 8 Février 2011

Photo 7

S1I7

Non ce n'est pas une extension de l'actuelle piscine municipale. Reconnaissable à sa soixantaine de pavillons aux volets verts, il s'agit de la cité Arc en ciel et plus particulièrement de la parcelle où s'érige actuellement un immeuble de quatre étages. En filigrane l'éternel débat, qui agite tant Aulnay-sous-Bois en ce moment, sur l'opportunité de faire cohabiter habitat collectif et pavillonnaire.

arcencielplan.JPG

On pourrait parler pendant des heures de la manière dont ce dossier a été traité par rapport à d'autres. En particulier le cas de la rue de Pimodan où des habitants, défendant une zone pavillonnaire de centre-ville située dans le même type de zonage au niveau du plan local d'urbanisme (UD), ont reçu un véritable tapis rouge de la mairie : compréhension, écoute, réunions publiques et solution rapide.

L'Arc en ciel fait pour l'instant office de sacrifié. L'exécutif municipal aurait tort de s'en réjouir. Car il y a des moments clés dans la gestion d'une ville qui déterminent l'orientation d'une mandature. Au lieu de la concertation, de la pédagogie, les élus ont choisi la force des bulldozers créant de fait un climat de méfiance de la population autour des questions d'urbanisme. Cristallisant aussi les peurs et les résistances de tous ordres matérialisées par une création sans précédent d'associations de défense des quartiers qui ont fini par se regrouper en collectif envahissant la mairie le 5 juin dernier.

Rarement chantier de construction n'aura à ce point créé la polémique dans notre ville. Symbole fort des premières tensions vives et visibles au sein de la majorité municipale, il restera gravé à jamais comme le premier exemple  flagrant d'un urbanisme imposé de façon barbare aux habitants d'un quartier.

Pourtant lors d'une intervention au Conseil municipal le 23 septembre 2010, au moment de la modification du Plan Local d'Urbanisme(PLU), Xavier Toulgoat pour le Parti Communiste avait prononcé ces mots : "Une démarche participative qui refuse tout abus de délégation de pouvoir est la garantie pour les élu-e-s que nous sommes d'éviter les écueils qui nous conduiraient immanquablement vers les pires déboires. L'histoire ne nous enseigne-t-elle pas que l'on ne fait pas le bonheur des gens sans eux et encore moins contre eux."

Pas sûr qu'envoyer les tronçonneuses un petit matin d'août couper les arbres et massacrer le cadre de vie des riverains de la cité Arc en ciel soit la voie royale qui conduise vers le bonheur et le bien vivre ensemble ! Question de point de vue j'imagine ! En attendant les mots de Xavier s'envolent mais les faits eux restent. Bien gravés dans la mémoire des habitants...

Photo 8

S1I8

Il s'agissait du chantier situé au niveau de la rue des écoles et l'avenue du 14 juillet qui accueillera ce qu'on appelle la villa Jasmin du nom de la plante dont on a parlé récemment suite aux événements tunisiens. Voilà ce que cela devrait donner au final. L'image n'est pas contractuelle j'imagine ! Si évidemment chacun semble s'accorder sur la densification de centre-ville, près de la gare, des commerces, des écoles, qui s'inscrit en principe dans une démarche de développement durable, espérons tout de même que la qualité architecturale sera au rendez-vous.

villajasmin.jpg

Construire c'est bien mais construire en respectant l'existant dans un souci d'harmonie c'est encore mieux. Côté prix la villa Jasmin c'est du grand standing. 218 000 euros pour un deux pièces, 242 000 euros pour un trois pièces et 339 000 euros pour un quatre pièces. Pas sûr qu'il y ait la place pour le logement social et la mixité en centre ville à ce tarif ! Toutefois si jamais vous avez des informations confirmant la présence de logements sociaux dans la villa Jasmin n'hésitez pas à l'indiquer en commentaires. Les blogs sont des espaces libres qui permettent de confronter les points de vue ! Ne les négligeons pas...

Stéphane Fleury (blogueur libre, indépendant et itinérant)

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Jouons un peu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fred 27/02/2011 15:29


Bonjour à tous, je suis un acheteur de la résidence Villa Jasmin. Dans ma jeunesse, j'ai vécu 20 ans en cité dans le 93, j'ai une très grande ouverture d'esprit mais je ne suis pas naïf. Je ne
crois pas à la mixité sociale que certains politiques essayent de nous vendre, de nos jours il faut être réaliste ça ne marche pas! car malheuresement en france, vous pouvez mettre toutes types
d'aides en place (association, sport, formation, emploi) dans les quartiers, ça n'empêchent pas à certains individus de casser, de ne pas vouloir travailler, ect... Dans mon cas personnel, je n'ai
pas attendu d'aide de qui que ce soit pour être assidu à l'école et me lever tous les matins pour aller travailler. je ne dois à personne ma réussite. C'est pour tout cela qu'aujourd'hui, je pense
que si j'ai acheté en travaillant ce n'est pas pour que la mairie achète un appartement au même endroit que moi pour installer des logement HLM. Pourtant je vivais dans une cité! Et je ne le
regrette pas mais la politique n'est pas adaptée pour faire de la mixité social. Je ne dis pas que toutes les personnes qui vivent en HLM ne veulent pas s'en sortir mais il faut préserver des
secteurs tant que les choses ne changent pas...


Léon l'empêcheur de tourner en rond 09/02/2011 17:27


Et les Shadoks pompaient, pompaient….

A l'Arc en ciel, la construction du batîment de 24 logements, a trouvé sa justification dans son affectation de logements sociaux à haute qualité environnemental.
La construction sur un sous-sol marécageux a nécessité des travaux colossaux, qui entraînerait un surcoût de 30% du montant total ! Qui va payer ce surcoût, sera-t-il amputé sur les loyers des
futurs locataires ? Peut-on encore parler de logements sociaux ?
La construction sur un tel sous sol, implique un pompage de la nappe phréatique 24 heures sur 24 et cela durant toute la vie du bâtiment. Les eaux polluées par le parking, seront reversé dans le
réseaux des eaux usées !( C’est le circuit des eaux du robinet)… A votre santé ! Dans une mairie qui se targue d’établir un agenda 21, peut-on encore parler de qualité environnemental ?
Et pendant ce temps,…, les shadoks pompaient, pompaient, pom……


mariella 09/02/2011 15:26


Quelqu'un a dit un jour, à propos de cette sordide construction en cours de réalisation à la cité Arc en ciel, que c'était comme un pustule au milieu du visage je le crois aisément,il suffit de
regarder les photos, on ETOUFFE quelque chose de réussi pour construire des logements ou quelques mois après on constatera des moisissures comparables à celles qui poussent déjà dans les pavillons
alentours, chassez la nature elle revient au galop pas besoin de s'appeler Madame Irma pour cela.(La nappe phréatique et la poussée d'Archimède)
Le besoin de logements ne justifie en aucune manière le comportement méprisant qu'ont eu certains élus au regard des riverains qui sont aussi des électeurs, c'est sûr et certain, cela laisse des
traces indélébiles dans les mémoires, ,
laissez bruler les p'tits papiers lalalalalalalala lalala


Xavier 08/02/2011 22:38


A propos de la Villa Jasmin, je vais un peu jouer les rabat-joies. Et puis comme tu le sais, je n'aime pas trop les pensées pré-formatées et le politiquement correct...

Alors j'affirme haut et fort qu'il faut plus de richesse à Aulnay-sous-Bois ... et donc plus de riches ! Car comme chacun le sait, la richesse amène encore plus de richesse alors que la pauvreté
n'engendre que la pauvreté. L'histoire économique le prouve abondamment sans qu'il soit besoin de s'appesantir là-dessus.

D'autant que lors d'une réunion de l'Agenda 21, j'ai entendu dire que seuls les riches pouvaient faire leurs courses en centre-ville (comme s'il ne pouvait pas y avoir d'autres critères !...)

Il faut donc attirer à Aulnay, et particulièrement en centre-ville, des ménages plus aisés que la moyenne déjà assez basse à Aulnay afin de revitaliser le tissu social et donner plus de dynamisme à
la Ville.

J'en ai marre de ces discours misérabilistes où il faudrait, sous prétexte de justice sociale, que tout le monde soit pauvre. Je suis pour la diversité, mais surtout pour que les pauvres
s'enrichissent par l'éducation, la formation et le travail. A condition bien sûr que cela soit fait en toute honnêteté.

D'ailleurs, Marx lui-même qualifiait le "socialisme" par la formule : "A chacun selon son mérite". Le stade suprême du "communisme" : "A chacun selon ses besoins" n'étant que l'utopie d'une société
et d'un individu enfin réconcilié avec lui (ou elle) même et où règnerait l'abondance.

Autant dire quelque chose de fort éloigné des régimes dits "communistes" concrets qui se sont incarnés en ce bas monde !

Là où les socialistes primaires s'exclament en disant : " A bas les riches", moi je dirai alors avec Marx "Vive la richesse" !