Aulnay-sous-Bois, du cordon bleu et du menu sans viande

Publié le 12 Mai 2011

ChickenCordonBleu.jpgLes menus sans viande à Aulnay-sous-Bois, vous vous souvenez ? Il avait suffi du scan d'une coupure de presse parue dans Le Parisien et postée par Jean-Marc sur MonAulnay.com pour lancer tout de suite la polémique. En résumé, d'un côté celles et ceux qui pensaient, en essayant de le formuler sans froisser personne que la municipalité avait cédé à des pressions communautaristes, de l'autre un exécutif qui défendait l'idée que certains enfants ne mangeaient pas le midi à la cantine et que cette mesure permettrait peut-être d'arriver à ce que tout le monde ait au moins quelque chose dans le ventre avant d'affronter le reste de la journée scolaire.

Outre les quelques tracas organisationnels mentionnés ici ou là en conseil d'école ou le sentiment étrange que dès le plus jeune âge on instaure les conditions d'une sorte de clivage entre les enfants alors que l'école publique devrait tendre à gommer les différences, les menus sans viande ont fini par s'installer et personne ne semble plus en faire tout un plat désormais. Sauf les enfants bien entendu. Les jours de cordons bleus. C'est fou comment un morceau de viande panée, croustillant à l'extérieur et fourré avec du fromage fondant à l'intérieur, aiguise l'appétit des petits.

Ces jours-là c'est presque la foire d'empoigne. Oubliés les menus viande ou sans viande tout le monde veut du cordon bleu. Alors évidemment il n'y en a pas pour tout le monde. Ainsi quelques enfants qui mangent habituellement de la viande et qui ont attendu une matinée dans l'espoir de se régaler le midi à la cantine doivent se contenter de simples palets au fromage ! Les adultes peuvent penser que ce n'est pas si grave, mais pour les enfants c'est presque un mini-drame qu'ils vous racontent avec des trémolos de regret dans la voix.

Comme quoi, méfiez-vous du cordon bleu. C'est le véritable ennemi du menu sans viande !

Stéphane Fleury 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 13/05/2011 16:33


@Romuald,sommes nous libre de nos choix? Quel beau sujet de philo!
Maxime chantait "si j'étais né en 17 à Leindenstadt"
Mais au moment de prendre notre décision,nous sommes le seul maitre à bord et je ne suis pas sur que ces enfants de musulmans très pratiquants se plient obligatoirement aux ordres de leurs
parents.
L'école publique est là pour leur montrer qu'il existe d'autres cultures,d'autres modes de vie.
Ne sommes nous pas tous les deux issus de familles catholiques?
Le résultat n'est surement pas celui escompté!
Respecter toutes les religions sans compromettre la laïcité est possible.
Il suffirait que nos chers élus ne recherchent pas des électeurs là où ils le peuvent encore.
Ceci est particulièrement vrai pour le PS dont les votes ouvriers ont pris la direction FN et qui fait les yeux doux aux musulmans les plus rigides en ouvrant les piscines aux femmes à des heures
spécifiques,en obligeant les femmes de service à ne pas servir le même repas en fonction d'impératifs religieux.
Cordialement,


Romuald Weymann 13/05/2011 09:23


JL, je vous cite : « Pourtant,je ne le regrette pas et je pense que si l'enfant a la possibilité de faire un choix et que la restauration municipale lui permet pourquoi pas. »

Ces enfants ont-ils réellement le choix ?... à mon sens ce sont les parents qui leur interdisent de consommer tel ou tel menu suivant sa composition et ce, par rapport aux préceptes religieux.
J'ai subi une vingtaine d'années de messes dominicales pour savoir ce qu'est l'endoctrinement et la contrainte, dans les religions, lorsqu'on est gamin.

Ces graves entorses à la laïcité ne se retrouvent pas exclusivement dans l'enceinte des écoles.
J'étais militaire et, déjà au milieu des années '90, nous devions recenser les appelés ne mangeant pas de porc, afin d'en fournir la liste exacte à l'ordinaire (et ce, alors qu'il est interdit
d'établir des stats précises même s'il s'agissait de confession religieuse). De même, les « rasquettes de combat » proposaient 14 menus, 7 avec porc, 7 sans porc.
Aujourd'hui c'est passé à l'étape supérieure puisque sont apparues des rations estampillées... halal.
Je passe sur le fait que l'armée propose chaque année un pèlerinage à Lourdes, et un autre à la Mecque.

On s'oriente vers une société à la britannique, et c'est bien rageant; avec en prime un gouvernement clientéliste, opportuniste (d'un côté il affirme lutter contre ces absurdes voiles intégraux, de
l'autre, il favorise la finance islamique). Sans oublier les simagrées autour du Vatican, ou les annuels dîners du CRIF.


JEAN LOUIS KARKIDES 12/05/2011 23:17


J'avais cru comprendre que notre nation avait séparé l'Eglise (ou les églises,mosquée,synagogue,temples en tous genre...) et l'Etat depuis belle lurette.
Mais moi même,en son temps à Blanc Mesnil,dans les années 80, je me suis battu pour que les enfants musulmans aient autre chose que du porc à la cantine.
Avec le recul,je me dis que j'avais mis le petit doigt dans un engrenage qui a fait perdre au principe de laïcité ses premières plumes....
Pourtant,je ne le regrette pas et je pense que si l'enfant a la possibilité de faire un choix et que la restauration municipale lui permet pourquoi pas.
Le système du self le permet en primaire ou secondaire.
Là où le bas blesse,c'est lorsque l'enfant ne veut pas manger ce que ses parents lui oblige à consommer.
En maternelle,(je suis bien placé pour le savoir,me femme étant enseignante dans le Nord),c'est très difficile à gérer et celà ne devrait pas être géré par du personnel communal!
Les très jeunes ne comprennent rien à ce qu'on leur interdit!
Pour les plus grands qui peuvent choisir,ce n'est pas non plus à ce personnel de prendre en compte des impératifs religieux.Qu'ils mangent ce qu'ils veulent!
Une école coranique va voir le jour à Aulnay,c'est bien triste comme il est triste de voir une école catholique ou autre.
Nous devrions vivre ensemble en se rappelant que les religions ne font que d'opposer l'homme à son semblable comme certains partis politiques extremistes.
Bon, je vais faire ma prière et aller me coucher.......


Romuald Weymann 12/05/2011 17:22


Ce qui est triste, c'est l'instrumentalisation de ces enfants par certains parents aux préceptes religieux leur interdisant de consommer tels animaux ayant tant de doigts à leurs sabots et sacrifié
au nom d'une divinité (car, en gros, c'est un peu ça le principe...).

Je me rappelle avoir lu sur MonAulnay qu'une pétition avait été carrément lancée pour exiger du tout halal dans les cantines de la ville.
En cherchant le nombre de musulmans sur Aulnay, j'étais un jour tombé sur un imam qui évaluait les effectifs à 18.000 en 2006. Sur ces quelque 18.000 musulmans, 1.500 tout de même avaient signé la
pétition (je n'ose penser que des non-musulmans l'aient signée ?!) et comptaient donc imposer leurs préceptes à la majorité...

En revanche, curieusement, les menus proposés cette année comportent plus de porc que l'an passé. En consultant la composition des menus l'an passé sur le site municipale (rubrique
Enfance/Jeunesse), j'avais recensé en tout une quinzaine de menus à base de porc (pour toute l'année 2010 donc...).
Même constat sur Saint-Denis; à Clichy-sous-Bois, d'après le témoignage d'un prof publié sur le Nouvel Obs, le porc a carrément disparu (cf ici au jeudi 18 mars,
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20100630.OBS6419/journal-d-un-prof-a-clichy-sous-bois-2.html )

Cette année, le porc a refait sa réapparition dans les cantines d'Aulnay...


Je suppose en tout cas que, si ces enfants ne mangeaient pas, c'est parce que leurs parents leur avaient interdit de le faire : comment interdire à son enfant de manger, au prétexte que la
nourriture n'est pas compatible avec ses préceptes religieux ?!! pourquoi ne pas avoir retiré les enfants de la cantine dans ce cas ?...

Pathétique. Le pire, c'est lorsque des élus cèdent devant ce chantage.