Aulnay-sous-Bois : Don Diego de la Segura est arrivé ! (1/3)

Publié le 14 Octobre 2010

Partie 1 : Zorro est arrivé !

ruedepimodan-150x150

Rue de Pimodan à Aulnay-sous-Bois vous connaissez ? Mais si la rue de Pimodan. Un vrai miracle. Pas la peine d'aller à Lourdes ! Petit rappel des faits : en février 2010, quelques habitants d'une zone pavillonnaire située aux abords du boulevard de Strasbourg appellent le maire à la rescousse contre un promoteur qui aurait des vues sur leur quartier. A terme, les riverains craignent que des immeubles poussent comme des champignons, ce qui est fort possible dans la mesure où le plan local d'urbanisme le permet réglementairement parlant...

Et alors ? Et alors ? Zorro est arrivé ! En l'espace d'à peine un mois,  deux réunions publiques sont organisées sur cette problématique, dont une entre les deux tours des élections régionales, et aboutissent à un happy-end presque hollywoodien : le promoteur retire son projet. Et tout cela grâce à qui : Gérard (Majax) Ségura... Cet événement est évidemment, comme par hasard, couvert à grands renforts publicitaires à la une du magazine municipal Oxygène.

zorro-vf.jpg

Il n'est pas question ici de remettre en cause la légitimité des inquiétudes des habitants du quartier, dont j'ai pu rencontrer un certain nombre d'ailleurs, mais d'observer avec le recul comment ce dossier a été traité par rapport à d'autres. Premier constat et non des moindres, le collectif composé essentiellement de riverains des rue de Pimodan et Henri Barbusse a reçu une attention et une écoute toutes particulières de la mairie.

Oubliées les 3000 demandes de logements en attente sur la ville évoquées constamment en conseil municipal ou réunions publiques. Escamoté le débat sur la densification de centre-ville à proximité des transports et des commerces dont chacun s'accorde pourtant sur la cohérence. Et ne parlons pas des qualificatifs attribués généralement par nos chers élus à ceux qui ont le malheur de contester un projet immobilier soumis par la mairie, le plus souvent sans réelle concertation. Ils sont régulièrement traités d'égoïstes défendant des intérêts individuels au détriment de l'intérêt général. Quand ils ne sont pas accusés d'être manipulés ou pilotés par les partis politiques d'opposition. Rien que ça !  

Mais dans le cas de la rue de Pimodan rien de tout cela. Dès le début les habitants du quartier ont été considérés comme dans leur bon droit. Ils ont défendu leur zone pavillonnaire contre des immeubles et pas un seul élu de l'exécutif municipal n'a jugé utile de soulever la moindre objection. Pas un seul. Au contraire les riverains ont eu les faveurs d'un vrai tapis rouge. Pas la peine d'aller à Cannes !  Même les scénaristes des séries américaines n'écrivent pas des épisodes aussi bien ficelés. Cet état des choses appelle un deuxième constat sous forme de questionnement : pourquoi un tel traitement de faveur ? Et surtout pourquoi ne s'applique-t-il pas aux autres quartiers ?

A suivre partie 2 : les marronniers dans l'impasse et la cité Arc en ciel contre le sergent Garcia.

Stéphane Fleury

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Xavier 14/10/2010 14:59


Salut à toi Ô Don Quijote de la Mancha !
Salut à toi Ô Camarade Nordiste !
Salut à toi Ô Stakhanoviste de la Blogosphère !

D'abord, je suis abasourdi et favorablement impressionné par l'abondance de tes papiers... Fais attention, tu vas finir comme pigiste à Oxygène !....

Pour t'éclairer un petit peu, je voudrais d'abord te dire qu'il faut pas trop chatouiller les Sudistes, sinon ils prennent les armes... et c'est des petits malins.... ils ont été formés à la
guérilla. Mieux vaut donc pas trop les affronter...Sinon, ils sont capables de faire comme les israéliens : ils prendront PSA, l' Oréal, le Centre J. Prévert, le Cap, le Conservatoire, l'Eglise
Saint-Sulpice, le Parc du Sausset, le Parc R. Ballanger et pourquoi pas la Mairie en laissant aux Nordistes quelques petits ilots avec des barrières, des octrois, et tutti quanti....

Bref, la leçon de tout ça, c'est que si éventuellement les élections peuvent se gagner au Nord, à coup sûr, elles peuvent aussi se perdre au Sud.

Alors, le Sud il faut le choyer et c'est bien normal... Franchement entre le soleil et le doux climat et la brume et les frimas, qu'est-ce que tu choisis ?
Surtout, si tu es né de l'autre côté de la Méditerranée... Y a pas photo, comme on dit maintenant...

Pour être un peu plus sérieux, je crois qu'il est de notre devoir d'être vigilant afin que le Sud ne soit pas massacré comme le Nord l'a été. Et il suffit de peu : un champignon par ci par là et
toute la plaine est infestée...et puis on s'habitue (ou pas...) et le tour est joué.

Et, il faut faire très attention : les massacres d'hier n'étaient pas, hier, des massacres (au contraire ils étaient un progrès ...pour sûr par rapport aux bidonvilles ou aux maisons insalubres)
mais ils le sont devenus, car bien heureusement la société évolue et les normes et les exigences aussi.

Il faut donc faire en sorte que les décisions d'aujourd'hui n'engendrent pas, sous une autre forme, de nouveaux massacres, ceux d'aujourd'hui et de demain. C'est la raison pour laquelle le combat
des Sudistes n'est pas un combat de riches et de nantis, mais est en parfaite adéquation avec les valeurs d'aujourd'hui : habitat à visage humain, sauvegarde de l'environnement, circulation
paisible, .....

Ensemble, (Sudistes et Nordistes) tout devient possible... (Tiens, ça me dit quelque chose...) ou encore : "Tous ensemble, Tous ensemble, Oui !"

Les Etats-Unis appliquaient, à une époque, la clause de la Nation la plus favorisée...Je propose donc que l'on applique, aujourd'hui, à tous les quartiers d'Aulnay la clause du quartier le plus
favorisé ! Mais, chut, j'ai ouï dire qu'il y avait de nouvelles menaces, y compris dans le Sud. Alors restons vigilants et solidaires.

Amicalement.

Xavier.