Aulnay-sous-Bois, dépollution de l'ancienne usine d'amiante. Une équation à multiples inconnues.

Publié le 28 Janvier 2011

Hier soir s'est déroulée une réunion publique pour faire le point sur l'évolution des travaux de dépollution de l'ancienne usine d'amiante CMMP. On ne peut pas dire qu'elle ait permis de donner une visibilité totale sur une possible date de fin de chantier à laquelle est suspendue une réintégration des élèves du Bourg 2 dans leur ancienne école. Premier constat, il n'y a avait quasiment aucun parents d'élèves dans la salle. On peut expliquer cette situation en partie parce qu'aucune annonce n'avait été faite dans le cahier des enfants ce qui constitue une erreur de communication aussi étrange qu'inacceptable.

reunionamiante.jpg

La seule certitude du moment est que le chantier est bloqué. Apparemment pas pour des raisons techniques. En effet, un délai de trois mois et demi a été évoqué pour mener à terme les travaux de dépollution. Cette annonce a du reste provoqué un certain scepticisme dans la salle. Pour l'instant tout semble figé dans l'attente du rapport de l'expert judiciaire qui devrait remettre ses conclusions au plus tard le 15 juillet 2011.

Si la date de reprise des travaux à partir du 15 juillet se confirmait elle sonnerait probablement le glas d'une réintégration de l'école du Bourg 2 en septembre prochain. A ce sujet quelques parents d'élèves ont exprimé leur frustration d'être baladés d'années en années sans savoir si leurs enfants pourraient un jour revenir dans une école digne de ce nom.

Il faut dire que les algécos qui ont accueilli les enfants jusqu'à présent n'étaient pas programmés pour une durée d'utilisation aussi longue. Si cette solution provisoire  a eu le grand mérite d'éloigner tout le monde du poison que constitue l'amiante, il n'en reste pas moins que ces structures tombent désormais en lambeaux. Celle de l'école primaire semble mieux résister mais celle des maternelles place les parents d'élèves et les enseignants dans une situation proche de la crise de nerfs.

algeco.JPG

L'adjoint à l'urbanisme Guy Challier qui présidait la réunion et le maire Gérard Ségura placé, quant à lui dans la salle, se sont voulus rassurants. Ils ont évoqué une expertise à venir pour évaluer l'état de l'algéco des maternelles et un possible remplacement de cette structure pendant l'été si nécessaire. Toutefois plus la soirée avançait et plus le chantier ressemblait à une équation comportant de multiples inconnues.

Nous savons que l'objectif est de rendre propre et totalement dépollué le terrain de l'ancienne usine d'amiante mais nous ignorons encore quelles méthodes seront utilisées, leur efficacité, le coût engendré, l'utilisation future éventuelle de cette parcelle, les rebondissements judiciaires toujours possibles, et donc finalement le délai réel nécessaire pour tendre vers ce but. De ce point de vue Gérard Voide, président du Collectif des Riverains et Victimes du CMMP, a réclamé un consensus large sur la manière dont la dépollution devrait être achevée.

Nous conclurons en écrivant que le déroulement du chantier a pour l'instant été totalement exemplaire. Il serait dommage alors que la fin se profile de le terminer sans certitudes et garanties. Cela semble un devoir pour les victimes, les malades et les générations futures...  

D'autres informations sur cette soirée sont disponibles en cliquant ici. 

Stéphane Fleury (un des représentants des parent d'élèves sur le groupe scolaire Bourg)

 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Amiante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean Louis Karkides 29/01/2011 00:03


Sachons être vigilant après le rapport de l'expert car vu la pollution (3 mètres de profondeur à certains endroit pour l'amante ),il ne faudrait pas se contenter d'une dépollution au rabais