Aulnay-sous-Bois, communiqué de l'association Croix-Blanche : trop c'est trop !

Publié le 29 Mai 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de l'association Croix-Blanche qui gère en ce moment même l'épineux dossier d'aménagement de l'ancien centre des impôts. Il a été imprimé à 2 500 exemplaires et distribué dans le secteur concerné.

 

Le maire malmène les associations qui ne vont pas dans son sens : trop c'est trop !

QCBEAprès être arrivé avec quinze minutes de retard au rendez-vous convenu avec le Collectif pour Aulnay, dont l’Association QCBE est membre, le maire a annoncé d’emblée : « Bonjour, j’ai une heure à vous consacrer, pas une minute de plus». La réunion tant attendue par le Collectif pour Aulnay commençait donc bien mal.

Le Collectif avait demandé par courrier il y a deux semaines de pouvoir bénéficier de documents relatifs à l’urbanisme et aux préemptions dans la ville, pour pouvoir discuter en toute connaissance de cause et objectivité, le Maire a déclaré qu’il possédait des dossiers mais qu’il ne les communiquerait qu’après les avoir transmis aux groupes politiques et à l’Association Aulnay Environnement, dont il rappelle avec insistance la position privilégiée, faisant ainsi fi des nombreuses signatures que nous avons obtenues. Nous ne sommes pas là pour contester la légitimité de cette association et espérons que l’agrément de celle-ci est le seul argument pour la mettre en avant et non le fait qu’un certain nombre de ses adjoints en font partie.

Nous avons donc demandé au Maire ce qu’il en était de la transparence et de la démocratie à Aulnay-sous-Bois.

Séverine Delamare, Vice-Présidente de l’Association de Défense de la Croix-Blanche s’est justement demandé si le Maire n’avait pas lu le livre de Daniel Goldberg, qui parle de transparence, en diagonale. Ce dernier lui a alors reproché, de façon particulièrement véhémente, d’être impolie, ce qui nous a valu de quitter la réunion car l’attitude du Maire à notre égard était inacceptable.

Nous ne vous cachons pas notre profonde déception. Nous avons l’impression que le Maire ne veut plus travailler avec les associations qui ne vont pas forcément dans son sens.

Pourtant, notre intention reste la même, à l’image de la lettre co-signée entre Benjamin Giami, Président de l’Association QCBE, et Gérard Segura, rendue caduque par la volonté du maire lui-même de tout remettre à plat.  Il a en effet dit cela en réunion publique le 18 avril dernier, devant plus de 150 personnes qui se sont déplacées à la demande de l’Association QCBE et qui ont montré leur mécontentement face à une municipalité qui ne les écoute pas.

Néanmoins, la lettre co-signée a pu montrer notre disposition à étudier TOUTE proposition, dès le moment que les exigences urbaines (places de parking, hauteur des bâtiments, voirie, etc.) et esthétiques soient respectées, et surtout acceptées par tous les riverains. Preuve que nous sommes ici pour arrondir les angles, et non pour nous opposer sans raison ni sans but.

Nous y croyons et nous persévérerons dans notre volonté affichée de travail avec la municipalité, même si celle-ci se montre particulièrement peu réceptive et enthousiaste à notre égard.

Le Bureau Q.C.B.E

Benjamin Giami

Séverine Delamare

Brigitte Ripani

Alain Canet

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Diana 30/05/2012 16:08

Je pense que l'on devrait faire confiance à cette association qui s'est quand même bien débrouillée jusque-là pour défendre de son mieux notre quartier. Ne lui jetons pas la pierre tout de suite, à
mon avis on sera tous agréablement surpris par le déterminisme de cette association. Ils bougent, et sans doute plus que nos politiques !

Helen 30/05/2012 14:32

Mais peut-être que cette association refusera de porter un projet que les riverains ne voudront pas....

Olivier Attiori 29/05/2012 21:30

J'avais affirmé ici que ce comité de pilotage accoucherait d'une souris et que cette association se fera "rouler" par M.SEGURA et jusqu'a preuve du contraire les evenements me donnent raison.