Aulnay-sous-Bois, communiqué de l’association Croix-Blanche « le maire ne veut plus des riverains et impose un huis clos !

Publié le 3 Décembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué de l’association Croix-Blanche qui dénonce les conditions dans lesquelles doit se tenir la prochaine réunion du comité de pilotage travaillant actuellement sur le futur aménagement du terrain de l’ancien centre des impôts. Cette rencontre entre élus et habitants, programmée le 6 décembre, se tiendra en effet à huis clos à l’Hôtel de Ville suite à une décision unilatérale de l’exécutif municipal. Ce document, distribué à 2 000 exemplaires dans le quartier,  est aussi accessible au format pdf en cliquant ici.

 

QCBELe 6 décembre prochain se tiendra le prochain Comité de pilotage à l’Hôtel de Ville.

Il semblerait que les questions posées par l’Association QCBE aux représentants du Maire n’aient pas été au goût de tous. Le Maire a pris la décision d’interdire aux riverains d’assister aux réunions, en imposant un huis clos !

Il fallait bien que la mairie justifie ses revirements dans ses promesses : alors que les adjoints au maire avaient promis devant les riverains que le PLU serait respecté, voilà nos élus qui ont annoncé deux semaines après que le PLU pourrait être modifié !

Des dizaines de personnes sont donc venues manifester devant les membres du Conseil Municipal pour dire qu’ils en avaient assez qu’on les prenne pour des idiots.

Réponse d’une adjointe au maire : ces promesses auraient été faites sous la pression des riverains, et cela malgré l’article «élogieux» à notre encontre dans le magazine «Oxygène» ! On rêve !

Suite à cette déclaration qui en a embarrassé plus d’un, il fallait bien que le Maire défende ses adjoints. Résultats : il nous convoque le 6 décembre à 19h30 dans la salle du conseil municipal, avec interdiction aux riverains d’y assister !

Mais belle avancée démocratique : nous serons filmés et vous pourrez nous retrouver sur Internet. La belle affaire, quand on sait qu’un grand nombre des riverains n’a pas Internet !

Il semblerait que la démocratie disparaisse de jour en jour à Aulnay !

En tout cas, soyez assurés que nous nous battrons jusqu’au bout pour représenter les 1300 riverains qui nous font confiance et surtout pour que le maire respecte sa promesse de référendum de quartier !

Association Q.C.B.E

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Vincent C. 05/12/2012 11:18

C'est sûr, vous savez de quoi vous parlez. Le culte à Gégé vous connaissez ! Calé au fond d'un fauteuil à critiquer, vous savez aussi. Mais au moins, il y en a qui se bouge et même si ce n'est pas
vos idées, ils ont au moins le mérite de faire quelque chose et de ne pas rester dans l'attentisme comme certains haut placés.
En même temps, si vous n'avez que cela à répondre, vous n'avez donc pas grand chose à dire, ni quoi que se soit à argumenter. Bref un commentaire inutile. On peut donc vous mettre dans le même
panier que Sylviane : "on ne cherche pas à comprendre, on prend ce qu'on nous donne et on suit comme des moutons".

Pierre 05/12/2012 11:05

En tous cas ils ont du succés.

Laurent Comparot 04/12/2012 17:31

On frôle la béatification...

Vincent C. 03/12/2012 17:15

@Laurent Comparot : avez-vous déjà rencontré les 2 qui président cette association car si c'était le cas vous n'auriez pas ce genre de discours. Je les ai encore vu ce week-end en train de tracter,
mais je pense que quand on a une vingtaine d'années, on a autre chose à faire que de passer ses week-end à distribuer des tracts et informer les gens. C'est beau de faire porter le chapeau aux
seuls qui informent les gens parce que côté Oxygène et autres personnalités, c'est le néant total ou bien le pays de Candy !

Laurent comparot 03/12/2012 16:23

Il semble que les mots du titre soient dans le désordre. Le véritable titre de la saga est "L'association QCBE ne veut plus de riverains et impose un huit clos dans le quartier croix Blanche".

Olivier Attiori 03/12/2012 14:41

Ce dénouement ne m'étonne pas.