Attentats à Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Paris : Mehdi et Mohamed Belhoucine recherchés pour complicité étaient animateurs jeunesse à Aulnay-sous-Bois !

Publié le 15 Janvier 2015

A Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), la nouvelle en a abasourdi plus d’un. Les frères Belhoucine, Mehdi et Mohamed, soupçonnés d’appartenir à la nébuleuse terroriste et d’être des complices d’Amedy Coulibaly, sont originaires de la ville.

belhoucine.jpg

 Ils font partie des personnes traquées par les services de lutte contre le terrorisme pour des complicité présumées avec les auteurs des attentats à Charlie Hebdo, Montrouge et dans le supermarché Casher de la porte de Vincennes à Paris.

Mehdi et Mohamed Belhoucine ont été employés, comme animateurs jeunesse périscolaires. Ils ont été recrutés à des postes temporaires, en 2011 et 2012 pour l’un, de 2010 à septembre 2014 pour l’autre.

«J’ai saisi le préfet mercredi et depuis aucun service de police n’est encore venu nous voir !» s’inquiète Bruno Beschizza, le maire (UMP) d’Aulnay-sous-Bois, qui se demande comment les deux frères ont été recrutés à ces postes, qui plus est, en lien avec la jeunesse, qui ils connaissaient et s’ils y ont encore des proches.

Mohamed Belhoucine, cyberjihadiste franco-algérien, avait été condamné à deux ans de prison, en juin 2014 pour avoir, avec ses compétences en informatique, participé à une filière d'envoi d'apprentis-jihadistes au Pakistan ou en Afghanistan, peine couverte par sa détention provisoire. Âgé de 27 ans, il a, selon nos informations, quitté la France avec sa femme et leur enfant.

Son frère Mehdi est lui soupçonné d'avoir accompagné dans sa fuite en Syrie Hayat Boumeddiene, compagne d'Amédy Coulibaly. Cadet de Mohamed, il avait été interrogé lors de l'enquête mettant en cause ce dernier, mais aucune charge n'avait été retenu contre lui.

Source : Le Parisien

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

croustille 18/01/2015 10:19

@Laurent Camparot.
Un casier judiciaire n'est pas un obstacle au recrutement dans la fonction publique. Il ne faut pas que les mentions figurant dans le Bulletin numero 2 soient incompatibles avec l'emploi pour
lequel l'on postule. Tout est question d’interprétation.
Cela étant dit, l'autorité territorial, donc le Maire, est libre de recruté qui il veut, selon le principe de la libre administration.
L'on sait tous comment étaient recrutés les animateurs (en autre), sous Segura. Ils étaient cooptés par la présidente d'une association paramunicipale, en dépit des mises en garde des services. Ce
n'est pas la première fois que les règles étaient contournées. Si vous affirmez que vous n'étiez pas au courant c'est que vous n'habitiez pas Aulnay à cette époque.
Quant à la seconde partie de votre commentaire, elle est hors sujet, comme c'est souvent le cas.

Laurent Comparot 17/01/2015 12:13

Bruno Beschizza aurait fait un bien piètre policier et en qualité de maire, semble ignorer les procédures de recrutement. Ces personnes n'auraient pas été employées par la ville s'il y avait eu des
condamnations sur le bulletin n°2 de leurs casiers judiciaires.

Quant à discriminer les personnes en raison de leur couleur de peau, la forme de leurs cheveux, leurs origines, leur religion ou encore leurs opinions politiques, on ne peut pas le souhaiter.
Enfin, Minority report, c'est de la science fiction.

martin 17/01/2015 08:35

je ne comprends leur casier judiciaire était vierge ?

Romuald Weymann 16/01/2015 12:58

Je viens de lire sur le Fig' que Beschizza réclame la possibilité pour les employeurs de connaître le parcours judiciaire de ceux qu'ils recrutent.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/15/01016-20150115ARTFIG00461-attentats-les-freres-belhoucine-djihadiste-et-animateur-social-a-aulnay.php

Sauf qu'il oublie :
- que son parti a été au pouvoir entre 2002 et 2012
- que lui-même entretient des liens étroits avec les islamistes locaux (le Tunisien président de l'EMJF et de l'UAM93 diffuse, sur son compte Facebook, une vidéo émanant du chiite Gouasmi qui
gravite dans la mouvance pro-Palestine & Dieudonné, et qui propage l'idée que les attentats de la semaine dernière seraient en fait un complot américano-sioniste visant à nuire à l'islam; bref
la soupe indigeste habituelle).

Mais, effectivement, un employeur devrait avoir le droit de savoir qui il recrute.

Et les questions demeurent :
- qui a présenté ces 2 frères à l'ancienne municipalité à des fins de recrutement ?
- quels sont leurs contacts sur Aulnay et quelles sont les "activités" de ces derniers (faits de droit commun, connexion avec le banditisme voire la sphère jihadiste puisqu'on s'aperçoit que les
frontières sont poreuses) ?
- accessoirement, qui a validé leur recrutement ? En tant que contribuables, on est quand même en droit de savoir à quoi, à qui servent nos impôts; sans recevoir comme seul réponse du persiflage
(suivez mon regard, il se reconnaîtra). C'est ça aussi, l'exigence démocratique, la transparence.