Après deux meurtres par balle au Blanc-Mesnil et à Aubervilliers, les candidats UMP réclament plus de policiers

Publié le 19 Février 2014

meurtre-par-balle.jpgDeux meurtres par balle, lundi au Blanc-Mesnil et dimanche à Aubervilliers, auront mis le feu aux poudres dans les rangs de l'UMP 93. De là à dire que la criminalité en Seine-Saint-Denis rivaliserait avec celle de Marseille, il n'y avait qu'un pas que les candidats UMP aux municipales ont franchi hier après-midi, lors d'une conférence de presse. « Nous demandons un rattrapage des effectifs de police à la même hauteur que Marseille », assène Kamel Hamza. Ce dernier, tête de liste à La Courneuve fait référence aux propos de Claude Bartolone, tenus en avril 2010. Alors qu'il était encore président PS du conseil général, il avait estimé « qu'il manquait 400 policiers dans le département ».

Hier, cinq candidats ou têtes de liste en Seine-Saint-Denis (Nadia Lenoury à Aubervilliers, Geoffrey Carvalhinho à Pantin, Thierry Meignen et Corinne Pepe au Blanc-Mesnil et Kamel Hamza) se sont réunis pour « pousser un cri de colère ». Ils ont promis d'adresser cette semaine une lettre ouverte à Claude Bartolone, devenu depuis président de l'Assemblée nationale. « Nous demandons qu'il tienne ses engagements, surtout s'il devient Premier ministre » et ils s'interrogent : « Est-ce qu'on n'a pas déshabillé la Seine-Saint-Denis pour habiller Marseille ? » Pour sceller leur union sacrée contre l'insécurité, les candidats UMP avaient choisi de s'exprimer depuis la permanence électorale du Blanc-Mesnil, à quelques rues du cabinet où un dentiste a été abattu lundi.

Il y aurait un déficit de 200 fonctionnaires

Les élus de droite citent également le meurtre d'un jeune de 19 ans à Aubervilliers, dimanche soir. A la lueur de ces deux drames, ils assurent que « l'insécurité n'est pas un sujet politique » mais « une réalité ». Kamel Hamza évoque ces habitants qui l'ont interpellé sur le marché ce matin pour réclamer « des policiers et des caméras dans les quartiers ». « C'est nouveau. Avant, ces personnes y étaient opposées. » Les candidats affirment avoir toutes les peines du monde à obtenir le chiffre des effectifs policiers. Pourtant, en octobre 2013, le préfet Galli les avait communiqués, assurant que sur un total de 4 000 policiers, il y avait encore un déficit de 200 postes.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mehdi 19/02/2014 17:31

Voir l'UMP surfer sur ces meurtres et les récupérer à des fins politiques c'est pathétique. Lundi un dentiste a été tué non par la présence de dealer à Blanc-Mesnil , non par un sanguinaire
récidiviste, encore moins par un sans-papier agressif. Il a été tué par un homme imprévisible ayant sombrer un moment dans une folie meurtrière, que pouvait faire le gouvernement, la justice , la
police ?
Le réveil fut difficile mardi pour sa famille, ses proches, ses patients, un homme d'une grande intelligence et d'une grande ouverture d'esprit nous a quitté, mes rdv chez lui me manqueront et
manqueront à mes enfants. Mais cela n'est pas suffisant pour certains, ils nous offrent un réveil tout aussi difficile ce mercredi en constatant les amalgames réalisés dans l'unique but de vendre
de la peur et du vote sécuritaire.

Romuald Weymann 19/02/2014 12:13

N'ont-ils donc pas la mémoire courte, ces braves têtes de liste UMP 93 ?
Car, entre 2002 et 2012, qui dirigeait le pays et qui promettait le karcher ?...
Un véritable pétard mouillé, voilà tout ce dont ils ont été capables.

Donc renvoyer à ses responsabilités le - peut-être - futur premier ministre en lui demandant plus d'effectifs policiers, c'est prendre les gens pour des idiots, pour rester poli.