Densifier la ville...

Publié le 27 Mars 2009

Je reprends ici, avec son autorisation et en le remerciant pour sa publication sur Aulnay Libre !, un texte pertinent de Jérôme Charré qui résume la situation que nous vivons actuellement rue des Saules et qui pose bien le problème de la densification à l'échelle de la ville entière. Pour la petite histoire, j'ai rencontré Jérôme à la soirée des blogueurs d'Aulnay Sous Bois. J'en ferai du reste un compte rendu, dés que j'aurai cinq minutes.

Voici le texte de Jérôme dont le site apparait en lien dans la rubrique autres lieux autres rencontres :

Comme de nombreuses villes, Aulnay-sous-Bois connaît une forte demande de logement. Ainsi, il y a 3 000 ménages qui ont déposé un dossier pour obtenir un logement social. Le taux de départ des locataires actuels vers des logements intermédiaires étant trop faibles pour des raisons financières d’une part et à cause d’un manque de ce type de logement d’autre part, il est donc nécessaire de densifier le tissu urbain.

Bien entendu, si le Programme de rénovation urbaine avait été pensé à l’échelle même du territoire aulnaysien, la précédente municipalité aurait permis d’éviter de tendre plus encore la situation.

Le problème avec la densification est qu’elle ne satisfera que trop rarement ceux qui vont l’avoir dans leur voisinage. Actuellement, la majorité menée par Gérard Ségura annonce des projets de         4 000 m² dans la rue des Saules, ou de 6 000 m² dans le secteur du Soleil levant.

Autant le dire tout net, ces deux projets sont totalement incohérents avec une véritable vision. Certes, ils tentent de répondre à une urgence. Mais, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

Pour ma part, je suis favorable à une densification sur des axes structurants, équipés de commerces et de services, ayant un accès aux transports. Ainsi, le Plan local d’urbanisme adopté à la fin de la précédente mandature commençait à prendre en compte cette idée. Malheureusement, Gérard Ségura, lui, préfère construire d’imposants lotissements dans des secteurs plutôt isolés des transports, commerces et services.

Ainsi, je considère qu’il ne faut pas détruire le tissu pavillonnaire pour faire face à l’urgence. Il me semble plus sage de densifier les axes structurants et les coeurs de quartiers. Cela doit s’accompagner d’un volontarisme puissant en faveur de la mixité sociale.

La densification amenant de nouvelles populations, il est préférable de les concentrer là où tout est présent, évitant de créer à moyen ou long terme de nouveaux quartiers en difficulté ou d’agrandir les actuels.

Néanmoins, la densification d’Aulnay ne doit en aucun cas conduire au bétonnage de notre commune. L’exemple de l’avenue Coullemont où notre patrimoine est jeté aux orties est consternant.

Dès lors, afin que cette densification nécessaire ne soit perçu comme un traumatisme par les Aulnaysiens, il est indispensable de faire appel à des architectes-urbanistes extérieurs et d’y associer le plus pleinement possible la population.

Jérôme Charré, le Samedi 21 Mars à 17Heures07.

 

 

C'est un très bon résumé de ce que nous ressentons. La rue des Saules est un petit îlot pavillonnaire miraculeux si l'on considère la densité d'immeubles alentours. Ce n'est pas que nous ne voulons pas construire, nous comprenons qu'il y ait un besoin de loger les gens, mais se précipiter à tout prix en rayant de la carte la zone pavillonnaire de la rue des Saules risque de créer un fort ressentiment des riverains et de déstabiliser la zone de manière irréversible. En gardant la zone pavillonnaire et en construisant du logement intelligent, c'est à dire adapté à une zone pavillonnaire, nous avons l'occasion formidable d'à la fois, valoriser la zone, loger des personnes dans de bonnes conditions dans le quartier et surtout d'associer pleinement les riverains au projet pour qu'ils soient satisfaits du résultat final. Tout le monde en sortira gagnant.

Stéphane Fleury, le Vendredi 27 Mars à 12Heures34.

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

b.parrain 30/03/2009 12:36

@ Jérôme
J’ai bien écrit que la mixité sociale était mal répartie sur le territoire, et aux 37% de logements sociaux, rajoutons les familles qui vivent dans des zones pavillonnaires, parfois des personnes âgées, dont les revenus sont en dessous du seuil de pauvreté et dont les logements ne sont pas pris en compte dans ces 37%. Vous parlez de dé densifier le Nord, d’accord mais comment voyez-vous la mixité sociale au nord ? Pour ce qui est de densifier l’habitat sur les axes structurant, je suis pour. Mais restons sur cette approche. La rue Roger Salengro, où la ville a déjà préempté un premier pavillon, n’est pas un axe structurant. Quant à la réflexion globale et territoriale du commerce, faites-vous confier par M.Ségura ou ses services, les études menées en 2004 par CVL ainsi qu’en 2007-2008 par PIVADIS et là, vous aurez la vision des vrais enjeux du commerce à Aulnay, ainsi que les préconisations faites mais à ce jour non appliquées de manière visible par l’actuelle équipe aux affaires.
En même tant que vous prônez la densification, c’est vous qui oubliez un point fondamental,
Où placez-vous votre réflexion, concernant les besoins (déjà en déficit) qui vont croitre en services publics, culturels, espaces verts, enseignement, santé, emploi… Aulnay ville dortoir ?
Le logement doit être réfléchit au niveau départemental, régional, voire National.
Et pour ma part, lorsque je dis « jusqu’où doit-on aller » je dis qu’il doit y avoir des objectifs clairs, lisibles, cohérents mais aussi avec des limites prenant en compte la superficie de notre ville et surtout en maintenant un équilibre « socio-économique » gardant notre ville attractive, assurant ainsi les ressources nécessaires à l’entretien de ses infrastructures (de tous ordres) ainsi qu’à son développement. L’exemple de certaines villes du département à la limite du « dépôt de bilan » devrait nous montrer les chemins à ne pas prendre.
Enfin, je le dis à nouveau, pour qu’un projet soit qualifié d’utile, il faut qu’il ait été dûment motivé par son auteur, reconnu nécessaire, accepté et souhaité par les habitants du quartier concerné. Ce doit être un principe de démocratie INCONTOURNABLE.
Cordialement

Alain RABIER 29/03/2009 21:49

Félicitations à votre collectif.

C'est une belle victoire citoyenne. C'est en tout cas ce que l'article d'Arnaud Kubacki semble annoncer sur monaulnay.

Pour ma part, je viens de vous consacrer un petit article sur aulnayavance, qui résume votre engagement.

N'hésitez pas à apporter précisions et commentaires si vous le souhaitez.

Cordialement, Alain RABIER

Jérôme 29/03/2009 19:46

Bonjour M. Parrain,

Je souscris à beaucoup de choses que vous évoquez. Mais, il manque un point fondamental. Lorsque vous dites qu'à Aulnay, il y a la mixité sociale avec 37% de logements sociaux, c'est quelque part une fausse vérité. Lesdits logements sociaux se concentrent au nord de la ville, ce qui fait qu'en réalité, il y a bien deux villes: celle du nord avec ses logements sociaux et celle du sud avec son tissu pavillonnaire.
Ensuite, je ne suis pas pour déplacer les HLM dans le sud bêtement. Il s'agit de dédénsifier le nord en densifiant les grands axes au sud, ce qui amène de nouvelles populations accédant aux fameux commerces et services qui ont bien du mal à rester. Pour que les commerces vivent, il faut des clients et le mieux est qu'ils se trouvent à proximité. Cette densification (avec des R+3 au maximum) serait composée de HLM, de logements intermédiaires et de logements d'accession sociale. Le nord, ainsi dédensifié, pourrait à moyen terme voire le même traitement.
Mon objectif est donc que les chiffres de la mixité sociale soient visibles dans la réalité et qu'il profite à notre ville et à ses acteurs économiques et sociaux.

b.parrain 28/03/2009 10:18

Bonjour,
Je vais sans doute jeter un pavé dans la mare, mais il y a des mots « fourre tout » qui commence à me faire bondir. Densification : ne pensez-vous pas qu’Aulnay est une ville déjà dense ? Je l’ai déjà écrit jusqu’où doit-on aller ? L’urgence : logez les 3000 dossiers en attente et vous en aurez à nouveau 3000 (appel d’air). La réserve foncière de notre Ville n’est pas extensible. N’oublions pas que nous aurons à construire les infrastructures de loisirs de services, d’éducation, d’espaces verts….. mais aussi l’emploi. Alors sans terrains disponibles, une seule solution : démolir des pavillons et construire du logement vertical. Pour moi, l’urgence c’est de faire face à la carence des services publics. Le collège dont tout le monde parle, les crèches, le déplacement de la poste rue J.d’Arc, avoir un vrai commissariat. Mais aussi l’urgence c’est aussi redresser le commerce de proximité en voie de disparition au profit d’entreprises de service. On a tous besoin de ces commerces, mais curieusement personne ne tire la sonnette d’alarme. Ce commerce fait, avec les transports, l’attractivité d’une ville.
Qui attirerez-vous dans une ville sans commerce de proximité ? Les logements ne feront pas tout. La mixité sociale, elle existe déjà sur Aulnay avec 37% de logements sociaux (là ou la loi n’en impose que 21%). Par contre, elle est mal répartie sur le territoire et c’est là que la réflexion doit ce faire. Mais à force de tirer le panier de la ménagère vers le bas (déjà très inférieur à la moyenne Nationale), c’est toute la ville que l’on va précariser et le premier impact sera le départ de la population avec un fort pouvoir d’achat et le second sera l’affaissement de la valeur des pavillons dont la construction a fait l’histoire de notre ville.
Enfin, je crois qu’il faut certes, s’occuper du social, mais si en même temps on ne redresse pas l’économie, et elle ne se développera pas sans cette attractivité dont je parle, dans quelques années, nous n’aurons plus que les cartes postales anciennes pour se souvenir de ce qu’était Aulnay. Qui a dit, si l’on ne sait pas d’où l’on vient, on ne sait pas où on va.
Cordialement