2011 : Spécial Parti socialiste : L’Odyssée des Cantonales (17)

Publié le 4 Mars 2011

Nettoyer les écuries d’Augias au Parti Socialiste ? Ici ou ailleurs ?

 

Ce n’est pas tous les jours que nous pouvons disposer d’un document de première main sur les mœurs d’une Fédération du Parti socialiste. Qui plus est provenant de l’un des responsables nationaux du Parti.

 

Soulignons  ici le courage et l’honnêteté d’une démarche consistant à briser le mur du silence sur des pratiques qui n’ont que trop duré. Cela se passe dans les Bouches-du-Rhône. Mais tous ceux qui connaissent peu ou prou, le fonctionnement interne de telle ou telle collectivité locale ont pu noter, ici ou là, des comportements pas très éloignés de ce qui est, fort justement, dénoncé ici.

 

Dans ce rapport, accablant et édifiant, il est dit, en effet, ceci :

 

«  Le Conseil Général, machine à distribuer des postes d’élus et d’employés, est utilisé comme instrument clientéliste… »

 

«  L’argent public y est notoirement utilisé pour faire pression sur les élus socialistes afin de s’assurer de leur soutien sans faille – pour ne pas dire leur docilité – quand il ne s’agit pas de leur silence… »

 

« Le contrôle sans limite de  X sur le parti s’exerce par la mise en place systématique, à la direction des sections du parti,  d’employés du Conseil Général substituant aux règles de pluralisme (…) celle d’un clientélisme féodal ou la soumission et le culte du chef ont désormais cours. »

 

« Le poids du Conseil Général sur le Parti pèse extrêmement lourd sur les élus tant l’obtention des subventions pour des associations locales est malheureusement liée au degré de fidélité que les élus ont à l’égard du Président. »

 

« Des témoignages relatent l’utilisation des moyens publics retirés ou attribués au gré des humeurs arbitraires du Président, non pas en fonction de la pertinence des tel ou tel projets portés par les élus (…) mais en fonction du degré d’allégeance. »

 

« Ce système de domination sans limite peut conduire aux dérives les plus graves dans l’usage de l’argent public, car il fait disparaître toute forme de contrôle politique ou administratif interne aux collectivités sur l’argent public, et peut conduire à la confusion entre l’exercice du pouvoir et l’appropriation personnelle de ce dernier. »

 

Sans commentaire…

 

Tout cela est su de beaucoup de gens qui par facilité, intérêt ou du fait de menaces préfèrent fermer les yeux devant de telles pratiques. Au risque d’y perdre leur âme ou leur dignité.

 

Et, si un renouveau civique et citoyen, permettait, ici ou là, de porter un coup d’arrêt à ce type de phénomène ? 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #L'Odyssée des cantonales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 04/03/2011 23:05


A vrai dire, je ne pense pas que ce soit par manque de « courage » que la ville n'a pas été citée - Marseille en l'occurrence - c'est surtout un système d'arrangements entre amis et pressions, qui
est dénoncé.

A noter qu'une haute fonctionnaire - pseudonyme Zoe Shepard - avait de son côté aussi dénoncé la glandouille-attitude (© Fadela Amara) au Conseil Général PS d'Aquitaine... et a été mise à pied pour
avoir effectué ce qu'elle estimait être son devoir citoyen.


Il est en tout cas curieux que les pratiques de la Fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, frappée par plusieurs affaires, ont été passées sous silence par les médias et les socialistes
eux-mêmes, eux qui pourtant pourfendent avec aise, dans leur confortable posture d'opposition nationale, le manque de probité de l'actuel gouvernement.
Même l'ancienne juge anti-corruption Eva Joly ont demandé aux partis politiques de « nettoyer leurs écuries », pour reprendre le titre du billet d'Aulnay Libre.


Outre un rapport dont est semble-t-il l'auteur Montebourg (son rapport est ici http://www.lepoint2.com/sons/pdf/rapport-federation-socialiste.pdf ), un autre pointe également du doigt les très
étranges pratiques donc de la Fédé PS lors des Primaires de novembre 2008.
Le rapport a été publié sur le site du Parisien
http://www.leparisien.fr/marseille-13000/ps-le-nouveau-rapport-accablant-sur-la-federation-marseillaise-04-03-2011-1343318.php

http://www.leparisien.fr/complements/2011/03/04/1343347_rapport-bodin.pdf

A titre de rappel, la Fédération PS des Bouches-du-Rhône soutenait Royal; l'un de ses plus fervents soutiens était un certain Théodore Balalas, responsable PS des adhésions locales (c'est, selon
Bakchich, un ancien FN, ex-OAS; curieusement, l'autre grande Fédération qui soutenait Royal était celle du Languedoc-Roussillon sur laquelle régnait Frèche, élu grâce au vote des Pieds-Noirs au
début des années '70), père de Roland Balalas et copain avec les Guérini.

Lequel fiston Balalas, ancien bras droit de l'ex vice-présidente PS du Conseil Régional PACA, Sylvie Andrieux, est impliqué dans un détournement de quelque 740.000€ de fonds publics qui auraient
servi à acheter des électeurs dans les Quartiers Nord de Marseille lors de Législatives, via des associations-fantômes démantelées par la justice depuis.
Du reste, Mme Andrieux est mise en examen, mais aux dernières nouvelles elle faisait porter le chapeau à Vauzelle, président du CR PACA qui lui s'est porté partie civile.


Autre affaire, et pas des moindres, celle frappant les frères Guérini.
Alexandre d'abord, lié au « milieu marseillais » et qui est en prison depuis fin 2010 pour corruption (marchés publics relatifs au traitement des déchets notamment).
Son frère, Jean-Noël Guérini, président du CG des Bouches-du-Rhône est lui soupçonné d'avoir alerté son frère d'une enquête le visant, et de l'avoir couvert.

Poubelle la vie, sur Marseille...

On se rappellera les histoires d'urnes qui auraient été trafiquées à la Fédération du Nord lors de ces mêmes Primaires, et qui ont valu de belles passes d'arme entre Royal et Aubry; mais ce n'est
pas mieux à l'autre bout de la France (Provence donc)...


Toutes ces affaires politico-financières, qu'il s'agisse de l'UMP, du PS, du FN, du PCF (des élus PCF d'Aubagne sont impliqués dans l'affaire Guérini), qu'elles éclatent au plus haut niveau de
l'Etat comme à l'échelon local provoquent une évidente crise de confiance de la part du peuple - càd nous, à la fois citoyens et contribuables, surtout contribuables...
Et alors que le PS se pare d'un drap de haute moralité, il serait avisé de sa part de montrer l'exemple à l'UMP (cf affaire Woerth, MAM etc etc) en passant le « karcher » dans ses rangs.

Que ce soit à Marseille, mais aussi en Picardie (que devient Claude Gewerc, président de la région Picardie, et ses 21.000€ de fonds publics alloués à ses cigares, ou les 100.000€ dépensés dans les
bonnes tables d'Amiens; source la revue Capital de juillet 2008 ?), dans l'Oise ( http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Financement-des-partis-comment-le-PS-a-derape et
http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Les-droles-de-pratiques-electorales-du-PS); quid de Pierre Mauroy et Lyne Cohn-Solal condamnés pour emplois fictifs ?

Les affaires Tibéri, Chirac, Woerth, Dassault etc devraient servir de (tristes) exemples...


David Burlot 04/03/2011 21:21


Allons mon cher Stéphane,
Ton courage n'a pas été jusqu'à citer la ville dont tu accuses l'édile de tous ces maux.
Cela manque d'audace pour le coup, ici ou ailleurs. Allons disons ici, pour le coup je me sens assez tranquille et suffisamment autonome pour te demander des comptes.
Soit tu as des preuves ou encore des soupçons, et tu les livres. Je serai à tes côtés, crois-moi sur parole. Soit tu te livres à une copie style Alain Rabier, et là tu me désoles. Tu vaux mieux que
cela.