2011 : Aulnay-sous-Bois : L’Odyssée des cantonales (21) : Spécial écologie, salle Gainville, avec F. SIEBECKE, candidat au Conseil général.

Publié le 14 Mars 2011

Les écolos, c’est rigolo. Au début, leurs partenaires de gauche les traitaient un peu avec condescendance. Une force d’appoint ça ne peut pas faire de mal, surtout quand le thème est devenu populaire ! Bref, ils avaient droit à leur petit strapontin, à condition d’être bien sages et éventuellement d’avaler quelques couleuvres…

 

Mais voilà, les écolos ont beau être bien élevés, ils n’aiment pas – et vous le comprendrez aisément – qu’on les prenne pour des imbéciles !

 

Les écolos disent, souvent, des choses justes, même s’ils sont un peu en avance sur leur temps.  C’est pour ça qu’on les traite de doux rêveurs !  C’est ainsi que du bon temps de l’amiante, on leur aurait dit qu’ils poussaient le bouchon un peu loin, que rien au fond, n’était prouvé, que ce n’était pas peut-être aussi dangereux que cela, qu’ils allaient ruiner l’industrie, mettre des milliers de travailleurs au chômage… Bref, aujourd’hui, nous avons l’amiante sur les bras. Cela a couté et coutera des milliards d’euros. Mais les mêmes qui, aujourd’hui, et malheureusement, constatent les dégâts, les brocardent encore. C’est à croire, qu’ils n’ont toujours rien compris !

 

fsmp 

 Toujours est-il qu’autour A.Amédro, Vice-président du Conseil Régional d’Ile de France, jouant le rôle de modérateur, s’étaient réunis, F.Siebecke, candidat aux cantonales avec sa suppléante M. Parmigiani, C. Dexheimer, co-présidente de leur comité de soutien, tous les trois faisant partie de la force de proposition écologique, au sein du Conseil municipal d’Aulnay. Mais figuraient également parmi les orateurs, L. Lechatellier, en charge des questions sociales et de santé au Conseil régional ; G. Fedzler, proche de N. Hulot, et J.M. Brulé, Conseiller régional, Président de l’Atelier (Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire).

 

Que retenir de cette réunion ? D’abord, qu’elle s’est déroulée dans une atmosphère parfaitement conviviale et chaleureuse. Ici on ne stigmatise pas tel ou tel. On établit des diagnostics et on propose des programmes d’action.

 

Le premier point qui est ressorti de ces échanges, c’est que l’écologie, ce n’est pas - contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire - juste un truc de riches… Il en va de notre santé, de notre environnement, de la pollution, de notre habitat, des conditions de transport et de vie au travail, etc.

 

Le deuxième point c’est que l’écologie nous concerne dans la vie de tous les jours et notamment sur le plan de l’alimentation, directement corrélée avec notre santé. C’est la raison pour laquelle, le bio, n’est pas juste un gadget à la mode. Il est la prise de conscience du fait que nous ne sommes pas obligés de nous empoisonner petit à petit, pour subvenir à nos besoins.

 

Qu’une autre agriculture est possible, respectueuse de  l’environnement et de notre santé. Que des circuits courts (du style AMAP) peuvent être instaurés, y compris, aux portes de Paris, pour nourrir une frange croissante de la population. Qu’au final, à condition que l’on change ses habitudes de consommation et que l’on privilégie les producteurs et non les grandes surfaces, tout cela pourrait ne pas coûter plus cher que les produits pleins de pesticides, sans goût et sans saveur, qu’on y trouve trop souvent !

 

Le troisième point c’est qu’en définitive tout est lié, et qu’il est vain d’opposer le global au local. Dès lors, le devenir de la planète se joue aussi, lors d’élections locales comme les prochaines cantonales des 20 et 27 mars prochains, car il est bien connu que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières…non polluées.

 

Le quatrième point c’est que l’écologie n’est pas l’ennemi du social, bien au contraire ! Mais le social, dont il est question ici, n’est pas le socio-clientélisme ou le socio-opportunisme que l’on voit trop souvent.  Il fut donc question de l’épineuse question des Roms, pour lesquelles, à Aubervilliers ou en Seine-et-Marne, des solutions intelligentes d’intégration ont pu être trouvées à l’initiative du Conseil régional et de quelques relais locaux.

 

Le cinquième point c’est que le souci de démocratie et de respect des autres fait partie de ce que l’on pourrait qualifier l’écologie du savoir-vivre le plus élémentaire sans lequel rien n’est possible, en politique ou ailleurs. Cela s’appelle respect de la parole donnée, considération des partenaires, bonne foi, etc.

 

Le sixième point c’est que la démarche écologique n’est pas incompatible avec une politique de promotion de l’emploi, à travers le développement des initiatives locales, le renforcement des liens sociaux, la production et le commerce de proximité, les débouchés liés aux mesures d’économie d’énergie, etc.

 

Le septième point c’est que la présence d’élus écologiques, tant au Conseil de Paris, qu’à la Région Ile de France a favorisé la création d’initiatives nouvelles, notamment en matière de circulation douce, de lutte contre la pollution, de développement des espaces verts, d’habitat écologique, de programmes de santé, de créations d’emploi de proximité.

 

Peut-être alors que l’arrivée d’élus écologiques au Conseil général de la Seine-Saint-Denis (même ou s’ils ont la réputation d’être des élus encombrants ou exigeants) pourrait apporter une tonalité et un souffle quelque peu nouveaux au sein de cette assemblée.

 

A condition, bien sûr, qu’ils conservent leur liberté de parole et ne soient pas les prisonniers d’accords d’appareils dans lesquels les citoyens ne se reconnaîtraient pas…

 

A Aulnay, ils ont claqué la porte de la majorité au Conseil municipal ! Va savoir pourquoi ?... Il n’est pas besoin d’être grand clerc, pour en comprendre les raisons…

 

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #L'Odyssée des cantonales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marc masnikosa 15/03/2011 23:19


cette article me surprend,en effect j'etait dans la salle et ne vous ai pas vue,qui vous a remplacer Mr Fleury.Par contre tous ce que vous narrez est parfaitement juste et les discutions qui
suivent les plegneires des verts sont toujours instructivent et interressante