140 millions d’euros de nouvelles taxes pour financer les transports en Ile-de-France

Publié le 6 Novembre 2014

taxes.jpgL'ÉTAT A FINALEMENT TROUVÉ LA PARADE. En quête d'argent pour financer les importants projets de transports en Ile-de-France, que ce soit pour le supermétro du Grand Paris Express ou pour la modernisation des réseaux existants, le gouvernement a finalement opté pour la création d'une taxe sur les parkings des entreprises, et pour l'augmentation de la taxe foncière des particuliers et des entreprises.

Un amendement gouvernemental en ce sens a été déposé hier et sera examiné aujourd'hui ou demain en séance publique à l'Assemblée nationale. A la clé : une manne de 140 MEUR dès 2015 pour les transports en Ile-de-France. C'est la concrétisation d'une promesse faite en 2013 et réitérée par le Premier ministre, Manuel Valls, le 13 octobre. Cette somme servira à financer les schémas directeurs d'amélioration des RER, l'extension du RER E à l'ouest, les extensions des lignes 11, 12 et 14 du métro, ou encore la réalisation de nouveaux tramways, selon le gouvernement.

Une contribution sur les parkings des entreprises. Dans le détail, la nouvelle « taxe annuelle sur les surfaces de stationnement annexées aux locaux à usage de bureaux appartenant aux personnes privées ou publiques » permettra de dégager 60 MEUR de recettes. Pour l'essentiel, elle s'appliquera selon les mêmes modalités que l'imposition actuelle des parkings déjà prévue dans la taxe sur les bureaux en Ile-de-France. Trois secteurs ont été différenciés : Paris et les Hauts-de-Seine, territoires les mieux desservis en transport (où les parkings seront taxés 4,22 EUR le m 2), les autres communes de l'unité urbaine de Paris (2,42 EUR le m 2), puis les autres villes (1,22 EUR/m 2).

La taxe foncière majorée. La « taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés bâties et la cotisation foncière des entreprises (CFE) » permettra, elle, de dégager 80 MEUR par an. Elle s'appliquera donc aux entreprises, mais aussi aux particuliers propriétaires de leur logement en Ile-de-France.

« Une augmentation marginale, de l'ordre de quelques centimes », assure Razzy Hammadi, député (PS) de Seine-Saint-Denis, qui retient surtout une « belle victoire ». « C'est l'épilogue d'une bataille de plus de six mois. L'Etat a finalement tenu parole, cet amendement permet de garantir dans la durée le financement des infrastructures de transports indispensables au Grand Paris », salue le député. Les députés PS avaient voté en juin un amendement prévoyant l'augmentation de la taxe sur les hôtels, un dispositif finalement retoqué par le gouvernement. « Enfin ! », réagit de son côté Valérie Pécresse, chef de file de l'opposition UMP au conseil régional, qui rappelle que « l'Etat s'était engagé à verser, dès 2013, 150 MEUR par an à la région pour financer la modernisation des transports ». Mais elle regrette « qu'au lieu de trouver les crédits en faisant des économies, le gouvernement balaie sa promesse de pause fiscale et augmente les impôts sur les entreprises et les particuliers de 140 MEUR ».

Source : Le Parisien

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 06/11/2014 20:49

Régulièrement au boulot, je tombe sur des clandestins bénéficiant pour certains de la carte solidarité transport.
Ils ne paient pas d'impôts, ne paient pas de taxes, ont les transports quasiment gratis - sans oublier l'AME qui concernent la prise en charge des soins - et repartent à fréquence régulière dans
leur pays avec des milliers et même dizaines de milliers d'euros en poche.

Et moi, nouveau proprio - un 40m² dans une résidence sise à côté de la cité des Etangs et pas loin de la Rose des Vents, c'est dire si je suis un riche propriétaire foncier - je vais devoir mettre
un peu plus la main à la poche pour que ces clandestins puissent prendre gratos le futur super-métro avec leur carte solidarité, sans compter tous ces gens que je vois frauder les transports en
commun.
Aider des gens qui galèrent pour trouver un emploi et/ou qui peinent à finir leur fin de mois et à qui la prise en charge des transports constitue un véritable bol d'air, je suis pour à 100%. Mais
aider financièrement des fraudeurs, tricheurs, menteurs, je ne comprends pas.


Pendant ce temps, les députés refusent de fiscaliser leurs indemnités représentatives machin, écartent le(ur)s oeuvres d'art du calcul de l'impôt; les conseillers du gouvernement combatif sont
augmentés, les élus locaux cumulent toujours autant y compris leurs indemnités.
Et l'autre - Hammadi - qui la ramène l'air ravi en arguant que l'augmentation ne sera que de quelques centimes par an...
Pourquoi ne donne-t-il pas l'exemple, en proposant une taxe frappant les indemnités des élus de la République ?