Publié le 26 Novembre 2014

Comme vous le savez certainement, la décision de démolir le château d’eau du quartier Chanteloup à Aulnay-sous-Bois a été entérinée en conseil municipal. Certains se réjouiront peut-être de cette annonce tant l’entrée de ville par l’avenue de Nonneville est particulièrement sinistre. Du reste, l’endroit fait assez souvent l’objet de dépôts sauvages plutôt nocifs pour l’image de la commune.


D’autres, plus nostalgiques, regretteront peut-être qu’un tel vestige, si atypique, ne puisse être mis en valeur et entretenir le souvenir d’un passé révolu. Alors, faut-il détruire pour repenser l’aménagement urbain complet de cette partie de la ville ou bien faut-il conserver et rénover le château d’eau pour l’intégrer dans un projet architectural  d’avant-garde digne des dessins démesurés de François Schuiten ? A chacun sa vision des choses !

En attendant, si vous souhaitez conserver des films et photos du château d’eau dans sa configuration actuelle, il est encore temps…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 26 Novembre 2014

En attendant le retour du soleil à Aulnay-sous-Bois, la rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose un petit rayon lumineux musical à travers un nouvel extrait du concert de Che Sudaka donné lors de la soirée El Sabor Latino. Le groupe catalan à l’énergie communicative a littéralement enthousiasmé la foule. Bonne écoute !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 26 Novembre 2014

Les 5, 6 et 7 décembre prochains la ville d’Aulnay-sous-Bois organise son 1er marché de Noël au parc Dumont de 10h à 19h. Au programme : chorales, ateliers, ferme de Noël, Père Noël et fanfare. En attendant ce moment, nous vous proposons ci-dessous la belle affiche annonçant cet événement qui devrait enchanter petits et grands.

marche-noel-aulnay-sous-bois.png 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 26 Novembre 2014

busCIFUn adolescent grièvement blessé à la tête, un conducteur de bus frappé et en garde à vue, cinq lignes de bus à l'arrêt... A l'émotion suscitée par un grave accident de la route, s'est ajouté un climat de tension encore vif hier soir à Villepinte. L'accident s'est produit vers 13 h 30, boulevard Ballanger, près du parc de la Noue à Villepinte. Le garçon de 13 ans a été fauché alors qu'il se trouvait sur la chaussée. Il était vraisemblablement en train de traverser la route, lorsque le bus de la ligne 15 l'a heurté. Plusieurs sources rapportent qu'il avait un casque sur les oreilles. Le choc a été violent. Le jeune homme, touché à la tête, s'est effondré.

L'accident a dégénéré, le chauffeur étant pris pour cible, dans le bus, par plusieurs personnes. Ce ne seraient pas des passagers qui se trouvaient déjà dans ce bus de la ligne 15, mais d'autres, qui sont montés pour en découdre. « Il aurait envoyé balader des jeunes qui l'accusaient de rouler trop vite », relate une mère de famille du quartier qui n'a pas assisté à la scène mais en a entendu parler rapidement. « Le machiniste a été frappé dans le bus et il s'est exfiltré par la fenêtre de sa cabine, ce sont des collègues qui l'ont embarqué dans leur voiture ! » relate Djamal Benkissaou, secrétaire du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) des Courriers d'Ile-de-France (CIF), représentant de la CGT.

Les policiers sont arrivés nombreux sur les lieux, tandis que le Samu prenait en charge le jeune blessé jusqu'à l'hôpital Necker à Paris où il devait être opéré, tandis que la tension restait vive sur les lieux. Le conducteur de bus a été pris en charge à l'hôpital Ballanger à Aulnay pour y subir des soins, avant d'être placé en garde à vue au commissariat de Villepinte, « pour les nécessités de l'enquête », précise une source policière, ajoutant que la police cherche aussi « ceux qui ont frappé le machiniste ».


Ce dernier devra notamment subir les dépistages de rigueur après un accident de la route, concernant l'alcool et la drogue. Où se trouvait le jeune homme au moment de l'accident ? A quelle vitesse roulait le bus ? Les vidéos du bus et d'un garage voisin des lieux de l'accident ont été saisies par les enquêteurs de Villepinte. Dans le bus, nombre de témoins pourront aussi expliquer ce qu'ils ont vu s'ils acceptent d'être entendus.

Après l'accident, les bus des Courriers d'Ile-de-France ont peu à peu rejoint leur dépôt de Tremblay, les machinistes faisant valoir leur droit de retrait, craignant pour leur sécurité. Cinq lignes étaient hier soir à l'arrêt : 15, 1, 39, 45 et 100. « Parce que dès qu'il y a un accident corporel, ça peut dégénérer en lynchage contre le chauffeur », déplore Jamal Benkissaou citant deux précédents à Goussainville et Sevran. Malgré plusieurs sollicitations, la direction des CIF n'a pu être jointe.

Hier soir, à Villepinte, la plus grande inquiétude régnait sur l'état de santé du jeune blessé.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 26 Novembre 2014

passenavigo.jpgUn passe navigo au tarif unique de 70 € par mois qui permettrait de circuler partout en Ile-de-France, dès la rentrée 2015 ? Un pas décisif pour la réalisation de cette promesse phare de la majorité PS-EELV au conseil régional d'Ile-de-France a été franchi hier. Jean-Paul Huchon, le président de la région, et la Chambre de commerce et d'industrie d'Ile-de-France (CCI) ont annoncé être parvenus à un accord qui permettrait de financer ce tarif unique. Les entreprises, qui par le biais du versement transports (VT), sont déjà le principal contributeur au financement des transports franciliens (38 % du total) ont accepté un relèvement du taux de 0,13 %, qui permettrait de dégager 220 M€ supplémentaires. Il restera 180 M€ à la charge de la région pour trouver les 400 M€ en année pleine, nécessaires au financement de ce titre de transport unique.

Une mesure réclamée par les entreprises

Le VT est acquitté par les entreprises de dix salariés et plus. Par ailleurs, la hausse annoncée ne concerne que les entreprises situées dans les zones 1 et 2, les plus urbaines et les mieux desservies. C'est pourquoi, malgré une hausse de cette taxe, Jean-Paul Huchon peut soutenir qu'un « Passe unique à 70 € par mois conduira à une baisse de charges pour les entreprises franciliennes comprise entre 70 et 80 M€ du fait de la diminution des frais de transport pris en charge à 50 % par l'employeur ». Un tel engagement des entreprises ne vient évidemment pas sans contrepartie. En échange, l'exonération de la redevance pour création de bureaux, supprimée le 1er janvier dernier par la région, devrait être remise en place.


Dernière étape à franchir, obtenir l'accord du gouvernement. La question sera évoquée dès aujourd'hui par le député seine-et-marnais Olivier Faure (PS), qui défendra en commission des finances un amendement traduisant dans la loi de finances le « deal » passé entre la région et la CCI. Pour convaincre le Premier ministre Manuel Valls, une trentaine d'élus franciliens de gauche, parmi lesquels Claude Bartolone, Anne Hidalgo ou Jean-Paul Huchon, ont signé hier une tribune dans la presse pour le passe Navigo à tarif unique. Mounir Satouri, chef de file des élus EELV au conseil régional, se demande comment « Manuel Valls pourrait s'opposer à une mesure qui est réclamée par les entreprises elles-mêmes ».

Pour l'opposition régionale, Valérie Pécresse (UMP) a dès hier dénoncé « une fausse bonne nouvelle qui va constituer un impôt supplémentaire sur le pouvoir d'achat des ménages ».

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 25 Novembre 2014

bus-ratp.jpgUn chauffeur de bus a renversé mardi un adolescent de 13 ans à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le blessant grièvement, avant d'être pris à partie par des membres de la famille et molesté, a-t-on appris de sources concordantes. L'accident s'est produit à Villepinte peu avant 14 heures, a précisé une source policière. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'adolescent «traversait la chaussée en dehors des passages protégés» lorsqu'il a été percuté par le bus.

«Le chauffeur a alors été pris à partie par la famille de la victime et plusieurs jeunes du secteur», a-t-elle poursuivi. Le syndicaliste a affirmé que le machiniste avait reçu de nombreux coups, ce qu'une source proche de l'enquête ne pouvait confirmer, et avait dû s'échapper par la fenêtre du bus.

De nombreux chauffeurs ont exercé leur droit de retrait

L'adolescent a été hospitalisé «dans un état grave» à l'hôpital Necker, où il a été conduit en urgence, escorté par des motos de police. Il souffre d'une hémorragie cérébrale et d'un pneumothorax, a indiqué une source à la compagnie de bus. Souffrant de contusions, le chauffeur a quant à lui été pris en charge à l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-sous-Bois.

Après ces faits, de nombreux chauffeurs ont exercé leur droit de retrait, craignant «des représailles sur d'autres bus», a déclaré Jamal Benkissaou, le secrétaire du CHSCT des Courriers d'Île-de-France, la compagnie qui exploite cette ligne dans la banlieue nord de Paris. En conséquence, le trafic était «fortement perturbé» mardi soir sur neuf lignes de ce réseau en Seine-Saint-Denis, selon les CIF.

«Les risques de représailles sont perceptibles»

Sur place à Villepinte, «la situation est revenue au calme» dans l'après-midi, a déclaré le directeur des Courriers d'Île-de-France, Jean-Olivier Ehkirch. «Notre seule préoccupation, c'est l'état de santé de la victime, et celle du conducteur», a-t-il assuré.

Les machinistes devaient eux décider mardi soir de continuer ou non à exercer leur droit de retrait. «La situation est tendue sur le terrain et les risques de représailles sont perceptibles (...) Elle «risque de se dégrader si l'état de santé du piéton» empire, redoute Benkissaou.

Source : http://www.20minutes.fr/

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 25 Novembre 2014

Peut-être n’y avez-vous pas prêté attention mais cela fait des lustres qu’aucun article sur la blogosphère locale n’est sorti sur les trous dans la chaussée. Est-ce à dire qu’il en y en aurait de moins en moins dans la ville ?

2014-NOVEMBRE-1736.JPG

En attendant la réponse à cette question qui parfois tourne à l’obsession, à défaut d’être en capacité de refaire l’intégralité des 180 kms de routes que compte notre commune, les pastilles de goudron se multiplient notamment dans la zone pavillonnaire du quartier Vieux-Pays.

Les férus d’esthétisme pur y trouveront peut-être à redire mais au moins les automobilistes évitent-ils les nids de poule et les piétons les entorses.

Ah si seulement les trous dans les caisses d’Aulnay-sous-Bois pouvaient être rebouchés avec du goudron ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 25 Novembre 2014

Suite et fin aujourd’hui de notre reportage consacré à la rénovation du gymnase Ambourget à Aulnay-sous-Bois. Après la cérémonie du ruban tricolore, la présentation de l’équipement par l’architecte de la ville et le discours de l’adjoint au maire en charge de la jeunesse, des sports et de la vie associative Mohamed Ayyadi, place aux propos du maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza.

L’édile a distillé des ondes positives expliquant qu’il était important de reparler « du bien, du bon, du beau pour notre ville ». Il a expliqué ensuite, qu’au moment où l’argent public se fait rare, il sera nécessaire de réfléchir de la manière la plus précise possible au choix des futurs équipements de notre commune, à la fois avec un souci de polyvalence dans leur usage (milieu sportif et tissu associatif) mais aussi en mesurant la pertinence de leur localisation. En conclusion, Bruno Beschizza a souhaité que ces questions fassent l’objet d’un large consensus au-delà des sensibilités politiques de chacun.  

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 25 Novembre 2014

Aulnay-sous-Bois est depuis quelques jours sous les feux de l’actualité suite au lancement d’une recherche sans précédent des victimes potentielles de l’ancienne usine d’amiante. L’Agence Régionale de Santé (ARS) a ainsi envoyé un courrier pour retrouver les personnes scolarisées aux Bourg 1, Bourg 2 et à Ormeteau entre 1938 et 1975. Elles sont invitées à consulter un médecin pour établir un diagnostic et bénéficier d’un suivi adapté si nécessaire.

La rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose de découvrir ci-dessus la vidéo d'un reportage de France 3 réalisé sur ce sujet sensible puisqu’à ce jour sur les 130 personnes recensées comme victimes de l’amiante à Aulnay-sous-Bois 80 sont déjà décédées. A noter également qu’aucune poursuite pénale ne pourra être entreprise dans la mesure où pour la justice il y a prescription.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 25 Novembre 2014

Le département de Seine-Saint-Denis est plus que jamais le département de l'éducation prioritaire. Alors qu'en France moins de 20 % des établissements sont classés dans des réseaux d'éducation prioritaire (REP), les anciennes ZEP, ce taux est de plus de 62 % dans le 93. Le rectorat de Créteil a confirmé hier les annonces de la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, lors de sa visite à Bondy la semaine dernière. 

zep.png 
Au total, sur les 125 collèges publics du département, 78 sont classés REP. Ce sont 13 de plus qu'à la rentrée 2014, soit une hausse de plus de 20 %. 525 écoles du 1er degré situées autour de ces collèges sont intégrées dans ces réseaux. Dans le détail, cela représente 18 nouveaux REP, mais aussi 5 collèges qui sortent du dispositif (voir tableau). Un choix fait en fonction de quatre critères : les pourcentages d'habitants en zone urbaine sensible, de population défavorisée, d'élèves boursiers et de redoublants à l'arrivée en sixième.

Qui sont les nouveaux bénéficiaires ?

Deux des cinq nouveaux collèges inaugurés lors de cette rentrée intègrent le dispositif (Dora-Maar à Saint-Denis et Cesaria-Evora à Montreuil). Mais d'autres établissements plus anciens ont également obtenu ce classement qu'ils réclamaient depuis longtemps. A Bagnolet, les deux collèges publics rejoignent ainsi le dispositif : la ville passe de 0 % à 100 % REP. La nouvelle carte dévoilée hier permet à trois autres communes d'être à 100 % en éducation prioritaire : Saint-Denis, Sevran et Epinay-sur-Seine. Cela porte à 14 le nombre de communes du 93 où tous les établissements publics sont en REP ou REP +.

Qu'ont-ils à y gagner ?

Les établissements situés en REP disposent de moyens plus élevés, avec moins d'élèves par classe, le financement de projets, des primes pour les enseignants, un travail avec les parents... « Nous mettons beaucoup l'accent sur la formation des enseignants », insiste Alain Pothet, chargé de l'éducation prioritaire au rectorat. Les conditions sont encore meilleures en REP + (51 REP et 27 REP + dans le 93).

Quel avenir pour les sortants ?
« Les établissements qui quittent leréseau le feront progressivement, avec aucun changement la première année, rassure Béatrice Gilles, rectrice de l'académie de Créteil. Pendant trois ans, le personnel gardera son régime indemnitaire et nous accompagnerons les équipes avec le plus de moyens possibles, notamment de formation. »

Les écoles alentour seront-elles aidées ?

Rien n'est systématique. « Nous entrons dans une seconde phase de travail, avec les élus locaux, les syndicats d'enseignants et les parents, pour définir quelles écoles doivent figurer dans les REP, toujours en fonction de critères sociaux », précise Béatrice Gilles. Le rectorat ne devrait pas annoncer le détail école par école avant le début 2015.

Les syndicats restent prudents

« Globalement, c'est une bonne nouvelle car nous obtenons dans le département davantage d'établissements classés en éducation prioritaire. Normalement, cela devrait entraîner de meilleures conditions de travail pour les élèves, estime Rachel Schneider, secrétaire départementale du SNUipp. Mais nous alertons tout de suite le gouvernement car mathématiquement, la dotation octroyée par la ministre de l'Education nationale il y a quelques jours [NDLR : 500 postes supplémentaires en trois ans] ne permet pas de mettre en place les critères de l'éducation prioritaire. Les postes annoncés peuvent tout juste suffire à la hausse démographique. Mais ils ne suffiront pas pour le maître supplémentaire prévu dans les écoles prioritaires, la classe pour accueillir les moins de 3 ans, les dix-huit demi-journées de formations pour les enseignants ou bien encore les seuils prévus par classe... »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 25 Novembre 2014

femmes-battues-violences-conjugales_425778.jpgAujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, trois initiatives ont lieu en Seine-Saint- Denis.

Femmes sans voile à Aubervilliers. La première de ces manifestations est associative. Le collectif Femmes sans voile sera présent à 11 h 45 en centre-ville d'Aubervilliers. Ce collectif créé le 8 mars par des femmes d'origine maghrébine, à Aubervilliers, a décidé de se constituer pour faire entendre la voix de ces femmes de leur communauté qui estiment que le voile perpétue une discrimination sexuelle. Elles distribueront des tracts devant la brasserie Au Chien qui fume (situé 193, avenue Victor-Hugo) et échangeront avec les habitants.

Un court-métrage sur 
Internet. Par ailleurs le conseil général dévoilera de son côté sur son site Internet le court-métrage choc intitulé « Ligne de protection », qu'il a réalisé autour du téléphone portable d'alerte. Par une simple touche, ce téléphone permet à des femmes en très grand danger de prévenir la police que leur agresseur tente de les approcher. Cette aide, mise en place il y a cinq ans, a permis à 172 femmes d'en bénéficier. Fait nouveau, ce téléphone, destiné dans un premier temps aux seules victimes de violences conjugales, peut désormais être attribué à des victimes de viol.

Le film est en ligne sur le site du conseil général : www.seine-saint-denis.fr/ ligne-de-protection.

Une exposition à Bagnolet. Le maire (PS) Tony Di Martino inaugure aujourd'hui, à 17 h 30, l'exposition « l'Une et l'autre », dans laquelle sont présentées une centaine de photos réalisées par 25 femmes en détresse, hébergées par l'association Aurore (présente dans toute l'Ile-de-France), sous la houlette des photographes Sarah Moon et Flore-Aël Surun.

L'exposition est présentée dans la salle des pas perdus de l'hôtel de ville, jusqu'au 4 décembre, du lundi au vendredi de 9 heures à midi et de 13 h 30 à 17 heures, et le samedi de 9 heures à midi.
Entrée libre.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 24 Novembre 2014

Nous poursuivons notre reportage autour de la rénovation du gymnase Ambourget d’Aulnay-sous-Bois. Après le traditionnel rituel du ruban tricolore découpé (lire ici) et une présentation de l’équipement par l’architecte de la ville (lire ), place ce soir au discours de l’adjoint au maire Mohamed Ayyadi en charge de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

Monsieur Ayyadi a déclaré qu’il était temps « de remettre aux normes cet équipement construit il y a plus de 40 ans ». Cette rénovation participera selon lui à redynamiser la vie du quartier Mitry-Ambourget. Il a rappelé que la jeunesse demeure une priorité du projet porté par l’actuelle majorité municipale. A ce titre il a affirmé que « l’éducation et le sport contribuent à la transmission des valeurs qui font le vivre ensemble », l’une des plus fondamentales d’entre elles étant le respect les uns envers les autres mais aussi envers ce gymnase rénové.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 24 Novembre 2014

Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois, conseiller régional d’Ile-de-France, chevalier de l’ordre national du Mérite et le conseil municipal seraient honorés de votre présence à l’inauguration de la place Jean-Claude Abrioux, député de la Seine-Saint-Denis de 1993 à 2007, maire d’Aulnay-sous-Bois de 1983 à 2003, conseiller général de la Seine-Saint-Denis de 1982 à 1994, officier de l’ordre national du Mérite, décédé le 11 septembre 2011.

Rendez-vous le dimanche 30 novembre 2014 à 15h30 place Camélinat. La cérémonie se déroulera en présence des membres de sa famille.

JCB.jpg 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 24 Novembre 2014

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un reportage de TF1 sur l’ancienne usine d’amiante d’Aulnay-sous-Bois. Le moins que l’on puisse écrire est que le combat pour la reconnaissance des victimes ne fait que commencer…

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 24 Novembre 2014

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’un reportage tourné par France 2 à Aulnay-sous-Bois sur les thèmes  de la densification et du bétonnage rendus possibles par la loi afin d’endiguer la crise du logement.

La suppression du COS (Coefficient d’Occupation des Sols), entérinée en 2009 par l’ancienne municipalité conduite par Gérard Ségura, permet notamment une plus grande facilité de division des parcelles de terrain et donc de construire toujours plus dans notre commune, notamment en zone pavillonnaire.

La nouvelle majorité menée par Bruno Beschizza lutte désormais contre ce phénomène dans la mesure où comme l’indique l’adjoint au maire en charge de l’urbanisme, Denis Cahenzli, l’urbanisation ce n’est pas seulement accueillir de nouveaux habitants. Il est nécessaire d’avoir un réflexion plus globale et cohérente sur les équipements, les moyens mais aussi la préservation du cadre de vie. La révision du Plan Local d’Urbanisme qui doit s’achever à la fin de l’année 2015 devrait tendre vers ces objectifs.

S’il est évidemment intéressant de voir un média national se pencher sur cette question dans notre commune, on ne peut tout même s’empêcher de se demander où étaient les caméras quand des dizaines d’associations luttaient dès 2009 contre le bétonnage dans les quartiers !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Urbanisme

Publié le 24 Novembre 2014

Charlotte Lambour et Sylviane David, deux artistes Aulnaysiennes, exposent leurs aquarelles et dessins jusqu’au 20 décembre 2014 à l’office de tourisme d’Aulnay-sous-Bois.

2014-NOVEMBRE-1802.JPG

Le vernissage de l’exposition est prévu le mardi 25 novembre à 18h. Alors soyez curieux et franchissez la porte du 23 boulevard de Strasbourg !

2014-NOVEMBRE-1804.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 24 Novembre 2014

amianteusine.jpgEn moins d'un mois, la lettre type a été envoyée à 3 500 personnes et autant à leur médecin, dans toute la France. On ne peut qu'imaginer la réaction des destinataires. De la surprise, d'abord, à la lecture des premières lignes : « Vous avez été scolarisé entre 1938 et 1975 dans un des trois groupes scolaires [...] situés à proximité du Comptoir des minéraux et matières premières (CMMP) à Aulnay. » De l'inquiétude, ensuite, car il est question d'amiante et de possibles pathologies pulmonaires. Suivent des conseils : se tourner vers son médecin ou appeler la cellule d'information dédiée. Le courrier, signé par le directeur de l'agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, devrait être adressé à 13 000 personnes d'ici la fin de l'année.

Le dispositif est inédit en France. Pour la première fois, on cherche les victimes potentielles d'une exposition à l'amiante hors d'un cadre professionnel. L'opération, financée par l'Agence régionale de santé (ARS) à hauteur de 200 000 € — sans participation du CMMP —, vise les élèves qui allaient en classe dans le quartier quand l'usine broyait de l'amiante. Pour les retrouver, il a fallu croiser les vieux registres scolaires avec les fichiers de la Sécurité sociale. L'objectif ? Se conformer à la loi Kouchner stipulant que « toute personne a le droit d'être informée sur son état de santé ». Les destinataires, âgés aujourd'hui de 40 à 80 ans environ, ne seront pas recontactés par la suite. Ils sont libres de pratiquer des examens et de se manifester ou non auprès de la cellule d'information qui n'a reçu que cinq appels pour le moment.

C'est bien ce qui inquiète les associations qui plaident pour un suivi bien plus rigoureux et en appellent à la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Les associations dénoncent un dispositif au rabais

En vingt ans, le Collectif des riverains et victimes du CMMP a recensé à lui seul 120 cas de malades contaminés par l'amiante. « Parfois, c'étaient des gens partis d'Aulnay depuis des années qui nous appelaient parce qu'ils avaient lu un article dans le journal », explique son porte-parole, Gérard Voide. Pendant des années, le collectif a réclamé la mise en place d'un dispositif de recherche des victimes potentielles. Elles seraient 40 000, selon un rapport de 2012. Le dispositif de l'ARS ne convainc pas Gérard Voide : « Cela ne suffit pas. Il fallait prévoir des relances. On attend de nouveaux cas jusqu'en 2025 ! »

Annie Thébaud-Mony, chercheuse et porte-parole de l'association Ban Asbestos, également très impliquée sur ce dossier, dénonce un dispositif au rabais : « On a l'impression qu'on craint de retrouver trop de victimes pouvant prétendre à une indemnisation. » Elle plaide pour un « véritable suivi tout au long de la vie. [...] C'était le moyen de faire le bilan sanitaire de cette affaire ». Mais les listings des anciens écoliers ne pourront être réutilisés. « Cela a été établi avec la Cnil(NDLR : Commission nationale de l'informatique et des libertés), qui autorise l'utilisation de ces adresses pour l'envoi d'un seul courrier », justifie une porte-parole de l'ARS.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 24 Novembre 2014

Restos-du-coeur.jpgPrès de 50 000 personnes, dont 3 000 bébés d'un âge allant jusqu'à 18 mois bénéficient des distributions de paniers des Restos du coeur dans le département. « Depuis cinq ans, ce nombre ne cesse d'augmenter. Ce sont 25 % de personnes en plus sur cette période, et 10 %, par rapport à l'an dernier », alerte encore et toujours Charles Lasbax, lprésident des Restos du coeur 93.  

Pour faire face à cette nouvelle augmentation, ce seront, cette année, 10 % de repas en moins distribués. Une décision qui émane de l'association nationale. Cette baisse correspond aux repas servis dans le cadre des « dotations majorées » des Restos, qui permettaient aux personnes en très grande précarité d'obtenir 12 repas par semaine au lieu de 6 en temps normal.

En tout, maraudes compris, l'association a tout de même budgeté cette année encore de quoi distribuer pas moins de 4,2 millions de repas (à 2 €  le repas), dans les 32 antennes du département -- dont deux accueils spécifiques pour les bébés --, ainsi que la nuit dans la rue.

« Nous avons du mal à absorber cette nouvelle augmentation de la fréquentation car nous sommes contraints de nous diversifier en proposant désormais aussi de l'aide à la personne : une aide juridique, aux devoirs, en français... », précise le responsable.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 23 Novembre 2014

Après un premier épisode consacré à l’inauguration du gymnase Ambourget qui s’est déroulée à Aulnay-sous-Bois ce samedi matin, nous vous proposons de prendre connaissance des détails de sa rénovation. Pour ce faire, vous trouverez ci-dessous deux vidéos : une présentation de l’architecte puis une visite de l’intérieur du bâtiment.


L’équipement datant des années 1970 était en très mauvais état et énergivore puisque chauffé au fioul. La restructuration de l’ouvrage de 860 m², y-compris ses accès extérieurs, a nécessité un investissement d’un montant de 2 100 000 euros TTC. Dans un souci d’usage polyvalent il sera ouvert aux écoles, aux associations et dispose d’une capacité de 400 personnes. 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 23 Novembre 2014

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza était ce matin sur iTélé face à Claude Askolovitch qui l’a interrogé sur son soutien à Nicolas Sarkozy et le djihad en Syrie.

Concernant le premier sujet, l’édile a affirmé que « l’on peut être loyal sans être vassal ». De son point de vue, face à une gauche qui a déçu sur des thèmes aussi fondamentaux que la famille, la sécurité et l’emploi, Nicolas Sarkozy, de par son expérience, est l’un des mieux armés pour gérer la situation de crise que connait notre pays.

A propos du djihad en Syrie, Bruno Beschizza a déclaré ne pas avoir été confronté dans sa commune au cas d’un jeune ayant eu la volonté de partir ou étant actuellement en Syrie. Refusant les confusions et les amalgames à l’évocation de l’attaque d’une synagogue à Aulnay-sous-Bois l’été dernier, il a affirmé que « ce n’est pas parce que l’on lance un cocktail Molotov sur une synagogue que l’auteur est automatiquement musulman ». Il a enfin précisé, concernant les exécutions récentes d’otages, que, selon lui, « décapiter un homme n’est pas un acte religieux, mais un acte criminel ». Il restera néanmoins vigilant sur cette question à l’échelle de la ville.

Source vidéo : iTélé

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 23 Novembre 2014

Ce dimanche 23 novembre 2014, l’association Franco-Polonaise Wisla organisait une grande fête à la salle Chanteloup d’Aulnay-sous-Bois. Autour d’un repas convivial savamment préparé, les personnes présentes ont pu profiter d’une série de démonstrations de danses traditionnelles.


Avant de revenir plus en détail sur cet événement nous ne résistons pas à la tentation de vous proposer deux extraits vidéos de ce moment pour se mettre dans l’ambiance...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 23 Novembre 2014

Celles et ceux qui fréquentent le boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois auront sans doute remarqué que la boutique Video Futur située au 13 bis de l’artère commerçante est en liquidation avant fermeture définitive. Actuellement les DVD encore en stock sont bradés au prix imbattable de 3 euros. Pour pouvoir en profiter le magasin est ouvert le dimanche de 10h30 à 13h et de 15h à 20h ainsi que lundi de 15h à 20h. La question en suspens est désormais : quel nouveau commerce va s’installer à cet endroit… ?

2014-NOVEMBRE-1813.JPG

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 23 Novembre 2014

gisele.JPGJe suis en train de mourir de l'amiante. Il faut que les gens sachent », martelait-elle il y a quelques jours à sa sortie de l'hôpital. Gisèle Delhaye, une petite femme élégante, l'oeil assombri par une colère inextinguible, est déterminée à témoigner. Il y a quatre ans, cette orthodontiste installée depuis 1967 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) consulte pour une douleur à la poitrine. Le diagnostic tombe : elle souffre d'un mésothéliome, un cancer de la plèvre, la membrane qui entoure le poumon. « Une maladie qui n'a pas d'autre cause que l'amiante. La pire de toutes, celle dont on ne guérit pas », résume l'énergique septuagénaire d'un ton neutre.

Mais où et quand Gisèle avait-elle pu entrer en contact avec l'amiante ? « Aucun des logements où j'avais vécu n'en contenait. Et puis, un jour, mon mari a réalisé : Au fait, il y avait cette usine à Aulnay... Je n'y avais jamais mis les pieds mais l'évidence était là. » Combien sont-ils, comme Gisèle, à avoir ignoré le danger que représentait le Comptoir des minéraux et matières premières (CMMP) ? L'usine avait ouvert ses portes en 1938, dans de longues bâtisses de brique cernées par des pavillons et voisines d'une école. On y a broyé de l'amiante jusqu'en 1975, en dépit des plaintes du voisinage, dès les années 1950. L'agence régionale de 
santé (ARS) vient de lancer une campagne d'information inédite visant les anciens écoliers du quartier, soit 13 000 personnes.

L'amiante est une bombe à retardement : les maladies qu'il provoque se déclarent dix à quarante ans après l'exposition. Ce n'est qu'en 1996, alors que l'usine a déjà cessé son activité, que la première victime probable de l'usine-poison est identifiée. Pierre Léonard, qui habitait le quartier depuis son enfance, meurt d'un mésothéliome à 49 ans. C'est le début d'une mobilisation sans relâche pour faire reconnaître la pollution environnementale causée par le CMMP, établie définitivement en 2007 par l'Institut de veille sanitaire. Gisèle passait devant l'usine « sans savoir » : « On ne la voyait pas de la rue. Je suis sidérée d'avoir été inconsciente de cela. »

Dans les années 1960, elle vivait avec son mari et ses enfants dans un appartement du quartier du Gros-Saule : « Le malheur a voulu que nous soyons sous les vents portant les poussières d'amiante vers le nord. Il y a eu plusieurs malades dans ce secteur. » Pendant des années, elle s'est aussi rendue deux fois par an dans les écoles voisines de l'usine pour y examiner la dentition des enfants. Ce sont précisément les anciens élèves de ces établissements que l'ARS contacte aujourd'hui. De sa famille, elle est la seule à avoir déclaré la maladie.


« Je suis victime d'une triple peine, juge-t-elle amèrement. Je suis malade. J'ai habité dans une commune abritant une usine d'amiante sans le savoir. Et enfin, c'est avec mes impôts que la municipalité a payé la démolition et la dépollution de l'usine. » En juillet 2013, le CMMP, visé par 25 plaintes, a bénéficié d'un non-lieu*. « C'est à ce moment que j'ai décidé de témoigner. Je veux faire tout ce que je peux pour révéler ce scandale. » * Les dirigeants de l'époque où l'usine broyait de l'amiante sont tous morts, et, les faits étant antérieurs à l'entrée en vigueur du Code pénal de 1994, la justice a estimé que la personne morale du CMMP ne pouvait être mise en cause.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 22 Novembre 2014

C’était ce soir aux alentours de 19h00 à la librairie Folies d’encre d’Aulnay-sous-Bois. La rédaction d’Aulnaylibre ! a eu la chance de pouvoir échanger avec le journaliste de Mediapart Fabrice Arfi autour de son livre Le sens des affaires – Voyage au bout de la corruption.

Fabrice-Arfi.jpg

Le reporter nous a même dédicacé son ouvrage avec les mots qui suivent : « A toute la rédaction d’Aulnaylibre, un blog qui résiste et qui dirige… ». 

Fabrice-Arfi2.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Divers

Publié le 22 Novembre 2014

Ce matin aux alentours de 11h30 s’est déroulée l’inauguration du gymnase Ambourget à Aulnay-sous-Bois. Suite à sa rénovation complète l’équipement sportif a désormais fière allure.


Avant de passer en revue les différents éléments de cette transformation pour le moins spectaculaire, nous vous proposons deux premières vidéos d’ambiance captées lors de cet événement,  à savoir la vue extérieure du gymnase et le ruban tricolore coupé par le maire Bruno Beschizza.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies