Publié le 5 Janvier 2014

enquete-exclusive-154355.jpgDurant des mois, les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi le travail de la police et de la justice de Seine-Saint-Denis (93) et infiltré les réseaux de trafic de cannabis. Des organisations structurées et influentes qui gangrènent les cités et font aujourd'hui partie intégrante de l'économie locale. 

En employant des petites mains pour leur trafic, les caïds tiennent des quartiers entiers. Les « nourrices » sont souvent des mères célibataires, qui arrondissent leurs fins de mois en cachant de la drogue dans leurs appartements. Les vendeurs gèrent, au vu et au su de tous, des points de deals situés dans des halls d'immeubles ou des ruelles. Les clients font la queue pour venir se fournir. Un point de vente génère 10 000 euros par jour et il y en a des dizaines dans ces cités. L'argent est ensuite blanchi dans des commerces et des restaurants.

En Seine-Saint-Denis, policiers et des magistrats spécialisés travaillent jour et nuit pour démanteler ces réseaux et faire tomber les gros bonnets. Planques dans les cités, informateurs, opérations commandos : les policiers de Saint-Ouen et d'Aulnay-Sevran mais aussi les magistrats anti-drogue du 93 ont accepté exceptionnellement la présence de nos caméras à leurs côtés.

Arrestations de trafiquants d'armes, saisies d'argent et de drogue par kilos : le 93 est-il devenu un narco-département ? 

Un document de Marie-Charlotte Antonini, production TSVP. Ce soir à 23h00 sur M6.

Date de rediffusion de l'émission :
Prochaine diffusion le lundi 13 janvier 2014 à 00:25

Source : http://www.m6.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 5 Janvier 2014

70 km/h et pas plus, dès le 10 janvier. La limitation de vitesse sur le boulevard périphérique parisien sera effective d'ici quelques jours. Un véritable changement pour les 1,3 million de véhicules qui empruntent quotidiennement cette rocade, habitués aujourd'hui à une vitesse maximale de 80 km/h

Vendredi prochain, les 16 radars du périphérique contrôleront le respect de cette nouvelle vitesse mais les sanctions ne tomberont pas tout de suite. En effet, pendant une semaine, les policiers ne verbaliseront pas donnant ainsi le temps aux automobilistes de se faire au changement.  L'annonce de la date d'entrée en vigueur de cette réduction de moins de 10 km/h de la vitesse sur le périphérique est d'ores et déjà diffusée sur les panneaux à message variables du boulevard. Les 150 panneaux de signalisation avec l'inscription 70 seront installés dans la nuit de mardi 7 janvier à mercredi 8 janvier, puis au cours de la nuit du mercredi 8 au jeudi 9, entre 21h30 et 5h, par les services de la ville.

Le changement est attendu depuis plusieurs mois. La décision, qui relève du gouvernement, était souhaitée par le maire socialiste de la capitale, Bertrand Delanoë. Alors que la pollution se situe régulièrement à des niveaux élevés à Paris et dans plusieurs régions françaises, la mairie de Paris estime que l'abaissement de la vitesse permettra notamment de réduire les polluants atmosphériques de 5%. Autres bénéfices attendus : moins de bruit - une aubaine pour les quelque 100 000 riverains du périphérique - et enfin une amélioration de la sécurité routière. Des associations s'élèvent contre une mesure jugée «inefficace» contre la pollution sonore et atmosphérique. 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 5 Janvier 2014

One-Direction-Arcueil.jpgL’affluence n’est pas la même qu’au premier jour, mais l’excitation reste intacte. La première boutique éphémère consacrée au boys band One Direction a fermé ses portes hier soir, après trois semaines d’ouverture au centre commercial de la Vache-Noire, à Arcueil. Les derniers Directioners venus — surtout des adolescentes — en ont profité pour faire quelques emplettes soldées, chanter au micro quelques tubes du groupe aux 12 millions d’albums vendus et écrire un message sur les murs de la boutique. Un gros coup marketing pour le groupe britannico-irlandais qui a remporté un franc succès. Alors que les organisateurs tablaient sur la visite de 5000 fans, ce sont plus de 10000 Directioners qui auraient fait le déplacement.

Euphoriques, Tiphaine et Ranine, 17 et 16 ans, profitent encore des derniers instants pour acheter des tee-shirts à l’effigie de leurs idoles. « Je vais prendre le Midnight Memories (NDLR : titre de leur dernier album), il n’est plus qu’à 10 €, c’est génial! », lance Tiphaine. « Moi j’ai déjà acheté des bracelets et un grand Harry en carton! » répond son amie. Ensuite direction la scène pour se faire prendre en photo avec de faux Liam Payne, Harry Styles, Zayn Malik, Niall Horan et Louis Tomlinson.

 Le « signing wall » (mur des signatures) n’a pas suffi. Les mots d’amour et les gros cœurs inscrits au marqueur ont recouvert tous les murs et les piliers du magasin. Du classique « I love you » à la déclaration « Merci de me sauver ». « C’est dommage qu’il ferme déjà. C’est tellement bien. On s’amuse, on chante, on danse, on rencontre d’autres Directioners. Sur les réseaux sociaux, il y a plein de gens qui sont déçus de ne pas avoir pu venir parce qu’ils habitent trop loin », expliquent Rim et Mordjene, deux fans de longue date.

Source : Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 5 Janvier 2014

librairie-la-traverse-la-courneuve.jpgLa rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose de prendre connaissance ci-dessous d’un article du journal Le Parisien évoquant la fermeture de la librairie la Traverse à la Courneuve, faute de rentabilité. La disparition d’un lieu de culture et d’échanges est toujours vécu avec amertume. Imaginez un instant celle qu’éprouveraient les fidèles de la librairie Folies d’encre du 41 boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois si un jour elle venait à baisser le rideau…

A voir la foule présente dans la boutique, les petits fours et les boissons, on jurerait une inauguration. Et pourtant, c’est tout le contraire qui s’est produit hier à la librairie la Traverse, à La Courneuve. Après trois ans d’existence, la boutique de livres de cette ville de plus de 38000 habitants ferme définitivement, faute de rentabilité.   « Si seulement, il y avait eu autant de monde tous les jours, on n’en serait pas là. » Cette remarque d’une cliente, tous la partagent. Mais bien trop tard. Doris Séjourné, la propriétaire, organisait hier son baroud d’honneur. Mais à sa manière, c’est-à-dire plutôt dans la bonne humeur que dans les pleurs. « J’ai vécu une formidable aventure, rencontré des gens merveilleux, des écrivains talentueux et, je crois, donné envie à certains de lire. Que demander de plus? » assure la sémillante libraire. Un regret tout de même : les promesses non tenues. « Le ministère de la Culture, le Centre national du livre, l’Association des éditeurs m’ont aidé à la création, mais m’ont lâché après », assure-t-elle.

Une lettre envoyée à la ministre de la Culture

Ainsi, malgré ses quinze heures de travail quotidiennes — ses journées démarrent à 4h30 — et ses 150000 € investis, elle n’a pu éviter le pire. En trois ans, elle est néanmoins parvenue à se constituer une clientèle fidèle qui dépasse largement le cadre de la ville, voire du département. Comme Gwenaël, qui habite Sarcelles (Val-d’Oise). « Doris m’a fait découvrir d’excellents écrivains, et c’est un lieu où l’on pouvait échanger. Tout cela va beaucoup me manquer. » « J’ai envoyé une lettre à la ministre de la Culture pour qu’elle fasse quelque chose, s’énerve Cléo, habitante de La Courneuve. Le département a besoin de lieux culturels. » « C’est intolérable de penser qu’un lieu d’amour et de partage comme la Traverse puisse disparaître », s’emporte Edwige, qui vient de Dugny.

Paradoxalement, ces dernières années ont été assez favorables aux librairies en Seine-Saint-Denis, puisqu’une a ouvert chaque année depuis 2002. Même si le département reste le moins riche d’Ile-de-France en la matière : 18 librairies contre 37 dans les Hauts-de-Seine ou 23 en Seine-et-Marne… « Je vais rencontrer les principaux des collèges et les gestionnaires pour leur demander de passer leurs commandes de livres auprès des librairies indépendantes, détaille Stéphane Troussel, président du conseil général, qui espère ainsi éviter une nouvelle fermeture. Par ailleurs, nous allons aussi voter, en leur faveur, une exonération de la contribution économique territoriale. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 5 Janvier 2014

ver-lombric.jpgC’est un entomologiste amateur qui a donné l’alerte après avoir repéré cet étrange ver dans son jardin il y a quelques mois. L’information a aussitôt été prise très au sérieux par le professeur Justine, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle. Il a reconnu le plathelminthe terrestre invasif, un prédateur originaire de Nouvelle-Zélande qui se nourrit de nos bons vieux lombrics. Il fait déjà des ravages au Royaume-Uni où, dans certaines communes, ces derniers ont totalement disparu… Un avis de recherche a été lancé au niveau national pour tenter de mesurer l’ampleur de l’invasion en France avec l’aide du public et, notamment, des jardiniers. Une opération de sciences participatives qui a donné des résultats spectaculaires. On sait aujourd’hui qu’au moins six espèces différentes de ces vers plats sont présentes dans l’Hexagone et que pratiquement tout le territoire est touché. Pour les scientifiques, c’est une véritable catastrophe écologique majeure qui est en marche…

Les Parisiens invités à la vigilance

Jusqu’alors, l’Ile-de-
France semblait épargnée. Mais des spécimens ont été retrouvés dans l’Essonne, en octobre dernier, suscitant une question écrite du sénateur EELV Jean-Vincent Placé au ministre de l’Ecologie. Puis, un nouveau ver plat a été découvert récemment par un technicien forestier, dans la capitale cette fois-ci, sous un pot de fleurs d’une pépinière du bois de Vincennes. La potée venait de Rungis (Val-de-Marne). L’examen à la loupe puis au binoculaire a levé les derniers doutes : il s’agissait bien d’un plathelminthe terrestre invasif.


Or, « il ne fait pas de doutes que s’il y a un ver, alors il y en a d’autres. J’ai rédigé une note pour attirer l’attention de tous les employés qui travaillent sur le terrain… », souligne Xavier Japiot, chargé d’études faunistiques à la mairie de Paris, qui avait relayé l’appel du professeur Justine auprès de l’ensemble de ses services dès septembre. Mais, plus largement, c’est l’ensemble des Parisiens qui sont invités à la vigilance pour apporter leur contribution à cette vaste opération de sciences participatives, et mesurer l’ampleur de l’invasion des vers plats dans la capitale. Il est fort possible que vous en ayez sur votre balcon, cachés sous un pot de fleurs.

En cas de découverte, comparer avec les photos de la page du professeur Justine : http ://bit.ly/Plathelminthe. Puis contacter le professeur Justine pour savoir quoi faire ensuite.
(E-mail : justine@mnhn.fr; tél. 01.71.21.46.47). 

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 5 Janvier 2014

Valls_Toulouse_2012.JPGLe ministre de l’Intérieur Manuel Valls sera présent à Aulnay-sous-Bois le lundi 6 janvier 2014.

Au programme de sa venue, la visite du commissariat rue Louis Barrault (passage en revue des locaux, échanges avec les personnels et présentation de la Zone de Sécurité Prioritaire par les forces de l’ordre). Un cheminement est également programmé dans le quartier du Gros Saule placé comme chacun sait en ZSP (Zone de Sécurité Prioritaire). La journée devrait s’achever par quelques discours de Gérard Ségura, Daniel Goldberg et Manuel Valls à l’Hôtel de Ville.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 4 Janvier 2014

Cet après-midi les Ducks du Club Badminton d’Aulnay-sous-Bois (CBAB) se déplaçaient dans le nord pour affronter Grande-Synthe lors de la 5e journée de poule 1 du top 12 interclubs. Les Aulnaysiens n’étaient pas là pour déguster un potjevleesch ou une carbonade à la flamande mais pour décrocher une victoire précieuse dans la course aux play-offs. A ce titre, le message du président du CBAB, Patrick Deschamps, à propos de cette rencontre, était on ne peut plus clair : « Pour Aulnay ce déplacement est très important dans l'objectif d’atteindre cette année le Final 4 » ! Il semblerait qu’il ait été reçu 5 sur 3 puisque c’est sur ce score que nos champions se sont imposés !

classement-top-12-badminton.png

Bruno Cazau (simple homme), Aneta Wojtkowska et Sarah Sicard (simples dames), Agnieszka Wojtkowska et Aneta Wojtkowska (double dames) ainsi que Marion Luttman et Matthieu Lo Ying Ping (double mixte) ont été les vainqueurs du jour. Ce beau succès permet au CBAB d’occuper ce soir la troisième place de la poule 1 avec 11 points, derrière Aix en Provence leader avec 14 unités et Strasbourg qui compte également 11 points. Dans ces conditions, l’espoir d’accrocher les play-offs (il faut finir dans les deux premiers de la poule pour cela) est plus que jamais accessible. Prochain rendez-vous, le 25 janvier avec un match redoutable face au premier du classement, Aix-en-Provence,  mais comme chacun sait aucun rêve n’est trop grand et aucun rêveur n’est trop petit…

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 4 Janvier 2014

Le chapiteau de réception pour les vœux du maire prévus le 9 janvier 2014 se monte à la hâte !

breves-2014-1.jpg

Succès pour la patinoire et une équipe d'encadrants fort sympathique.

breves-2014-2.jpg 

Le camp Rom a doublé de volume depuis notre dernière visite. Les enfants récupérent du bois pour construire ou se chauffer.

breves-2014-3.jpg

Zèbres et chameaux débarquent à Aulnay. Aucun doute possible, le réchauffement climatique est là !

breve-fin-annee-aulnay-4.jpg

breve-fin-annee-aulnay-5.jpg

Marc Masnikosa

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 4 Janvier 2014

Un garage Renault devrait ouvrir très prochainement au 53 rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois. Il sera spécialisé dans la vente de véhicules neufs, la mécanique et la carrosserie. Les horaires d’ouverture indiqués sont du lundi au vendredi de 8h à 12h puis de 13h30 à 18h30. Le taux main d’œuvre affiché sur la porte est de 72,50 HT (87 euros TTC).

Cet emplacement était occupé précédemment par la marque Opel. Espérons au passage que les employés de l’ancien garage Renault, brûlé en 2005 près du carrefour de l’Europe, toujours en quête d’un emploi aient l’opportunité d’en trouver un à cet endroit.

Renseignements au : 01 48 66 19 45.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 4 Janvier 2014

T4-Aulnay-Bondy-Panne.jpgLe bus est garé dans une petite rue. A l’opposé du quai du T4, derrière la gare de Bondy. Déjà, quelques usagers ont grimpé à bord et attendent le quart d’heure réglementaire avant le vrombissement du moteur. « C’est autre chose que le tramway qui passe toutes les six minutes, clame Hortense, une habituée du trajet Bondy - Livry-Gargan. Ça fait perdre un temps fou pour aller au travail et en revenir. » Assis dans les premiers rangs du bus touristique d’une cinquantaine de places, Pierre et Jean-Claude acquiescent. « Une poussette ne peut pas entrer ici, ce n’est pas adapté, constate Pierre. Et aux heures de pointe, le nombre de bus est nettement insuffisant. »

Ce qui les agace surtout? Le manque de communication de la part de la SNCF. « On nous guide jusqu’aux bus mais on ne nous explique rien, raconte Jean-Claude. On a entendu dire qu’une antenne 4G perturbait le fonctionnement du tramway. Mais ce ne sont que des rumeurs et on ne sait pas vraiment ce qui se passe depuis un mois. » Jusqu’à il y a deux semaines environ, les tramways circulaient encore entre Livry-Gargan et le terminus à Aulnay. Mais actuellement, toute la ligne est coupée, sans que les usagers en comprennent l’utilité. « On se sent mal informés, poursuit le retraité. Mais finalement, c’est la même chose pendant l’été, lorsqu’ils font des travaux. On est les derniers prévenus. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 4 Janvier 2014

bus-propres-ile-de-france.jpgC’est l’une des décisions phares prises par le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) lors de son dernier conseil d’administration. D’ici à 2025, tous les bus fonctionnant au diesel auront été retirés de la circulation, le Stif s’étant engagé à ne désormais commander que des bus « propres » (hybrides, au gaz naturel, électriques…). Et ça commence dès cette année, avec la livraison dans les prochains jours de 48 bus hybrides que pourront emprunter les usagers des lignes 21, 91 et 147 du réseau RATP.

En parallèle, le Stif va commander « entre 800 et un millier » de bus propres en 2014 et en 2015, indique Pierre Serne, vice-
président (EELV) chargé des transports au conseil régional d’Ile-de-France. Le Stif espère ainsi réduire de 50% les émissions de particules fines du parc de bus (9000 au total) d’ici à mi 2016. Le syndicat a également débloqué une aide en direction des opérateurs de lignes, qui va leur permettre d’équiper environ 950 bus en filtres à particules.

Enfin, un modèle de bus hybride rechargeable va être expérimenté au cours de l’année sur la ligne 81 et dix autres bus totalement électriques seront également testés sur une ligne du réseau RATP.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 4 Janvier 2014

navigo 2Le passe Navigo à tarif unique, ce n’est pas encore pour 2014. Faute de financement, dont le déblocage ne dépend pas du conseil régional mais du parlement, le principal engagement de la majorité PS-EELV a du plomb dans l’aile. Toutefois, une petite avancée est prévue pour 2014 : à défaut de tarif unique, les périodes au cours desquelles les passes Navigo sont dézonées sont largement étendues. Déjà appliqué les week-ends, les jours fériés et cinq semaines en juillet et en août (pour un coût de 30 M€ en 2013), le dézonage va être étendu cette année aux « petites vacances » (Toussaint, Noël, hiver et Pâques).

Par ailleurs, alors que le tarif des abonnements Navigo a augmenté de 3% à la suite de l’augmentation de la TVA transports, le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) a choisi de ne pas répercuter cette hausse sur les 500000 abonnés de la zone 1-5, ceux qui paient le plus cher. Rien, toutefois, n’assure que la tarification unique sera bien mise en place en 2015, le conseil régional n’étant pas maître sur ce dossier. Pour financer cette mesure très coûteuse (estimée entre 300 et 500 M€), le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon (PS), veut augmenter le taux du versement transport (VT), payé par les entreprises. Mais seuls les parlementaires peuvent prendre cette décision.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 4 Janvier 2014

Vous faîtes partie des quelques 1 067 propriétaires de voitures incendiées durant la nuit de la Saint-Sylvestre ? Ce qu’il faut savoir pour faire marcher son assurance.

Un bon conseil, ne tardez pas pour signaler le sinistre. Vous disposez seulement de cinq  jours ouvrés — ne sont pas pris en compte le week-end et le 1er janvier férié — pour envoyer à votre assureur une déclaration circonstanciée. Un courrier qui précisera la date, le lieu et les circonstances de l’incendie. Si possible, n’hésitez pas à joindre des photos du véhicule avant et après le sinistre. Comme le rappelle AcommeAssure.com, un comparateur d’assurances en ligne, « la plupart des contrats vous imposent aussi de déposer une plainte au commissariat pour incendie criminel ».

Un expert déterminera ensuite si votre voiture est réparable ou pas. Le plus souvent, ces véhicules incendiés sont classés comme épaves. Le remboursement dépendra alors de votre contrat. Si vous êtes assuré contre l’incendie, l’indemnité sera calculée sur la valeur marchande de la voiture — c’est-à-dire sa cotation à l’argus —, déduite d’une éventuelle franchise. Si vous êtes assuré au tiers, vous n’avez probablement pas de garantie incendie. Mais vous devez malgré tout prévenir votre assureur. Pour une simple et bonne raison : le contrat auto prend fin automatiquement en cas de perte totale du bien assuré due à un événement non couvert pas la police d’assurance. L’assureur devra alors vous rembourser l’éventuel trop-perçu. Attention, si vous n’effectuez pas cette démarche, vous risquez de continuer à payer une assurance n’ayant plus d’objet.

Vous devez également savoir que si vos ressources ne dépassent pas 25074 € par an (pour une personne seule avec plafond majoré par personne à charge), vous pouvez adresser une demande d’indemnisation auprès de la commission d’indemnisation des victimes d’infraction, la Civi. Vous devrez néanmoins fournir une attestation d’assurance et un certificat de contrôle technique si la voiture a plus de quatre ans.

Source : Le Parisien / Vidéo d’illustration : Aulnaylibre ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 4 Janvier 2014

Les fêtes de fin d’année digérées, le GSBA repart à l’assaut de son championnat avec la réception d’Aulnay-sous-Bois, quatrième de la poule à égalité de points avec son hôte du jour. L’année 2014 commence par une mauvaise nouvelle pour les Synthois, même si elle était attendue.

Embêtée depuis quelque temps avec son genou, l’internationale française Marie Batomène s’est fait opérer fin décembre et manquera une bonne partie de la seconde moitié de saison. Assurément un coup dur pour Grande-Synthe et son président, Vincent Hennaert : « Marie est une pièce maîtresse chez les féminines. Elle va manquer au groupe, d’autant qu’elle est capable d’être compétitive aussi bien en simple qu’en double. Il va falloir composer avec cette absence et se montrer fin stratège pour aller chercher les points. Cela va peut-être passer par le fait de favoriser certains matchs plutôt que d’autres, et se concentrer sur ceux où nos chances de succès sont plus importantes. »

C’est donc sans leur jeune joueuse que les Nordistes reçoivent une équipe d’Aulnay qui a manqué de peu la qualification au final four la saison dernière. « Il s’agit une équipe composée de bons joueurs, à l’image de Matthieu Lo Ying Ping, numéro deux français en simples hommes et habitué des podiums (médaillé de bronze aux derniers Jeux méditerranéens). L’objectif de cette rencontre sera d’obtenir un match nul », indique le président du GSBA.

Bien lancés dans ce championnat à la faveur d’un bon début de saison, les Synthois auront à cœur de bien finir la phase aller et ainsi mettre à bonne distance leurs concurrents directs pour le maintien : « Il faudra gérer les points d’avance qu’on a pour assurer un maintien le plus tôt possible et attendre le retour de Marie, tout en préparant la saison prochaine. » Le président a formulé ses vœux. Aux joueurs de les réaliser. P.C.

GRANDE-SYNTHE (3e, 8 pts) – AULNAY (4e, 8 pts), samedi, à 17 h 45, salle du Noormeulen.

GSBA : Hommes : Baptiste Carême, Jurgen Wouters, Mathieu Pohl, Samson Gradt Urban.

Dames : Stéphanie Cloarec, Rachel Van Cutsen, Yik-Man Wong.

Source : http://www.lavoixdunord.fr Vidéo : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 4 Janvier 2014

Le lieu a été balisé comme une scène de crime. Mais, sur le quai du T4, qui relie habituellement Bondy à Aulnay-sous-Bois, point de cadavre. Juste un tram-train au point mort depuis le 7 décembre. Les experts en tous genres de la SNCF ont bien tenté de résoudre son mal depuis des semaines. En vain. Dans les haut-parleurs, la voix off du Transilien ne cesse de clamer le même message que les usagers lisent, chaque jour, sur la page Internet : « Incident sur installations de sécurité de la ligne T4 ». Message nébuleux? Certainement. Car, à la SNCF, on confie, un peu embarrassé, que l’on ne connaît pas encore les solutions pour faire repartir le T4.

Des spécialistes de la SNCF vont enquêter ce week-end

Le diagnostic est pourtant déjà trouvé. « Il y a un problème de liaison sur plusieurs centaines de mètres, à partir de Bondy, entre le conducteur du tram-train et le poste de commandement (PC) basé à Livry-Gargan, explique une porte-parole de Transilien. Il y a un problème de réception : le conducteur et le PC n’arrivent pas à recevoir ou émettre les informations. Du coup, cela pourrait poser des problèmes de sécurité notamment si le conducteur fait un malaise ou si un ordre urgent n’est pas reçu. »

Alors, en attendant de rétablir le système de liaison interne à la SNCF, les agents ont tout essayé ces dernières semaines. Le téléphone portable dans la cabine du conducteur et même les talkies-walkies n’ont rien donné! A chaque fois, le même « blanc » inexplicable et les mêmes interférences qui rendent les émissions d’informations irrecevables. Finalement, des spécialistes dépêchés par la SNCF interviendront sur le secteur ce week-end pour tenter de trouver la raison de ces interférences. « Il y a deux possibilités, poursuit la porte-parole. Soit ce sont des brouilleurs installés sur la zone, soit ce sont les ondes émises par les antennes des opérateurs de téléphonie mobile qui perturbent la bonne réception. »

Aux abords de la gare de Bondy, c’est justement la version qui a le vent en poupe. Car, si aucune information officielle n’est affichée dans le hall de la gare, les rumeurs vont bon train. « On m’a dit que c’était la 4G qui brouillait les informations, lance Mathieu, qui prenait le T4 régulièrement. Je n’y connais pas grand-chose mais j’imagine que cela risque de prendre beaucoup de temps pour régler ça! » De son côté, la SNCF est plus optimiste et espère que tout sera résolu à la fin du week-end pour assurer le transport des 30000 usagers quotidiens de la ligne dès lundi.

Mais sur le quai déserté du T4, les agents de renseignements semblent perplexes. « On n’a pas vraiment d’informations sur la reprise du trafic, glisse l’une des jeunes femmes. Nous, on indique juste aux gens qu’ils peuvent prendre les bus de substitution. » Et à part quelques exceptions, qui n’utilisent le tram-train qu’à l’occasion, les usagers concernés se dirigent directement à l’opposé de la gare où des bus partent tous les quarts d’heure de Bondy pour desservir les arrêts de la ligne. « On est rodés, lâche avec dépit Sabrina, une jeune maman visiblement pressée. Pour moi, c’est une perte de temps très importante car la fréquence et la rapidité des bus ne sont clairement pas satisfaisantes par rapport au tram-train. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 3 Janvier 2014

Formidable, la lumière était totalement revenue le 31 décembre rue de l’égalité, devant chez moi. Merci. Qui dit que les blogs n’ont aucune influence ?

breve-fin-annee-aulnay-1.jpg 

Un marché de la gare boulevard de Strasbourg très vide le 2 janvier 2014.

 breve-fin-annee-aulnay-2.jpg

Nouveau petit détail sur les affiches de monsieur le maire ! (Avez-vous remarqué ?).

breve-fin-annee-aulnay-3

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 3 Janvier 2014

vote-roms.jpgAvec une centaine de Roumains, Calin, Gabriella, Sorin et Mirella campent dans un bidonville installé le long du périphérique à Villeurbanne. En mars, c’est dans cette ville qu’ils iront voter aux élections municipales puis en mai pour les européennes. Ils sont vingt-deux à avoir pris, lundi (veille de la clôture des inscriptions), le chemin de la mairie pour aller s’inscrire sur les listes électorales. La loi accorde ce droit aux citoyens européens, et ils seront les premiers Roms, en France à en profiter.

Calin, 27 ans, père de trois enfants, vit depuis dix ans en 
France, passant de campements en squats au gré des expulsions. Dans un français approximatif appris aux cours dispensés au centre social du quartier, il dit vouloir voter « pour être mieux intégré ». « Je voudrais un travail dans le bâtiment, ou le ménage, ou éboueur… je peux tout faire », répète celui qui dit vivre « de la manche » et des dons de nourriture, de vêtements et même de bois de chauffage déposés par les automobilistes qui s’arrêtent le long du périph. Il ne sait pas encore pour qui il votera, mais assure qu’il étudiera les propositions de tous les candidats. Marianna, 25 ans, sa femme, ira voter elle aussi pour que ses enfants, scolarisés à Villeurbanne, aient « une meilleure vie ». Florin, qui fait traduire ses propos par un camarade, attend aussi beaucoup de ce vote : « J’espère qu’on attirera l’attention des élus, mais je ne sais pas si ça suffira. »

Une attestation de domicile

Pour obtenir cette carte d’électeur, ils ont dû produire une copie de leur carte d’identité et une attestation de domicile. Ils l’ont obtenue de la mairie en tant que bénéficiaire de l’aide médicale d’Etat (AME). Et en remercient aujourd’hui le maire, sans savoir que celui-ci, Jean-Paul Bret (PS), a signé le 29 septembre avec quinze élus une tribune soutenant la politique de Manuel Valls favorable au retour des Roms en Roumanie! Ces Roumains ont été accompagnés dans leurs démarches par le Mrap, l’association antiraciste. Jean-Philippe, militant du Mrap, y voit « une façon de démontrer symboliquement aux pouvoirs publics que les Roms sont des citoyens à part entière et qu’il faut cesser de les considérer comme des espèces de pions qu’on déplace entre la France et la Roumanie pour faire de la politique du chiffre qui n’est pas assumée. »

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2014 !

Publié le 3 Janvier 2014

autolib.jpgDéjà présentes dans une cinquantaine de villes autour de Paris, Autolib’ va de nouveau étendre son réseau de stations en 2014. Plusieurs communes viennent de signer un engagement auprès d’Autolib’ Métropole pour accueillir de nouvelles bornes dans les prochaines semaines. C’est le cas de Rungis (Val-de-Marne) et des entrepôts situés près du marché international, de Clichy-sous-Bois et Montfermeil (Seine-Saint-Denis), du Chesnay (Yvelines), de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine) et de Yerres (Essonne).

Des contacts ont également été noués avec d’autres villes, comme Aubervilliers, Drancy et Le Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), Nogent et Le Perreux, Ivry, Vitry et Choisy (Val-de-Marne). « Beaucoup de demandes sont arrivées en cette fin d’année, notamment en vue des élections municipales », précise Autolib’ Métropole. En 2013, huit communes de petite couronne avaient déjà accueilli de nouvelles stations Autolib’ pour proposer ce service à leurs habitants. Compte tenu des délais pour réaliser des études et faire les travaux une fois le projet validé par les villes, le chiffre devrait être sensiblement le même cette année. Deux mille véhicules Autolib’ sont actuellement en service, deux ans après la mise en place du service.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 3 Janvier 2014

Le majestueux lac de Savigny au parc du Sausset à Aulnay-sous-Bois est d’une superficie de 5 hectares. Il n’a rien de naturel. Il s’agit en fait d’un bassin de stockage des eaux pluviales, d’une capacité de 80 000 m3, devant assurer la protection des biens et des personnes lors de précipitations particulièrement fortes.

Construit sur le territoire d’Aulnay en 1977, il constitue un pôle d’attraction majeur dans le parc et porte désormais le nom de lac de Savigny, ancrant ainsi une réalisation moderne dans le passé médiéval de la commune et le minuscule hameau serré autour de deux fermes ecclésiastiques.

Source texte : C.A.H.R.A (Cercle Archéologique Historique Région Aulnay) / Vidéo : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 3 Janvier 2014

ADEF-Aulnay.jpgA quelques pas de la Cité des 3000, au foyer de travailleurs migrants, le temps semble s’être arrêté. L’état de délabrement du bâtiment laisse présager un hiver difficile dans les petites chambres de 9 ou 15 mètres carrés. Reportage.

93600. Aulnay-sous-Bois. Un vent glacial souffle sur le foyer  géré par l’ADEF. Assis devant l’immeuble de quatre étages, des hommes vendent de part et d’autre du jardin des paquets de cigarettes et des cartes téléphoniques. Si l’arbre devient solide sous le vent, les petites tables individuelles sur lesquelles sont délicatement installés ces hommes semblent être bien enracinées.

Situé à la périphérie de la ville, loin de tout et à proximité de la cité des 3000, le foyer de travailleurs migrants a été bâti en 1972 par l’Association pour le Développement des Foyers, anciennement Association du Bâtiment et de la Métallurgie (l’ADEF). Sa population est exclusivement masculine. Franchir les portes du foyer ne révèle pas d’une mission impossible. N’importe qui peut y entrer et sortir. D’ailleurs des jeunes, étrangers au foyer, semblent y tenir les murs à leur aise. Une fois à l’intérieur, un brouhaha ambiant vient balayer  ‘apparente quiétude qui règne dans le jardin.

C’est sans enfants ni femme que les travailleurs migrants résident au foyer , même s’il n’est pas rare de croiser des frimousses entre ses murs. Après avoir échangé quelques mots avec l’un des résidents du foyer, je me dirige vers le sous-sol du bâtiment. Là, juste à côté de la petite salle qui sert de lieu de culte, il y a la cuisine collective. Ou plutôt le restaurant. Les résidents y viennent enchanter leur palais de saveurs africaines pour une poignée d’euros.

Là-haut, au rez-de-chaussée, un petit groupe d’hommes bavarde devant des stands d’information et de dépistage du VIH. D’autres, en boubou pour certains, attendent patiemment devant une infirmerie improvisée pour effectuer des rappels de vaccins. C’est cet instant que choisit une infirmière pour brandir un sac rempli de préservatifs. « C’est quoi ça ?», lui lance un vieillard. « Des préservatifs Monsieur » répond l’infirmière. « C’est pour se protéger quand on couche » poursuit-elle. « Ah moi je ne connais pas ça hein ! » s’exclame le vieillard. Suit alors un malaise palpable laissant deviner que l’utilisation de la petite enveloppe en latex n’est pas inscrite dans les mœurs des personnes âgées présentes. Les résidents du foyer participent en réalité à une soiré- santé. Organisée par la médiatrice sociale, elle a pour but de leur offrir un accès au dépistage des infections sexuellement transmissibles ainsi qu’à des rappels de vaccins.

Dans la file d’attente, un homme d’une trentaine d’années, prénommé Mohamed Sissoko, attend patiemment son tour. Né au Gabon, l’homme a vu du pays. En effet après le Mali, le Nigeria et l’Espagne, c’est dans les murs du foyer d’Aulnay qu’il a « provisoirement » déposé ses valises. Bien que se disant « de passage », Mohamed a un avis acrimonieux sur la question de la vie au foyer d’Aulnay. « Les journalistes doivent venir filmer ce qu’il se passe ici. La dernière fois, les policiers sont venus et ont mis dehors certains d’entre nous. Est ce que ça c’est normal ? Dans un autre endroit, une chose pareille ne pourra jamais arrivé » dit-il avec un sourire triste entaché d’amertume. Un sourire laissant deviner qu’ici, dans le foyer d’Aulnay, il est  difficile de voir la vie en rose tant il est vrai que le calme y est rarement maître mot.

« Lorsque tu vis dans un foyer, ta valise est toujours dehors ». L’écho de ces mots prononcés par un vieil homme d’une soixantaine d’années couplé à l’image désolante renvoyée par les détritus jonchant le sol de chaque étage de l’immeuble ne laisse aucun doute sur la situation alarmante du foyer. On comprend vite alors que le vent glacial qui s’abat sur le foyer est un vent d’éreintement et de désespoir.

Source : http://www.bondyblog.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 3 Janvier 2014

Saint-Just_01_image_largeur460.jpg217 002  logements sociaux en Seine-Saint-Denis. Le département compte le plus fort taux de logements sociaux en Ile-de-France, selon les chiffres publiés hier par la Drihl (Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement). A la date du 1er janvier 2012, le département comptait précisément 217002 logements sociaux, sur un total de 581764 résidences principales, soit un taux de 37,30%. Les habitants du département sont, pour 42% d’entre eux, propriétaires de leur logement, 23% étant locataires dans le privé et 35% en HLM.

Source article : Le Parisien. Source photo : http://www.oph-aulnay.org

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Logement

Publié le 3 Janvier 2014

Les chiffres officiels de la population des communes au 1er janvier 2014 viennent de tomber. Basés sur les recensements menés par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) au cours des cinq dernières années, ces chiffres, appelés « population légale 2011 », laissent apparaître une hausse modérée, conforme à la moyenne nationale, mais avec de fortes disparités entre communes.

1 542 761 habitants. C’est la population totale des 40 communes de Seine-Saint-Denis. Elle a progressé de plus de 39000 habitants, soit 2,6%, par rapport aux chiffres publiés en 2009 (population légale 2006). Avec une hausse annuelle de 0,5% par an, la population du 93 croît au même rythme que la moyenne régionale et nationale.

population-93.png

Un trio de tête inchangé. Le classement des 40 villes reste sensiblement identique. Saint-Denis, Montreuil et Aulnay-sous-Bois sont, dans cet ordre, les trois communes les plus peuplées du département. Saint-Denis est même la troisième ville d’Ile-de-France, derrière Paris et Boulogne (92), avec 108907 habitants (10000 habitants de plus en cinq ans). A noter la forte croissance aussi de Saint-Ouen, qui gagne près de 5000 résidants, et passe devant Bobigny au classement (12e).

Sevran, Bobigny et Tremblay en recul. C’est une des particularités de l’année : certaines communes perdent des habitants. En cinq ans, ils sont 1000 de moins à Sevran, 600 à Bobigny et 700 à Tremblay-en-France. « C’est notre choix de faire une ville à taille humaine, avec un développement raisonné, explique François Asensi, maire (Front de gauche) de Tremblay. Cela dit, la croissance va repartir lors des prochaines années avec les constructions de logements en cours. On atteindra tranquillement 40000 habitants d’ici à 2020 ». Bondy, Montfermeil, Le Raincy et L’Ile-Saint-Denis perdent aussi quelques habitants.

Des ressources et des élus en plus. Ces chiffres de population légale ont des conséquences très concrètes pour les communes. Ils servent notamment à calculer la DGF (dotation générale de fonctionnement) versée par l’Etat : des habitants en plus et ce sont des ressources supplémentaires dans les caisses. La population légale sert aussi à calculer le nombre de conseillers municipaux. En franchissant respectivement la barre des 30000 et 40000 habitants, Clichy-sous-Bois et Noisy-le-Sec éliront 4 conseillers municipaux de plus (39 et 43).

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Démographie

Publié le 3 Janvier 2014

clinique-juridique-saint-denis.JPGIls s’appellent Scott, Tassadit, Justine, Ouanissa, Laura, Johan, Ludovic, Mathieu… Depuis une semaine, ils mènent leurs premières consultations au sein de leur propre clinique. Derrière la porte de leur cabinet, pourtant, pas l’ombre d’une blouse blanche ni d’un stéthoscope, mais des carnets, des stylos… et des codes pénaux. Dans une petite pièce, au deuxième étage de la faculté de droit de Saint-Denis (Paris-VIII), ils ont installé leur clinique juridique. Ici, du lundi au vendredi, c’est l’accès au droit que soignent une quinzaine d’étudiants en 2e et 3e années. « J’ai découvert le concept dans les facultés américaines. Il s’agit de permanences gratuites, tenues par de bons apprentis juristes, pour renseigner des publics précaires, explique Me Benjamin Pitcho, avocat et maître de conférences en droit privé à Paris-VIII. En France, il y a une vraie crise du social, et une telle initiative prend tout son sens dans un département comme la Seine-Saint-Denis, qui compte de nombreuses personnes vulnérables », juge le professionnel, qui a pensé le projet avec les étudiants.

A la clé, un double objectif : social et pédagogique. « Cela nous amène à nous poser les bonnes questions, à nous confronter à des problèmes juridiques concrets, en marge de nos cours théoriques », expliquent Robin et Irène, de permanence mercredi dernier. Parmi la dizaine de cas en cours de traitement : le statut juridique d’une association, l’usurpation d’identité ou encore le harcèlement professionnel. Un module pratique, noté et intégré au cursus des étudiants volontaires (dès la 2e année de licence de droit) sous forme d’option.

Chapeautée par trois avocats maîtres de conférences et deux avocats extérieurs à la fac, la clinique juridique affiche un code de déontologie stricte pour ne pas empiéter sur le travail des professionnels. Règle numéro un : prendre le temps de la réflexion. « Nous ne prodiguons jamais de conseil immédiat, explique Robin. Lors du premier rendez-vous, nous notons tous les détails du problème et nous travaillons aux solutions plusieurs jours », explique-t-il. « Les étudiants n’interviennent que lorsque la personne n’a pas d’avocat. En cas de problématiques lourdes, comme une personne victime de violences, ils se contenteront de lui expliquer les démarches et de donner les horaires de consultations du barreau concerné », ajoute Me Pitcho, qui envisage déjà des consultations délocalisées à la maison d’arrêt de Villepinte, en partenariat avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation.

L’initiative est adoubée par les instances dirigeantes de la faculté. « La clinique juridique colle parfaitement avec notre volonté d’ouvrir la fac sur son territoire et de professionnaliser nos étudiants », se réjouit Chloé Lemeunier, chef de cabinet de Danielle Tartakowsky, présidente de Paris-VIII. Irène, elle, en a déjà vu les effets concrets. « Je dois faire un stage en mars. Et, depuis, que j’ai ajouté cette expérience sur mon CV, les cabinets d’avocats ne regardent plus ma candidature de la même manière », assure l’étudiante.

Sans rendez-vous. Consultations : lundi et mardi (15 heures-19 heures), mercredi et jeudi (8 heures-12 heures) ou vendredi (15 heures -19 heures), salle A218, faculté de droit de l’université Paris-VIII, 2, rue de la Liberté, Saint-Denis.
Infos sur www.lacliniquejuridique.fr.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 2 Janvier 2014

Le cirque franco-belge s’installe à Aulnay-sous-Bois au Vélodrome près de Bricoman pendant quelques jours. Cinq spectacles sont programmés les samedi 4 janvier, dimanche 5 janvier, mercredi 8 janvier, samedi 11 janvier et enfin dimanche 12 janvier 2014 chaque fois à 15 heures. Le prix de l’entrée est fixé à 5 euros pour les enfants et à 10 euros pour les adultes.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 2 Janvier 2014

Le marais du Parc du Sausset à Aulnay-sous-Bois a été créé artificiellement à partir de la zone phréatique dont il a fallu se rapprocher par des terrassements importants, complétés par la construction de canaux et de banquettes. Des espèces caractéristiques des milieux aquatiques de la région parisienne y ont été plantées et le niveau du marais peut-être maintenu constant grâce à une pompe qui l’alimente à partir du lac de Savigny.

Le marais a tout de suite été adopté par les espèces d’oiseaux propres à ce milieu et plusieurs y nichent régulièrement ou occasionnellement. En fin d’automne, les escales de migrateurs sont devenues habituelles et la dimension restreinte de cette zone permet une observation facile pour les ornithologues amateurs ou confirmés.

 Source texte : C.A.H.R.A (Cercle Archéologique Historique de la Région d’Aulnay) / Vidéo : Aulnaylibre !

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement