Le rassemblement pour Aulnay de Benjamin Giami brille par son absence au conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois !

Publié le 20 Décembre 2018

A l’approche des fêtes de fin d’année, Emmanuel Macron a réalisé un véritable tour de magie ! De président de la République, il s’est transformé en père Noël, distribuant les milliards d’euros comme d’autres enfilent les perles.

Oubliées les belles résolutions affichées en début de mandat sur la maitrise des dépenses publiques. Suite aux mesures d’urgence sur le pouvoir d’achat, le déficit de l’Etat pourrait ainsi franchir la barre des 100 milliards d’euros l’année prochaine pour atteindre 107,5 milliards.

La dette pourrait franchir le seuil symbolique des 100% du PIB. En effet, en 2019, l’Etat s’apprête à dépenser 37% de plus qu’il n’encaisse de recettes. La France deviendrait alors le seul pays de la zone euro à afficher un déficit supérieur à la limite des 3%.

Le rassemblement pour Aulnay de Benjamin Giami brille par son absence au conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois !

Hier soir, Benjamin Giami, Mohamed Ayyadi et Leila Abdellaoui ont, eux aussi, tenté un tour de magie pendant le conseil municipal à Aulnay-sous-Bois. Ils se sont transformés en petites bouteilles d’eau surmontées d’un gobelet blanc en forme de chapeau. Malheureusement pour eux, n’est pas David Copperfield qui veut. Ce tour de passe-passe n’a pas masqué l’absence des représentants du rassemblement pour Aulnay (En Marche et Agir) lors de la séance.

C’est Miguel Hernandez, conseiller municipal PCF, qui a ouvert les hostilités sur les réseaux sociaux d’un Tweet cinglant : « les représentants macroniens au conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois ont préféré déserter leurs sièges plutôt que d’affronter les opposants à la politique de Jupiter ».

Il faut dire que les questions ne manquent pas depuis cette distribution par le chef de l’Etat de milliards d’euros tombés du camion. Qui va compenser ces dépenses nouvelles ? Les contribuables via une hausse d’impôts déguisée et alambiquée ? Les collectivités locales alors qu’elles ont déjà été saignées à blanc par la baisse des dotations ?

Autre sujet d’inquiétude soulevé en fin de conseil municipal par Guy Challier, conseiller municipal PS : quid de la réforme territoriale promise par Emmanuel Macron ? En effet, le mille-feuille actuel en Ile-de-France, composé du niveau municipal (mairie), territorial (EPT), métropolitain (MGP), départemental et régional est aussi illisible que fragile financièrement.

Le maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, a également souligné le flou entretenu par le président de la République sur cette question. Il aurait bien volontiers proposé à Benjamin Giami, Mohamed Ayyadi ou Leila Abdellaoui d'apporter des précisions sur le sujet mais difficile de donner la parole à des chaises vides.

Quoi qu’il en soit, le rassemblement pour Aulnay, présidé par Benjamin Giami, a brillé par son absence hier soir…

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

NOUREDINE 23/01/2019 15:08

Chère Monsieur
explique nous, comment vous avez accordés les permis aux 1 et 3 place général Leclerc
si vous êtes honnête. L'absence des 3 personnalités politique justifie le mécontentement vis avis
votre gestion a la ville.