Les robots des élèves du collège Pablo Neruda d’Aulnay-sous-Bois sont des stars à Singapour

Publié le 21 Mars 2018

Dominique Nibart était l’un des 300 enseignants du monde entier sélectionnés pour l’Education Exchange, un forum qui honore les techniques d’enseignement innovantes. Il a créé un concours de robots pour les élèves.

En marinière, béret sur la tête, Dominique Nibart a porté haut les couleurs de la France à Singapour, à l’occasion de l’Education Exchange, le forum international dédié aux professeurs qui innovent pour enseigner, organisé mi-mars. « Celles de la Seine-Saint-Denis, aussi », insiste cet inventeur de génie et professeur de technologie au collège Pablo-Neruda, un établissement situé à Aulnay-sous-Bois, dans le quartier du Gros-Saule. Il était l’un des 300 enseignants - toutes matières confondues - venus de 91 pays, sélectionnés pour partager leur façon d’apprendre hors des sentiers battus.

« C’était génial ! Mon stand a été pris d’assaut : j’avais emmené des robots créés par mes élèves, alors, forcément, cela attire le regard », résume celui qui revient tout juste de son périple. L’homme a été sélectionné à ce forum pour avoir créé Cybertechun concours de création de robots dédié aux élèves de tous âges - de la maternelle aux classes d’ingénieurs. « C’est innovant à plusieurs titres. Ce sont les élèves qui créent eux-mêmes, et non pas sous l’égide de leur enseignant, explique-t-il. Il y a aussi une attention particulière portée aux jeunes filles, qui ne sont pas suffisamment représentées dans cette discipline. »

Des robots conçus par des élèves de CE2

En vingt-trois ans d’existence de Cybertech, Dominique Nibart a été plusieurs fois surpris par l’inventivité de ses ouailles. « Un jour, des enfants de CE2 ont fabriqué un robot mû par… un hamster ! Ou lorsque j’ai demandé qu’ils créent un système de freinage pour un robot, je tablais sur deux ou trois solutions… Au final, les jeunes en ont créé 126 ! » Et il l’assure : « Ce ne sont pas les élèves les meilleurs en classe qui sont les plus inventifs dans ma matière, mais souvent les enquiquineurs… »

Selon lui, c’est ce qui a surpris les autres enseignants présents à Singapour. « Dans la plupart des autres pays, on enseigne la robotique qu’après l’équivalent du baccalauréat, rappelle-t-il. Alors forcément, ils étaient frappés de voir les robots fabriqués par des gamins de sixième ! »

A l’occasion de son voyage à Singapour, l’homme était aussi en mission pour le 93, dans le cadre du programme « In Seine-Saint-Denis », un label créé pour valoriser le département. « Je me suis rendu compte que même à l’international, le département n’a pas bonne réputation… Cela m’a donné l’occasion de dire haut et fort que le 93 n’est pas un repaire de dealers ou de brûleurs de voitures ! On a aussi des inventeurs de génie. »

Source article : Thomas Poupeau du journal Le Parisien / Vidéos : Aulnaylibre.com

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Technologies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article