Le centre commercial Usines Center de Gonesse tente de survivre

Publié le 29 Mars 2015

Le centre commercial Usines Center de Gonesse tente de survivre

Il fait figure de Petit Poucet, coincé entre Aéroville à Roissy et O'Parinor à Aulnay-sous-Bois. Depuis de longs mois, la fréquentation du centre commercial Usines Center, à Gonesse (Val-d'Oise), s'effrite. D'après la direction du centre, quelque 1 700 000 personnes l'ont visité depuis un an. C'est environ 300 000 de moins qu'il y a deux ans. « On a perdu plus de 50 % de notre chiffre d'affaires depuis un an et demi. En semaine, c'est mort de chez mort ! s'exclame Bernard, vendeur pour une marque de vêtements. Il faudrait de grosses enseignes qui boosteraient la fréquentation.

Si on a toujours un peu de monde le week-end, c'est grâce à Ikea et Castorama. » Mais la direction du centre, qui a fait l'objet d'une profonde rénovation en 2013, ne baisse pas les bras. Son credo : recentrer l'offre commerciale autour du concept « outlet », soit avec seulement des marques proposant des collections des années précédentes à des prix démarqués de - 30 % minimum.

15 nouvelles grandes marques arrivées en deux ans

« Nous sommes en profonde mutation depuis deux ans, explique Marc Steiner, le directeur du centre. Ce n'est pas facile tous les jours, mais on se bat ! En deux ans, nous avons commercialisé quinze nouvelles marques. Et on est persuadé que si toutes jouent le jeu de l'outlet, cela ne peut que marcher. » Le centre commercial mise ainsi sur la renommée de ses nouvelles grandes marques : Desigual, Benetton ou Haribo.

Mais dans le même temps, de nombreuses enseignes ont fermé leurs boutiques, laissant une impression de vide dans certaines zones du centre. « Les cellules à commercialiser représentent environ 20 % de la surface, reconnaît Marc Steiner. Mais cela évolue en permanence. » Une enseigne de prêt-à-porter pour enfant devrait ouvrir ses portes sur 415 m2 mercredi prochain. « La conjoncture est difficile sur le secteur, avec les fermetures de PSA Aulnay puis de Mory Ducros », observe Jamel Belal, le directeur du Levi's Dockers Factory, qui note que son chiffre d'affaires a baissé de 12 % en un an et demi. « Mais pour moi, le centre va dans le bon sens, insiste-t-il. Il y a un vrai travail de fond avec la remise à plat du concept. Je suis très confiant pour l'avenir. »

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 29/03/2015 10:39

Et certains pensent encore qu'un énième centre commercial sur les terres agricoles du triangle de Gonesse sera porteur d'emploi!