2000 Vélib’ réparés à la prison de Villepinte

Publié le 10 Février 2015

2000 Vélib’ réparés à la prison de Villepinte

Vous ne le savez peut-être pas, mais les vélos en libre-service à Paris et en proche banlieue doivent tous passer dans des ateliers de réparation deux ou trois fois par an. Ce n'est pas si surprenant vu la manière dont certains utilisateurs les maltraitent. Les ateliers sont répartis à Paris et en banlieue : à Saint-Denis, à Cachan (Val-de-Marne) et depuis un an à Villepinte. Le dernier-né des ateliers a vu le jour derrière les barreaux de la maison d'arrêt de Seine-Saint-Denis où une poignée de détenus veillent, six heures par jour, au bon fonctionnement des deux-roues.

Bien que la main-d'œuvre carcérale soit deux fois moins chère, ce n'est pas ce qui a motivé l'entreprise Decaux. Il faut plutôt y voir une dimension « sociale » avec une volonté de participer à un effort de réinsertion. « JCDecaux est une entreprise fondatrice de l'association Sortir de prison, qui vise à favoriser la réinsertion des sortants de prison », explique Anthonin Darbon, directeur d'exploitation de chez Cyclocity, filiale de JCDecaux chargée du dispositif Vélib', qui n'avait jamais fait grand bruit de cette initiative. Il propose une formation de mécanicien de cycle -- plutôt porteuse vu le développement du marché de la petite reine -- mais aussi des embauches à la sortie. Un détenu a été embauché en 2014, et un autre doit l'être ces prochains jours. Le choix de la prison de Villepinte s'est imposé pour des raisons de proximité géographique avec les autres ateliers.

Dans les faits, faire rentrer un vélo en prison n'est pas chose facile. « C'est très lourd à organiser, aucune pièce ni outil ne doit sortir de l'atelier, tout est soumis à une procédure pointilleuse et la planification est millimétrée », insiste le directeur d'exploitation. Six à dix détenus sont employés à raison de six heures de travail par jour. Ils ont bénéficié de deux mois de formation. L'administration pénitentiaire explique qu'une surface dédiée a été créée au sein des ateliers de travail pénitentiaire, sous la supervision d'un contremaître de Decaux. Une quarantaine de vélos y sont réparés chaque semaine, soit 2 000 en une année sur les 55 000 réparations effectuées au total par JCDecaux. Le travail d'atelier est exactement le mêmes que celui qui se fait dans les autres ateliers Vélib'. « En général ce sont les détenus les plus sérieux qui sont envoyés dans les ateliers », estime un avocat rappelant que le travail est très demandé en détention. A Villepinte, 60 à 80 postes existent, en général sur des ateliers de façonnage et conditionnement, pour un millier de prisonniers.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article